Archives mensuelles : novembre 2009

Créole

Créole.
Nom masculin ou féminin et adjectif.

Personne ayant des ascendants africains. Dans un sens plus large et plus récent, on pourra désigner par Créole une personne n’ayant pas forcément un phénotype africain, i.e. ne pouvant en principe revendiquer une ascendance africaine, mais qui n’entre pas dans les autres catégories traditionnelles de la société mauricienne (musulmans, hindous, blancs, chinois). Les Créoles font partie de la « population générale », une des quatre communautés prévues par la Constitution.

Ce sens mauricien ne correspond pas à celui qu’on trouve dans le dictionnaire français : « Personne de race blanche, née dans les colonies intertropicales, notamment les Antilles » (Le Petit Robert 2006, lequel renvoie pour l’occasion à l’entrée béké). Robillard, pour sa part, dit ceci : « A Maurice, le terme connaît une restriction de sens importante, puisqu’il ne peut, au contraire de ce qui se passe dans d’autres zones franco-créoles, s’appliquer à des “Blancs”.” Cependant, il me semble que ces dernières années, dans l’ensemble de la francophonie créolisante, le mot créole, souvent écrit kréol, s’identifie de plus en plus à des gens qui ne sont pas « de race blanche ». On pourrait alors dire que dans le monde entier — le monde francophone — le terme se mauricianise.

« C’est avec une conférence publique sur le thème «Viv to kréolité» au centre de conférence de Grand Baie en présence du président de la République que s’est ouvert le Festival International Kreol (FIK) 2009. […]
Xavier-Luc Duval, initiateur du festival, a, quant à lui, exhorté son audience à être fière d’être créole et de transmettre cette fierté à ses enfants. «La culture Kreol n’est ni inférieure ni supérieure à une autre culture», soutient le leader du PMSD. » (Festival International Kreol officiellement lancé ce samedi 28 novembre, L’Express du samedi 28 novembre 2009.)

Ce qui est chagrinant ici, c’est entre autres de voir que Jugnauth a cru bon, pour les besoins de la cause, de se déguiser en ségatier revêtu d’une flamboyante chemise orange (voir photo dans l’article ci-dessus). Que Duval fils juge nécessaire de se couvrir le chef d’un chapeau en paille, c’est déjà assez risible en soi — tous ces déguisements que nos politiciens sortent des placards suivant l’occasion constituent en eux-mêmes des mauricianismes on ne peut plus typiques —, mais de voir notre vénérable président ainsi accoutré frise le ridicule. (Enfin, c’est sûrement le jaco chagrin sommeillant en moi qui s’est réveillé une fois de plus.)

Le mot créole est un mot susceptible de créer un certain nombre de confusions, intentionnelles ou fortuites. Car le créole est aussi une langue, utilisée par l’immense majorité des Mauriciens, toutes communautés confondues, et le fait qu’on emploie le même substantif (ou le même adjectif) pour parler et de la langue et des membres d’une communauté particulière peut être générateur de malentendus, voire de tensions, par exemple lorsque certaines revendications sont mises en avant ou lorsque le créole est vu comme une menace pour d’autres langues dites « ancestrales ».

Mo papa kréol
Mo mama kréol
Abé moi mo bizin kréol
Paski dan dizef poule
Pa kapav gaign ti kanar

(Serge Lebrasse)

Publicités

Vape

Vape.
Nom masculin.

Petit appareil électrique servant à réchauffer une pastille ou plaquette — parfois appelée « capsule (de vape) » ou « vape » tout court — contenant un produit repoussant les moustiques.

« Il faut leur donner un vape, sinon cette nuit ils vont prendre une rafale avec les moustiques. »

« Il faut aussi prendre des précautions personnelles en utilisant des répulsifs pour moustiques (crème ou spray) ou des moustiquaires et des anti-moustiques des types Vape ou sandal. »
(Les causes de l’épidémie portlouisienne identifiées, L’Express du 3 mai 2005.)

« Les répulsifs électriques sous forme de pastilles appelées ‘vape’ ou sous forme liquide. Utilisés à l’intérieur, ils éloignent les moustiques. Les serpentins sont aussi utilisés. »
(L’Express, 26 février 2006.)

« Puisqu’il n’y a pas de médicaments pour combattre le Chikungunya, et encore moins de vaccin pour s’en protéger, il est évident qu’on se sent vulnérable. Pourtant, quelques mesures très simples suffisent à se protéger des moustiques. Les produits répulsifs, à l’instar du vape, ou des santals à base de citronnelle, sont fortement recommandés pour éloigner les moustiques. »
(Week-End, 12 février 2006.)

« Festival touille moustik… Non, ce n’est pas une blague, mais un concours lancé par le groupe E.A.L Man Hin. ‘Nous voulions associer un concours à l’élimination des moustiques avec les produits Vape mats que nous représentons’, déclare Bertrand Chan, Marketing Manager du groupe. Le principe ? Sur chaque boîte de Vape, vous trouverez un code alphanumérique et une question. Il suffit de choisir sa réponse et de l’envoyer par SMS sur le 8448. »
(L’Express, 24 février 2008.)
 

L’utilisation d’une majuscule à Vape est normale, puisqu’il s’agit d’une marque, mais la minuscule se justifie tout autant puisque le mot a fini par devenir un nom commun en tant que terme générique pour ce type d’appareil. Il est généralement prononcé à l’anglaise, « vei’pe » (rimant avec le mot anglais tape), mais il est possible d’entendre quelques personnes le dire « vap » (rimant avec nappe).

 

 

Sandal >>>

16

Ce roi de France dont on aurait coupé la tête, a-il été enterré à Maurice ?

Ou bien s’agit-il de l’ancien point géodésique numéro 16 ?

Était-ce une stèle érigée à la mémoire de l’académicien Raymond de Sèze, défenseur de Louis XVI ?

Était-ce le nombre de milles* jusqu’à Port-Louis ?

Mystère.
 
 
 
* Longtemps je me suis demandé s’il fallait que j’écrive « mile » ou « mille ». Je ne me suis toujours pas vraiment décidé, même si « mille », à la française, a ma préférence pour parler de cette unité anglaise qui, pendant longtemps, fut la seule ayant une réalité concrète, les kilomètres et autres kilomètres/heure flottant dans l’abstraction la plus totale.

Herbe bourrique

Herbe bourrique, chiendent bourrique.
Nom féminin.

Stenotaphrum dimidiatum. Variété rustique d’herbe, souvent utilisée pour les pelouses. Il ne s’agit pas là de gazon à la finesse de tapis persan, mais c’est une herbe vivace et robuste appréciée pour ses capacités couvrantes.

« Cette dégradation est due à l’envahissement des plantes exotiques nuisibles car plus prolifiques et s’adaptant plus facilement aux conditions locales. Elles sont, par exemple, le goyavier de Chine, le jamrosa, le privet, la liane cerf, l’herbe caroline, l’herbe duvet, l’herbe bourrique ou chiendent. » (L’Express du 7 novembre 2005.

– Gardien de campement lui aussi, ce Quincois-là ! Gardien à la Cocoterie ça n’a même pas une case à soi, même pas un mauvais hangar comme le mien ! Les tourlourous même ont un trou dans le sable … mais ça, ça habite la coquille des autres, comme les « soldats ! » Et quand le bourgeois flanque à la porte, eh ben ! Tant pis ! Couche-toi sur le chiendent-bourrique et crève de faim !… Et c’est ça qui oserait !…
(Savinien Mérédac, Polyte (1926), page 20.)

Seuls quelques brins d’herbe bourrique poussent çà et là. Chaque pas soulève une poussière épaisse qui ne semble aucunement gêner deux enfants qui jouent avec une brouette cassée.”
(Yvonne Stephen, 5-Plus dimanche, 12 décembre 2010.)

Lovely Ra

Soleil levant ou soleil couchant ?

Given that the shipwreck on the picture is the Dalblair’s steely remains, it should be fairly easy to guess.

_________________________

27 November update.

The shipwreck being off the southeastern coast, it cannot be the setting sun.

Toise

Toise.
Nom féminin.

Unité de mesure de surface valant 6 pieds français par 6 pieds français, ce qui fait environ 3.8 m².

Terrain libre 87 toises à vendre

« Il y a dix ans les terrains là se vendaient autour de Rs 4,500 la toise. »

« Par ailleurs, sous l’Empowerment Programme le gouvernement va acquérir environ 2 000 à 3 000 arpents de terre à travers tout le pays. Il compte les vendre en portions de terrain de 60 toises à des familles touchant moins de Rs 8 500 par mois pour la construction de leur domicile. »
(La NHDC construira plus de 1 500 maisons, L’Express du 28 décembre 2006.)

On remarque que le mot peut être employé tel quel en anglais (en anglais mauricien). Par exemple dans L’Express du 30 juin 2009 il est possible de lire ceci dans les petites annonces relatives aux terrains à vendre : « Land of 135 toises at Mahébourg, about 300 m. from the sea. » (Ici (L’Express en pdf), 14e page, en partie basse de la 4e colonne.)

A l’origine une toise était une unité de longueur. Comme cela arrive parfois, l’unité au carré sert à parler d’une surface sans que nécessairement le mot « carré » apparaisse dans le nom de ladite unité. A l’entrée toise le Trésor de la langue française indique ceci : « Unité de mesure en vigueur avant l’adoption du système métrique, valant six pieds, soit un peu moins de deux mètres (1,949 m à Paris). » Il est indiqué ensuite qu’une toise carrée est une « surface carrée dont le côté est une toise ». Les Anglais sont venus, puis partis, le système métrique a été légalement adopté, mais les gens continuent à parler de terrains mesurés en toises, perches et arpents, soit d’anciennes mesures françaises.

 

Perche >>>

Potiche

Potiche.
Nom féminin.

Pot de fleur.

« Tu aurais pu m’aider à bouger un coup mes potiches ? »

Il ne s’agit probablement pas là d’un mauricianisme clair et net, potiche figurant en bonne et due forme dans le dictionnaire. Cependant, il me semble qu’en France on utilisera davantage le mot dans son sens figuré et péjoratif (“personnage relégué à une place honorifique, sans aucun rôle actif” — Petit Robert) que dans son sens premier (“grand vase en porcelaine d’Extrême-Orient”). Dans cette acception originelle je l’ai en tous cas entendu beaucoup plus souvent dans la bouche de Mauriciens, ou plutôt de Mauriciennes, que dans la bouche de Français(es). A vrai dire les dictionnaires français parlent plutôt de « vase », alors qu’à Maurice le mot a plutôt le sens de « pot de fleur » (un assez beau pot de fleur en général, et non le plus simple des pots en terre ou en plastique). D’ailleurs en créole dira plutôt « enn potis (flèr) » que « enn po flèr », me semble-t-il. Encore que…

Sur la photo figurant dans la note consacrée au mot varangue on voyait deux potiches de part et d’autre de l’allée menant à cette véranda aux relents marins.

[Ce billet serait peut-être à mettre entre parenthèses.]