Archives mensuelles : juillet 2016

Mofine

Mofine.
Adjectif ou nom.

Qui porte malheur ou qui a la guigne.

« Tous ceux qui l’ont habitée ont eu des problèmes. C’était une maison mofine. »

Plus fréquente en créole qu’en français local, il arrive à l’expression d’être utilisée pour parler d’une personne ou d’une chose à laquelle se rattache l’idée de poisse, de malchance, de mauvais sort, de malheur. Une personne ou une chose est mofine quand, pourrait-on dire, elle attire les ondes négatives. On a le pressentiment que ce qui la touche va se passer mal plutôt que bien, ou on le réalise a posteriori — “mofine même…”

Le mot nous viendrait du Portugal (usage désuet aujourd’hui) où mofino (adjectif) signifiait “malheureux, malchanceux, infortuné, misérable”, alors que mofina (nom) était le malheur, la misère. Le mot portugais proviendrait lui-même de l’espagnol mohíno, “triste, mélancolique”, lequel aurait à son tour été emprunté à l’arabe (mahīn, muhin). L’emprunt mauricien, prolongeant les étonnantes pérégrinations du mot, s’est vraisemblablement fait à travers les comptoirs portugais d’Afrique et d’Asie, à l’instar des mots martin, brède ou margoze.

Qu’est-ce qui est mofine ? Renverser du sel ? Casser un miroir ? Couper ses ongles après 18h ? Jouer à tina ? Trop parler du mot “mofine” peut-être…

Kozé n° 12.

Kozé n° 12.

Publicités