Archives mensuelles : juillet 2010

Campement

Campement.
Nom masculin.

Résidence secondaire au bord de la mer. Aujourd’hui certaines demeures — parfois luxueuses — situées près de la côte peuvent être
appelées “campement” sans qu’elles ne s’apparentent de près ou de loin à une habitation spartiate occupée temporairement, comme cela était le cas autrefois (“campements” en ravenale sous toiture en paille), ce qui a donné son nom à ce type de bungalow. Quand on allait “camper”, cela signifiait aller en séjour au bord de la mer en emmenant tout un attirail avec soi, des ustensiles de cuisine à la literie en passant par les moyens d’éclairage (bougies, lampes à pétrole).

On part passer deux semaines dans un campement à Blue Bay.”

Nous avons eu les informations qui disaient que les évadés étaient dans un campement à Palmar.” (L’Express, 1er juillet 2010.)

Sur la périphérie de l’île, des campements se profilent contre les bosquets de filaos.” (Jean-Georges Prosper, Dominica (1989), cité par Pravina Nallatamby dans Mille mots du français mauricien.)

Cette situation risque, selon notre interlocuteur, d’avoir une incidence directe sur la valeur des biens situés sur les pas géométriques de l’île. Ils estiment qu’il sera difficile pour un propriétaire de vendre son campement à un prix reflétant sa valeur réelle sur le marché.” (Week-End, 11 juin 2006.)

A l’époque, M. Daruty de Grandpré est le propriétaire d’un grand terrain à Trou d’Eau Douce qui comprend un barachois et une presqu’île où il a construit un grand campement en bouse de vaches recouvert de paille. Il donne au campement le nom de Tou[e]sserok où il ouvre la première table d’hôte de l’île Maurice qui n’avait pas encore découvert sa vocation touristique.” (Week-End, 14 mars 2010.)

TROIS récidivistes habitant Baie-du-Tombeau ont été arrêtés dans le sillage d’un cambriolage perpétré, il y a deux semaines, au campement du député Eric Guimbeau, à Blue-Bay. Les suspects, âgés de 20 à 30 ans, auraient, ce soir-là, cambriolé plusieurs campements de la région.” (L’Express, 24 septembre 2010.)
 
 
Plus rarement, le mot campement peut être utilisé pour parler d’un pavillon de chasse (“campement de chasse”) dans un chassé.


(Islander n° 45, octobre-décembre 2006)

François Rousset, manager de Ciel et nature et Oumesh Rummun, operations manager, nous accueillent dans l’ancien campement de chasse qui fait office de réception. Fait de bois et de paille et doté de terrasses pavées de vieilles pierres, de meubles anciens et d’une superbe cheminée, ce lieu sert aussi de point de départ pour toutes les excursions.” (Week-End, 14 septembre 2008.)

Les chasseurs se sont réveillés aux premières heures du matin pour se préparer avant le rendez-vous prévu à 6 h 30 au campement de chasse.” (L’Express, 3 août 2004.)

Couteau mastic

Couteau mastic.
Nom masculin.

Couteau à mastic (ou couteau de mastic) ; spatule.

Il faudrait un couteau mastic pour passer du quick-fill sur cette partie-là.”

Le créole ayant tendance à ne pas utiliser certaines prépositions (tout comme l’anglais), il lui était pour ainsi dire naturel de parler de “couteau mastic”, sans “à” ou “de”. Mais le français local lui a emboîté le pas, ce qui fait qu’on n’entend guère de personne parler de l’objet sous la forme qui semble être utilisée par d’autres francophones, l’omission de toute préposition étant la règle commune en ce qui concerne l’outil utilisé pour étaler du mastic.

Mais au fait, comment dit-on en France ? “Couteau à mastic” (voir , ou ) ou “couteau de mastic” (voir , ou ) ? Qu’en dit l’Académie ? Pour leur part les Anglais parlent de putty knife (sans préposition donc) et les Espagnols, semble-t-il, de espátulas de construcción (avec préposition).

Cyril Ramdoo chantait un séga dans lequel un type, un “fraudeur (de) mariage”, avait des moustaches en forme de taquet de boîte de cirage et des carabis (pattes, rouflaquettes) en forme de couteau mastic. Les années 70 étaient encore proches, tant dans les esprits que sur les côtés de la tête.

La Preneuse


 
 
 
_______________

Ajout du samedi 24 juillet 2010

La frégate la Preneuse coulée à Baie du Tombeau (image extraite de Port-Louis, deux siècles d’histoire, Auguste Toussaint).

Moque

Moque.
Nom féminin.

Boîte de conserve.

Tu ne saurais pas où il y a une moque dans laquelle j’aurais pu mélanger un peu de colle ?

Il suffit d’ailleurs de se souvenir comment les enfants mauriciens d’il y a 30 ou 40 ans prenaient un réel plaisir à jouer à des jeux et des jouets qui ne coûtaient souvent pas grand-chose – marelle, “moque délivrée”*, “boule casse-côtes”, “sapsiwaye”, etc.” (Week-End, 23 septembre 2007.)

Son mari travaillait pour sa part comme gardien et gagnait Rs 120. “Lontan di riz ti kout 5 sous. Dimoun ti bwar dan goblé et dans des assiettes émaillées. Zordi, si ou donn enn invité bwar dan la moque, li dir ou pé traite li pli bas ki bas. L’assiette finn vinn porcelaine.”” (Week-End Scope, 18 février 2005.)

Les journées «pisso» (puceau) ne sont pas rares. Comprenez les journées vierges de tout client, les journées «batte la moque»**.” (L’Express, 24 septembre 2008.)
 
 
Si le mot moque est la plupart du temps utilisé pour parler de l’objet, c’est-à-dire du récipient, du contenant jetable usagé, il peut aussi servir à parler du contenu, auquel cas il devient une unité de mesure : une moque d’eau, une moque de sable, une moque de sucre, une moque de lentilles… “Peut-être que Ratna et Subash vont passer plus tard. Ajoute toujours deux moques de riz dans la casserole.”

Ils partageaient sous ma surveillance le manioc et les rares rations de grains, plus une moque de saindoux pour cinq personnes et par semaine.” (Loys Masson, Le Notaire des Noirs, page 89.)
 
 
Le mot peut se retrouver dans le vocabulaire des marins, en tant que pot, tasse, mais aussi avec l’acception de mesure. Dans La Longue route, Bernard Moitessier — qui a séjourné à Maurice dans les années 50 après un naufrage aux Chagos — met “quatre oignons à revenir avec un gros morceau de lard, une moque de riz, une tête d’ail”, avant de fermer la cocotte-minute. Plus près de nous : “Après le point de midi, nous virons de bord, le vent a l’air cette fois de s’accrocher au S/E. Hotu Painu prend le mors aux dents et file plein sud. J’avale une moque de riz-vinaigrette avec du thon à l’huile et retourne faire la sieste.” (Lionel Dodin, Hotu Painu (2008), p. 85.)

Cette présence maritime est liée à l’existence du mot en Normandie et dans l’ouest de la France (comme le disait Marie-Lucie dans ce commentaire du 29 septembre 2009). Le Trésor de la langue française informatisé propose les pistes suivantes pour ce qui est de l’étymologie : « Mot qui se rencontre de la Normandie à la Gascogne (aussi à Boulogne sur Mer) et qui correspond au bas allemand mokke «cruche, pot», moyen néerlandais moken «petite mesure de capacité», néerlandais mok «tasse en fer-blanc», frison de l’Est mukke «vase de terre cylindrique» (cf. aussi anglais mug «cruche, pot» depuis 1570 ds NED). Il est difficile de déterminer avec certitude laquelle de ces langues est à l’origine du mot en français ». Pour leur part, Dauzat et al. disent ceci : « 2. moque fin XVIIIe s. ; mot de l’Ouest, du bas allemand mokke, cruche. »

On retrouve le mot dans plusieurs îles liées au passé maritime de la France : à Maurice donc, à Rodrigues ou aux Seychelles, mais aussi à La Réunion. Et jusqu’en Nouvelle-Calédonie : « Moque – Boîte de conserve métallique vide, était utilisée jusque dans les années cinquante comme mesure. Avait d’autres usages, par exemple comme écope. Vieille moque : vieille boite métallique. Il s’est coupé le pied avec une vieille moque qui traînait. » (Le Français de Nouvelle-Calédonie : dictionnaire de Calédonien).
 
 
 
 
* Le jeu “moque délivrée” est aussi connu sous le nom de “couc la moque”. (Cf. la note sur couc.)
** L’expression “battre la moque” peut signifier “rentrer bredouille, ne rien faire de productif”. (Cf. Robillard.)

Banker

Banker.
Locution à valeur adjectivale.

Pratiquement sûr et certain ; se dit lorsqu’une chose ne fait pas l’objet du moindre doute (ou presque) ; “dans la tête”.

Prononcé “baing-keuh” — [bæŋkə] — comme en anglais on prononce le mot synonyme de banquier.

Banker c’est Milazar qui va avoir la médaille d’or aux Jeux des Îles.

Tu penses que c’est Alphonse qui a pris le grinder ?
— Banker c’est lui-même ça
.”

Il était l’un des candidats les plus «banker» qui soient… Pourtant, il n’a pas eu d’investiture de l’Alliance sociale. Il a été sacrifié pour faire de la place à Lormus Bundhoo.” (L’Express, 4 juin 2005.)

Pravind Jugnauth : “Marké gardé, banker 3- 0 dan N°8”. Cet optimisme est visible non seulement auprès des candidats de l’Alliance de l’Avenir, mais surtout auprès de nos sympathisants, dit-il.” (Week-End, 18 avril 2010.)

En termes restoran mo prefer ban bon ti resto bien moricien. Mo preferer c’est “Chez Rosy” a Gris-Gris, meilleur “assiette du pêcheur” ki to capav gagner dan moris, banker sec sa!” (Commentaire de blog, Yashvinblogs.com, 26 février 2010.)

● L’Alliance sociale est certaine de votre défaite au n°11 et dit qu’en cas de victoire de votre camp, le pays se retrouvera avec Paul Bérenger à la tête du pays pour cinq ans…
— (Rires). A Vieux-Grand-Port-Rose-Belle, je donnerai une leçon à Arvin Boolell. Je n’en doute pas. En colportant des insanités de ce genre, l’opposition démontre qu’elle est vraiment à court d’arguments.
● Admettons que cette éventualité se produise. Quelle est la stratégie dans ce cas ?
— Cela ne se produira pas. Mon élection est un banker. Il n’y a pas à sortir de là.

(Interview de Pravind Jugnauth dans L’Express du 1er juillet 2005.)

Si la prochaine mo mete franco mauricien (blanc) lor mo forme, banker mo rentre dans parlement comme best loser, puiske Beranger pa pou la…” (Commentaire d’article, L’Express, 8 mai 2010.)

Mo ti koner banker sec ki Snave ek def pa ti pou manker pou poster comments dans sa thread la!” (Commentaire sur le forum Le Concept Car, 13 mars 2008.)
 
 
A leur entrée benkër, Baker & Hokoomsing (Diksyoner kreol morisyen) ont ceci :

“English – Certainty, person or thing on whom/which one can rely.
Français – Certitude, personne ou chose sur laquelle on peut compter.
□ English banker. (In the vocabulary of football pools, a banker is a match of which the result seems certain. Such a result is marked in a special way on the coupon so as to be included in all permutations.)”

Le domaine des paris sur les matchs de football nous étant aussi étranger que celui des courses de chevaux (voir ci-dessous), nous sommes bien peine d’ajouter quoi que ce soit à cette affirmation.

Dans le domaine particulier des courses de chevaux mauriciennes, il semblerait que le mot soit employé dans un sens spécifique, en tant que substantif, pour signifier un gagnant certain, ce à quoi faisait probablement allusion Pravind Jugnauth dans l’interview citée ci-dessus.

Ce dernier a fait pleurer tous ceux qui avaient pris le risque de désigner Flavius comme un «banker» au Pick-Six.” (L’Express, 19 juin 2005.)

Mais certains autres éléments y relatifs à [sic] la course de cet après-midi, provoquent une certaine hésitation à désigner le cheval de Gilbert Rousset comme un ‘banker’. (…) Ce nouveau palier qui mène au titre de meilleur 4-ans, il peut le franchir, mais le désigner comme un ‘banker’ serait de l’imprudence.” (L’Express, 10 juillet 2010.)

Si la Duchesse était courue dans deux, voire trois semaines, ils seraient certainement nombreux les spécialistes qui le donneraient comme banker mais le cheval donne l’impression de n’avoir pas encore atteint son peak.” (L’Express, 15 mai 2010.)

Vu que nous sommes assez peu familiers du monde des courses hippiques, nous comptons sur la générosité des spécialistes en la matière pour apporter quelque éclaircissement à ce sujet.

_______

Mise à jour du 17 octobre 2010

Loterie vert
Nou loterie

Rs 10 seulement

Banker SEK!
Tap Rs 10 millions
No Carry Forward

+ Tirage
2ème CHANCE
Un tirage de deuxième chance se
tiendra entre deux tirages mensuels.

Avec selman Rs 10 ou gagne Rs 10 millions

Tel: (230) 210 13 91 / 213 6877 / 210 4179 http://www.lottery.gov.mu http://lottery.gov.mu/

_______

Mise à jour du 26 novembre 2010

« Ils sont nombreux les “ex-futurs-lauréats”. Donnés comme “banker”, on n’entend pas, malheureusement, leurs noms le jour de la proclamation des lauréats. » (Le Mauricien, 25 novembre 2010.)
 
 

Le Banker = 1ere place
1 cheval (sélections) = 2ème place

Linette(s)

Après notre correspondant Hans, notre correspondante Lorraine nous envoie ses photos…

Mr Fareed Surfaully 7110780
lunette pour lire
Médical numéroté
enti Réflette
double foiye
simp foiye
pour loin
pour prêt
dans jardin Companier
derrierr Kios Slatt Nº68

Reparation lunette
Change monture
Rs 100 lunette


 
 
 
“Homard” (en mauricien dans le texte) :


 
 

 
 

 
 

 
 

 
 
 
 
________
 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

Gros dilard

Gros dilard.

Personne (ou enfant) de corpulence au-dessus de la moyenne.

Ah non, je n’ai plus la force de lever des gros dilards comme ça !

(Paroles entendues ce week-end dans la bouche d’une dame d’un certain âge, une grand-mère occupée à réfuter les arguments de la personne présumant qu’elle pourrait s’occuper des plus jeunes de ses petits-enfants, lesquels n’étaient pourtant pas particulièrement gros.)

L’expression pourrait venir de l’expression “gros lard” utilisée en français, “du lard” pouvant en principe donner “dilard” — en un seul mot, comme dizef ou dipain — en créole. Je ne sache pourtant pas que, de nos jours, on utilise le mot “lard” ou “dilard” en créole. Du moins je ne l’ai jamais entendu, le mot “lagraisse” me semblant être celui qu’on rencontre à ce sujet, ou plutôt à cette matière.

Par ailleurs, si en français l’expression “gros lard” est surtout utilisée dans une perspective agressive, voire pour insulter, en mauricien “gros dilard” relève en général plutôt de l’ironie.