Archives mensuelles : octobre 2011

le Divali / la Divali / Divali

L’Express, 27 octobre 2011 :
Célébrations du Divali en musique, dans la lumière et dans l’unité nationale
Les célébrations du Divali se sont poursuivies en musique et en lumière le soir du mercredi 26 octobre, dans plusieurs régions de l’île.
(…)
Les villes de Quatre-Bornes et de Beau-Bassin/Rose-Hill célébraient le Divali en musique et en lumière ce mercredi 26 octobre, dans un cadre à la fois féérique et festif.”

Week-End, 26 octobre 2008 :
Le Divali est une fête qui intervient après la saison des pluies en Inde et la fête de la lumière permet de purifier l’atmosphère et de se débarrasser des insectes nuisibles à la santé. (…)
Il y a un seul élan, une foi commune qui anime les milliers d’êtres humains qui célèbrent le Divali et aussi ceux qui ne sont pas de foi hindoue.
(…)
Le Divali marque aussi le triomphe du dieu Ram sur le démon Rawan.”

Le Défi, octobre 2011 :
Le Divali sera célébré cette année le mercredi 26 octobre prochain. Plusieurs manifestations sont prévues pour fêter dignement cet événement.
Chaque année, les indiens du monde entier célèbrent le Divali, la fête de la Lumière
.”

L’Express, 17 octobre 2011.
Toujours dans son discours teinté de mysticisme, il fait un parallèle entre le Divali et la scène politique locale, transformant Rawan — le diable — en un «meter choula» à la sauce mauricienne.”

Le Mauricien, 26 octobre 2011 :
Le jour de la Divali, on vénère Lukshmi, déesse de la prospérité et également le dieu Ganesha.”

Le Matinal, 1er novembre 2010 :
Navin Unnoop souligne aussi qu’à ce moment précis, il n’était pas à l’île-aux-Cerfs mais il était en train de faire des préparatifs pour la fête de la Divali.”

L’Express, 21 octobre 2006 :
Signifiant enchaînement de lumières, la Divali marque le triomphe de Ram sur Ravan. Celui-ci avait enlevé son épouse Sita. C’est avec l’aide de son frère Lakshman et du dieu singe Hanuman que Ram part reconquérir sa compagne. A leur retour au royaume d’Ayodhya, il faisait une nuit tellement sombre que les villageois disposèrent des lampes à huile pour que les héros retrouvent leur chemin. Fête extrêmement populaire parmi les hindous, la Divali est célébrée comme le nouvel an le jour de la pleine ou de la nouvelle lune dans le courant des mois d’octobre et de novembre.”

Le Mauricien, 17 octobre 2011 :
Le coup d’envoi traditionnel des célébrations marquant la Divali, qui sera célébrée le 24 octobre, a été donné hier avec la politique en toile de fond à la Hindu House. Les discours des deux principaux intervenants, à savoir le président de la République sir Anerood Jugnauth et le Premier ministre Navin Ramgoolam, ont été axés sur la lumière et la victoire du bien sur le mal et n’étaient pas exempts de sous-entendus politiques.”

Marie-Thérèse Humbert, A l’autre bout de moi (1979), pages 275 & 276 :
Par contre, elle se laissa reprendre au charme des rites païens, je la revois ce soir, ces soirs de la Divali où les Hindous célébraient la victoire de la lumière sur les ténèbres. Chaque année elle participait à la fête.”

Le Matinal, 27 octobre 2011 :
Amour, partage, spiritualité sont les maîtres-mots de Divali. Cette fête de la lumière a été célébrée avec ferveur, mercredi, par la communauté mauricienne de foi hindoue à travers le pays. Divali est généralement associé à la traditionnelle lampe de terre cuite (diya) et des guirlandes lumineuses utilisées pour la décoration des maisons, bâtiments, villes et autres.”

Le Mauricien, 15 octobre 2011 :
Le secrétaire de la Hindu House, Kalyduth Gyaram, a souligné que ‘Divali, comme la Noël*, est une fête nationale célébrée par tous les Mauriciens, quelle que soit leur foi’.”

Le Défi, octobre 2011 :
Si Divali est incomplète sans lumières et feux d’artifice, elle est tout aussi incomplète sans ses traditionnelles sucreries. (…)
Divali est la fête qui célèbre le renouvellement, qui est un symbole de purification. (…)
Et la plupart des gâteaux distribués pendant Divali, tels que le mawa, le safarjan, le jalebi, le kanaoula ou encore le fameux « gato patate » sont des gâteaux frits ou trempés dans du sirop.”

L’Express, 24 octobre 2011.
Navin Ramgoolam a fait une sortie contre certains «accapareurs du pouvoir, qui laissent de côté l’intérêt du pays». C’était dans un discours prononcé à Triolet dans le cadre des célébrations à l’occasion de Divali.”

Que Divali puisse être accordé(e) au féminin, pourquoi pas — Rabin, rédacteur en chef de L’Express Dimanche, avait donné quelques raisons pourquoi, selon lui, il était justifié de la mettre au féminin —, mais il serait sans doute temps que les journalistes se décident non seulement quant au genre mais aussi quant à la présence ou l’absence d’article dans leurs articles.
 

* “la Noël” plutôt que “Noël” tout court : il en avait été question là, en décembre 2010 : https://mauricianismes.wordpress.com/2010/12/25/la-noel/

Publicités

Manhole

Manhole.
Nom masculin.

Regard, bouche d’égout, trou d’homme.

Quand j’aurai un peu de courage il faudra que j’ouvre le manhole près de la cuisine pour voir ce qu’il y a dedans. Et pour le nettoyer…

La petite Lorie, un an, respire, malgré elle, l’odeur putride qui se dégage de l’arrière cour de sa grand-mère, Elsie Coureur, dans les appartements de la National Housing Development Corporation (NHDC) à Tyack. Elle émane directement d’un manhole qui déborde depuis plus d’un mois.”
(L’Express, 20 novembre 2008.)

Un inspecteur de la Wastewater Management Authority (WWMA), qui s’est rendu, hier soir, à Cité La Cure – accompagné de quelques ouvriers pour réparer une fuite provenant d’un manhole -, a été agressé par des habitants de la localité. Les ouvriers ont pris la fuite après que des individus les ont attaqués avec des sabres entre autres.”
(Forum Radiomoris.com, 14 janvier 2009.)

Une boulette contenant cinq grammes d’héroïne trouvée dans la cuvette des toilettes, cinq boulettes contenant cent cinquante-deux doses récupérées dans un manhole (regard) et onze doses dans la cuisine. C’est le résultat d’une perquisition dans un appartement de la NHDC à Camp-Levieux, jeudi matin.”
(L’Express, 20 janvier 2007.)

Depuis quelque temps, les vieilles ferrailles représentent un attrait particulier à Maurice. Ainsi, en fin de semaine, les limiers de Rivière-Noire ont pu élucider une affaire de vol du canon de La-Preneuse avec l’arrestation de trois suspects. Auparavant, des voleurs avaient endommagé des caveaux au cimetière de l’Ouest en quête de vieilles ferrailles alors que la police a eu fort à faire à élucider le vol en série de couvercles de Manhole.”
(Week-End, 17 septembre 2006.)

En outre, les onze familles qui vivent dans cette rue se plaignent des inondations. Elles confient que pendant les périodes de pluie, l’eau s’accumule dans les trous de cette rue et, en l’absence d’égouts, elle stagne. « Quand les eaux se sont accumulées, elles débordent et descendent alors dans notre cour, vu qu’il n’y a pas de ‘manhole.”
(Le Défi, 3 juillet 2011.)

ṀḤ

L’origine du mot n’a guère besoin d’être précisée, encore que les Romains — donc des Latins — puissent être à l’origine du drainage britannique. La prononciation mauricienne du mot varie, pouvant parfois être relativement proche de la prononciation anglaise (bien que le h aspiré s’entende rarement, si ce n’est jamais), les formes les plus fréquentes étant “mé-nole” — [menol] — et “main-nole” — [mɛ̃nol]. Il peut être noté que certain(e)s féministes auraient demandé à ce que le nom “manhole” soit changé en “maintenance hole”. Ils ou elles ont quand même eu le bon goût de ne pas réclamer une féminisation pure et simple de ce substantif-là.

Perche

Perche.
Nom féminin.

Mesure de surface environ égale à 42.2 m² et correspondant à un centième d’arpent, ou encore à la surface d’un carré de 20 pieds français par 20 pieds français. (Voir aussi ce qui a été dit à propos du mot toise.)

Des morcellements ont été créés à Labourdonnais ou Piton par exemple. Dans cette région, les terrains coûtaient il y a trois ou quatre ans Rs 2,5 millions à Rs 3 millions les 25 perches. Aujourd’hui, ils se négocient entre Rs 5 millions et Rs 6 millions. On est dans l’ordre de Rs 17 000 la toise», estime notre interlocuteur port-louisien.
(L’Express, 17 novembre 2008.)

La décision officielle du ministère des Terres d’allouer une reservation letter à la Compagnie Mauricienne de Textile Limitée (CMT) sur les 104 arpents de Pas Géométriques (PG), soit 69 arpents et 95 perches de Pas Géométriques, à Rivière-des-Anguilles et 34 arpents et cinq perches de Pas Géométriques à Bel-Air continue à faire des vagues.”
(Week-End, 27 juillet 2008.)

La Mahébourg Lime Co. Ltd loue l’île aux Singes de 63 perches et l’île aux Chats de six perches pour Rs 500 par an jusqu’au 30 juin 1998.”
(L’Express, 29 novembre 2007.)

Les villas (qui ne seront vendues qu’aux Mauriciens) sont bâties sur un terrain d’une superficie d’un arpent et 25 perches donnant sur la plage.”
(Le Mauricien, 9 juillet 2011.)

Cette année, grâce aux bons offices du National Sports & Social Club de Trois Boutiques, une parcelle de terrain de 7 perches a été mise à disposition pour la réalisation du projet.”
(Le Matinal, 5 octobre 2011.)

Il a soulevé davantage de questions avec 25 hectares (58 arpents et 33 perches) alloués au groupe Patel Engineering Co. Ltd.
(Week-End, 22 mai 2011.)

Le mot perche vient du latin pertica “perche, gaule” (TLF). Il sert bien entendu à désigner le bâton, mais aussi l’ancienne mesure agraire française de laquelle dérive la perche mauricienne, dont l’usage est encore bien vivant. À travers la France d’autrefois il existait différentes perches et c’est la perche de 20 pieds qui fut adoptée à Maurice, comme le recommandaient les encyclopédistes : « Plusieurs savans, amateurs d’agriculture, emploient dans leurs calculs l’arpent de cent perches, à 20 piés en quarré par perche. Cette mesure moyenne entre les extrêmes serait fort commode, elle donne des comptes ronds, facile à entendre & à manier, & dès-lors elle mériterait la préférence. » (L’Encyclopédie, à l’article “Mesure des terres”.) Mesure de longueur à l’origine — elle existait déjà à Rome, où elle valait dix pieds (d’où son nom de decempeda, ou décapode) —, la perche a aussi été utilisée pour mesurer des aires sous le nom de “perche carrée”. Avec le temps elle n’a plus été employée que pour la mesure des surfaces et l’épithète “carrée” a été abandonnée.

Gale

Gale / galle.
Nom féminin.

Perche servant à faire avancer un bateau en prenant appui sur le fond. (Cf. le billet consacré au verbe galer.)

Sur les bancs de la pirogue gisaient une gaffe et deux gales au côté d’un aviron qui, trompeusement, semblait taillé d’une seule pièce.”

On devrait interdire l’usage de la gale dans les lagons.”

Pourtant, au début des années 1860, Mahébourg semble un lieu plein de charme et de pittoresque, qui compte un golfe où ‘il y a une vie et une animation continuelles’, une rade où ‘en outre des chasse-marées qui y sont mollement assis et que l’on charge de sucre et de rum pour la ville, ou desquels l’on débarque les approvisionnements pour l’alimentation de Grand Port, on y voit incessamment une multitude de pirogues, les unes à la voile, les autres poussées à la galle, d’autres encore aux avirons’.
(Week-End, 8 octobre 2006.)

Pauvre lagon Mauricien, les premiers responsables sont les pècheurs eux mêmes qui utilisent encore la galle pour avancer avec leurs pirogues en cassant à chaque coup un morceau de la taille d’une assiette (…).”
(L’Express, commentaire d’article, 16 mai 2010.)

Dans sa Contribution à un inventaire des particularités lexicales du français de l’île Maurice, l’universitaire Didier de Robillard précise que le mot “proviendrait d’une variante dialectale de ‘gaule’”, la gaule en question étant une “longue perche” (Petit Robert). En ce qui concerne l’étymologie du mot, Baker et Hookoomsing sont plus diserts et, pour étayer cette origine dialectale, citent le FEW d’une manière malheureusement un peu obscure : “cf nant galle, gaale, poit gale, Beauv galle, bgât gâle,… Elle, saint galle ‘gaule’… □FEW 17:495a.” A moins de pouvoir mettre soi-même la main sur un exemplaire du très volumineux Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW), 25 volumes, plus de 17 000 pages, il est ardu de comprendre ce dont il est question là. Les mots “saint galle” signifient-ils “saintongeais galle”, “poit gale” “poitevin gale” et “nant galle, gaale” “nantais galle, gaale” ? Seule une personne ayant la possibilité de consulter ce monument lexicographique serait à même de nous tendre une perche secourable.

Punaise !

Goni

Goni.
Nom masculin.

Grand sac de facture grossière confectionné à l’aide de fibres d’agavacées (“aloès”) ou de jute. Parfois la toile elle-même.

Le cyclone de 1829 ayant endommagé les feuilles de vacoas qui servaient à faire des sacs d’emballage, il fut recommandé d’emballer le sucre dans un ‘goni’ (sac de jute) enveloppé dans un seul sac de vacoas, deux sacs étaient généralement employés auparavant.”
(Rouillard & Guého, Les Plantes et leur histoire à l’île Maurice, page 634.)

Les sacs de jute dit ‘gunny’ ou ‘gouni’ étaient reçus de l’Inde mais, à la suite de troubles dans ce pays, l’approvisionnement était devenu difficile et la quantité de sacs produits localement avec la fibre d’aloès était insuffisante.”
(Op. cit., page 119.)

Judex Félicité coupe environ 500 feuilles de vacoas pour le travail de la journée. Les feuilles sont récoltées vertes, fendues et raclées puis mises à tremper dans un « goni » pour les assouplir.”
(Week-End, 16 novembre 2008.)

Des centaines d’images qui témoignent de notre passé, une locomotive qui se met en route, un vrai chaland avec ses goni de sucre et même un dessin animé pour les enfants !
(L’Express, 16 juillet 2005.)

A ce jour, seulement deux personnes condamnées à mort depuis 1968, ont été exécutées. Le premier est Louis Leopold Myrtille. Il avait assassiné Julien Sarah le 2 décembre 1979 à Camp de Masque Pavé avec une arme blanche. Sous la menace d’un sabre, il avait contraint un dénommé François Brulecoeur à dissimuler le corps dans un sac dit goni. Il fut traduit en Cour d’assisses sous une accusation d’assassinat. Il fut exécuté par pendaison.”
(Le Matinal, 1er mars 2010.)

Notre interlocuteur nous raconte qu’il avait dû mettre fin à ses études au collège Stratford de Port-Louis après la Form III. Suite aux conseils de son père qui achetait des sacs en jute (goni) et les revendait à la compagnie Siesta Mattress, de la rue Volcy Pougnet à Port-Louis, il allait faire ses premières armes dans le monde du travail.”
(Star du dimanche 12 Juin 2011.)

Marchands goni (collectors of gunny sacks) have disappeared from the Mauritian folklore.”
(Le Mauricien, 22 juillet 2011.)

En usage, le moulin était disposé sur un « goni » en sisal pour récolter la farine de maïs. On imprimait une rotation régulière au disque supérieure en introduisant les grains de maïs par la « gueule ».”
(Site SOS Patrimoine en péril, 12 octobre 2010.)

Comparaison certes, mais la couleur reste bien locale : retranscription des dialogues dans la langue originale qu’est le créole mauricien, utilisation des termes propres à la culture d’ici, comme goni, pagla, sirdar…
(L’Express, 14 février 2005.)

Tout ce dont dispose l’éleveur du dimanche est un «drum rouillé rempli d’eau bouillante» dans lequel il plongera les volatiles tués un à un avant de les déplumer. Ils seront ensuite coupés en morceaux pour être vendus. «La couleur de cette eau est indescriptible. Souvent les poulets découpés sont transportés dans un sac en goni», affirme M. Naseeven.”
(L’Express, 11 avril 2004.)

Dans les familles vivant dans des maisons précaires, sans aménités et électricité, enfants et adultes doivent faire face au froid avec peu de moyens, parfois des plus basiques. Faute de couverture, Marie-Claire, mère qui élève seule ses deux enfants, a cousu du goni entre deux draps pour que ces derniers puissent se couvrir le soir quand ils dorment sur leur lit de fortune.”
(Le Mauricien, 21 août 2011.)

Γ

Le mot goni vient du hindi, qui l’a lui-même emprunté au sanskrit, langue dans laquelle il signifiait “sac”.

Par ailleurs, un informateur bien intentionné nous a récemment envoyé un sms de Madagascar, là où, venait-il de découvrir, il existe le mot gony, prononcé “goun”, pour parler d’un sac fait de fibre grossière.

 

 
___________

Mai 2012.

Au Soudan du Sud, au camp de réfugiés de Yida… (BBC) :

Goni_au_Soudan_du_Sud

 

 

_______

Mise à jour du 28 juillet 2013.

Sur la page Facebook « Vintage Mauritius« , partagé par Michel Langlois :

"Quatre Bornes - L'Usine a Sac - also known as 'L'Izine Gouni' - 1950s"

« Quatre Bornes – L’Usine a Sac – also known as ‘L’Izine Gouni’ – 1950s »

 

 

_______

Mise à jour du 31 mai 2014.

Une photo de Sophie Cayeux montrant la fibre d’agave en train de sécher au soleil des années 60, fibre devant être ultérieurement utilisée pour fabriquer des gonis :

Post by Sophie Cayeux writes.