Archives mensuelles : juillet 2012

Interdiction infinitive

DEFENDRE DE MANGER
BOIRE & FUMER SVP

 

_______

Défann manzé, bwar ek fimé siouplé.

Publicités

Peser

Peser.
Verbe transitif.

Presser, appuyer sur, enfoncer.

Ce matin on pouvait entendre un mari dire à sa femme, à qui il changeait un pneu de voiture : “Pèse le frein un coup, pour que la roue ne tourne pas quand je lâche les boulons.” Ce qui a eu le mérite de faire revenir à l’esprit d’un collectionneur de mots qu’à Maurice on “pèse des boutons” (tant ceux qui sont sur un appareil ou sur un mur que ceux qu’on peut avoir sur la figure ou sur le dos), qu’on “pèse un taquet” (interrupteur), qu’on “pèse un bouchon” (en liège) dans une bouteille, qu’on “pèse quelqu’un sous l’eau”, qu’on “pèse son nez” (pour ou pour ne pas boire de l’huile) ou qu’on “pèse un frein” — entre autres possibilités. Cela ne signifie pas qu’on cherche à connaître la masse desdits boutons, taquets, bouchons, personnes, nez ou freins, en les pesant à l’aide d’une balance par exemple, ce qui pourrait correspondre à une acception normale du verbe peser en français standard, mais qu’on les presse, qu’on les enfonce, qu’on appuie dessus…

 

 

 

_______

Mise à jour du samedi 7 juillet 2012.

Extraits du petit dictionnaire de Nadia Desmarais illustré par Monique Raffray, Le français à l’île Maurice (imprimé par R. Coquet, Imprimerie Commerciale, Port-Louis, île Maurice, 1969) :


(Page 71.)


(Page XII.)

Pompe à feu

Pompe à feu.
Nom féminin.

Extincteur.

Bonjour madame. Contrôle de routine. Vous avez votre pompe à feu ?

Mais monsieur, c’est une offense si vous n’avez pas de pompe à feu dans votre voiture ! L’amende est de 600 roupies.

Mais dites moi une chose, constable : ces pompes à feu-là, elles n’explosent pas parfois, comme c’est déjà arrivé pour deux personnes, ce qui a endommagé leur auto ? Et si cette explosion créé un accident ou blesse les passagers ?

Équipement automobile – Pompe à feu : la date d’expiration pas indiquée
(Le Défi, 26 mars 2012.)

Les gabelous mauriciens, qui sont des gens éduqués sachant s’exprimer en français, arrivent parfois à dérouter des automobilistes lorsqu’ils leur demandent de leur faire voir leur “pompe à feu”. C’est ainsi que certains “law-abiding citizens” se mettent à avoir des sueurs froides en se demandant ce qu’on attend d’eux. Sont-ils censés avoir sur eux une sorte de lance-flamme réglementaire ? Le napalm ou le feu grégeois sont-ils de rigueur dans les véhicules martiens ? S’agit-il de quelque chose de pire encore ? Pas de panique — élancez la grande échelle (mais qu’est-ce qu’on a fait des tuyaux ?) —, dans un cas comme celui-ci il n’est question que d’un vulgaire extincteur, d’autant plus vulgaire qu’il ne prend que la forme d’un petit spray de rien du tout, bien incapable d’éteindre votre voiture si cette dernière venait à s’embraser. (“Éteignez votre véhicule s’il vous plaît, monsieur.”) Toutefois, ne soyons pas exagérément critique : qui sait si ces pompes à feu indispensables ne peuvent pas être d’une quelconque utilité pour se raser ? Et pas uniquement pour “éteindre le feu du rasoir” comme le disait une réclame.

Quoi qu’il en soit, même si lesdites “pompes à feu” en vente à Maurice comportent de sibyllins messages du genre “liquide de flamme retardante” (cliquer sur la 2e photo du billet), il peut être utile de préciser que l’expression “pompe à feu” a été employée en Europe dès le XVIIIe siècle pour parler de machines à vapeur capables d’élever un volume d’eau à une certaine hauteur. Autrement dit, il s’agissait de pompes à eau actionnées par le feu.

 

_______

Mise à jour du 5 octobre 2014.

Si jamais un incendie éclate, les conséquences seraient terribles. L’espace est exigu, les produits vendus sont inflammables et il n’y a aucune pompe à feu. C’est vrai que la caserne des pompiers n’est pas loin, mais le marché de Quatre-Bornes est un endroit dangereux”.
(business.mega.mu, 20 août 2014.)