Archives quotidiennes : 20 novembre 2009

Bardeaux

Bâtiment de Port-Louis dont les petites toitures flanquant le corps principal sont couvertes de bardeaux dits « en écailles de poisson » :

Le mot bardeau aurait des “origines obscures”. Le Dicobat lui donne les synonymes suivants : ancelle, échandole, essanne, essente, tavaillon, mots que je n’ai jamais entendus.

Vieille boutique port-louisienne.

Les bardeaux se posent sur un « boarding » (voligeage) constitué de planches clouées sur les chevrons et, pour éviter les infiltrations d’eau, ils se chevauchent en général sur les deux tiers de leur longueur et sur la moitié de leur largeur.

Toit en bardeaux en cours de réparation.

Le bardage est le revêtement des murs extérieurs réalisé avec des bardeaux. Toutefois, de nos jours on parlera aussi bien de bardage pour un revêtement réalisé en tôles d’acier ou à l’aide d’autres éléments de couverture que l’on vient fixer mécaniquement sur l’ossature porteuse. On en a une illustration ici : https://mauricianismes.wordpress.com/2009/05/17/dalot/
Les murs en bardeaux sont plus plus fréquents à la Réunion qu’à Maurice. Un exemple fameux est la maison natale de Raymond Barre à Saint-Denis.

Les bardeaux résistent mieux à la pourriture en climat sec, comme à Port-Louis (photo ci-dessous), alors que dans les hauteurs de l’île, où il fait beaucoup plus humide, ils ont tendance à se dégrader assez rapidement, ce qui rend les anciennes maisons en bois d’un entretien coûteux. Petit à petit le béton remplace tout ce bois…


 
 

 
 

Publicités