Archives quotidiennes : 22 novembre 2009

Tente

Tente / tante.
Nom féminin.

Panier, sac, cabas, traditionnellement fait de feuilles de vacoas tressées, aujourd’hui le plus souvent fait de lanières synthétiques tressées.

L’objet existe sous plusieurs formes. On a la « tente (de) bazar », assez grande, qui peut servir à transporter des légumes ou d’autres denrées :

On a la « tente d’école », petit panier à couvercle tressé coulissant sur l’anse unique et qui sert aux écoliers à transporter leur pain et leur gourde de jus :

Tente d'école et gourde.

Ce sont là les deux types principaux de tente, mais tout panier tressé ayant une certaine profondeur peut être décrit par le mot « tente », à l’exclusion des paniers plats : une tente sert au transport, pas au rangement.

« L’âme d’Albion semble se situer à Camp Créole. Là, les gens sont plus accueillants, les sourires sincères. Côté mer, l’on s’y barricade derrière des murs trop hauts comme pour ne pas voir cet autre Albion. Derrière les barbecues et devant la piscine l’on parle marché boursier et non pas ‘tente bazar’. » (5-Plus Dimanche, 5 janvier 2003.)

« Au devant des vitrines, des petits pots de piment et d’achards de Rodrigues sont installés sur une table. Des cartables et des tentes en vacoas pendent au plafond. » (Week-End du 10 mai 2009.)

« On le voyait rentrer du travail chargé de sa “tente” gonflée de victuailles de toutes sortes. » (Carl de Souza, La Maison qui marchait vers le large, page 33.)

Il serait tentant de voir le mot « tente » comme un élargissement du sens attaché à la tente en tissu qui permet de s’abriter, mais selon Robillard, qui cite Chaudenson, le mot viendrait du malgache tanty, corbeille. Et en cela il pourrait indifféremment être écrit « tente » ou « tante ».

A Rodrigues, île réputée pour sa vannerie — art faisant partie du quotidien d’un nombre relativement important de gens —, on trouve toujours des tentes en feuilles de vacoas (pandanus), telle celle visible ci-dessus. Au début des années 90 je me souviens avoir vu des feuilles de vacoas en train de sécher par terre à Vieux Grand Port. Je ne suis pas certain qu’aujourd’hui à Maurice on trouve encore beaucoup de personnes utilisant les très résistantes feuilles de cette plante-là.

 

_______

Mise à jour du 28 décembre 2014.

Tante de jeanmalacs photographiée hier.

Tante_de_jeanmalacs_5694

Il me semble qu’on entend parler de “tante” en tant qu’unité de mesure. Une mesure bien peu rigoureuse, certes, les tantes pouvant être de taille variable, mais on dira par exemple que “le dimanche où on est allé à Plaine Champagne on a ramassé trois tantes de goyaves de Chine”.

Publicités