Archives quotidiennes : 19 novembre 2009

Roche cari

Roche cari.
Nom féminin.

Pierre plate, taillée et polie, sur laquelle on crase* des épices ou du coco à l’aide du baba, la partie cylindrique et mobile réduisant en purée ce qui doit devenir une pâte aussi onctueuse que possible.

« Maman avait empoigné le baba de la roche cari et, avec un balancement de tout le corps, s’employait énergiquement à nous faire un bon massala. »

« De ces plats, qu’elle évoque le temps d’un ouvrage – Manzé Longtemps -, Malika Kallichurn revalorise des recettes qui requièrent parfois un long temps de préparation. A l’instar des différents massala où le grinder est délaissé à la faveur de la roche cari. Mais au final, c’est en bouche que l’on savoure les résultats de l’effort !” (Week-End du dimanche 16 novembre 2008.)

Dans la note sur les tombalistes il était question d’un article parlant de ces tailleurs de pierre spécialisés dans la fabrication de tombes, métier qui prend lui-même le chemin de la tombe selon le témoignage de ceux qui exercent encore cette activité. « Et pourtant, la vie des tailleurs de pierre ne se limite pas à faire des pierres tombales. Que ce soit le baba roche cari ou so maman, les mortiers, les roches laver ou « miraye campman », il suffit, comme pour les pierres tombales, de passer une commande pour être servi. »
 
 
 
* craser = écraser, encore que moudre aurait été plus approprié ici
 
 
 
 
__________
Mise à jour du 5 octobre 2010

Voir l’entrée consacrée à la roche cari sur le photoblog de Carrotmadman6, ici.

 

Ԉ

 

Publicités