Grenadine

Grenadine.
Nom féminin.

Fruit de la passion (Passiflora sp.).

Il se souvenait que, petit, sa mère lui avait montré comment féconder les fleurs de grenadine en prenant du pollen sur les étamines et en le frottant sur le pistil.”

« Servez avec un coulis de grenadine (faites réduire 2 grenadines et 150 g de sucre). » (Week-End, dimanche 12 avril 2009.)

« Confiture de grenadine-coco ou piment ourite, la gamme de produits se vend entre Rs 35 et Rs 80. » (L’Express, 28 août 2008.)

En français d’ailleurs ce fruit est aussi appelé grenadille, ce qui expliquerait qu’à Maurice il porte le nom de grenadine, par association avec le mot grenadine servant à nommer un sirop rouge à base de grenade. (Par ailleurs il existe une grenadelle, dont la photo sur Wikipédia ressemble à celle des fruits visibles ci-dessus.)

Cependant, la définition que donne le TLFi de la grenadille ne correspond guère à la plante filante produisant les fruits de la passion :
A. − Arbuste exotique grimpant qui porte des fruits rouges comestibles dont la saveur rappelle celle de la grenade.
B.Bois de grenadille. Bois de la dureté de l’ébène, de couleur brun rougeâtre moucheté et veiné de noir.
http://www.cnrtl.fr/definition/grenadille
Premièrement, il ne me semble pas que la grenadine (au sens mauricien) ait un goût voisin de celui de la grenade, et deuxièmement la liane sur laquelle pousse le fruit n’est pas un arbuste et celle-ci ne peut certainement pas produire de bois — de bois ayant “la dureté de l’ébène” qui plus est. Il semble exister une nette différence entre ce qui est appelé grenadille sur Wikipédia (ou ailleurs sur internet) et ce qui porte ce nom d’après le Trésor de la langue française.


 
 

–     ∞     Ω     ∞     –


 
 


 
 

–     ∞     Ω     ∞     –


 
 

18 réponses à “Grenadine

  1. Quelques mots sur l’étymologie de grenadille :

    Emprunté à l’hispano-américain granadilla « fleur et fruit de la Passion » (v. Al.), tous deux diminutifs de granada « grenade » : granadillo en raison de la couleur rouge de ce bois, granadilla en raison de la ressemblance de ce fruit avec la grenade.
    [Trésor de la Langue Française.]

    J’ai déjà dit plus haut ce que je pensais du “bois” (supposément rouge) de la liane produisant le fruit, mystère qui reste à éclaircir. Pour ce qui est de la ressemblance de la grenadine (en mauricien) avec la grenade, cela peut aussi se discuter, du moins pour ce qui est de l’aspect extérieur. (Pour ce qui est de l’intérieur on trouve en effet beaucoup de graines dans les deux types de fruit, pépins baignant dans un liquide jaune orangé dans le cas de la grenadille/grenadine alors qu’ils sont “au sec” dans la grenade.)

    Admettons donc que la grenadille soit une petite grenade — ce qui irait en partie dans le sens du mot grenadine, formé à partir de grenade et du suffixe -in(e) marquant l’appartenance — et voyons ce qu’il en est de la grenade proprement dite :

    Grenade
    Ca 1165 pume grenate; ca 1314 grenate. Probablement emprunté aux dialectes de l’Italie du Nord : piémontais pum graná, lombard pom granat, istriote pom graná, où pomo remplaça melo « pomme » dans l’expression melo granato « grenade », du latin malum granatum « id. » (d’où sont issues, souvent avec des altérations par étymologie populaire, les formes des autres langues romanes), proprement « pomme à grains ».
    [Trésor de la Langue Française.]

    La grenade ne serait donc qu’une pomme grains, une sorte de bombe à fragmentation en quelque sorte, ce qui est confirmé par etymonline.com, lequel, dans l’entrée consacrée au mot pomegranate (grenade en anglais), dit ceci :

    c.1320, poumgarnet, from Old French pome grenate, from Medieval Latin pomum granatum, lit. « apple with many seeds, » from pome « apple, fruit » + grenate « having grains, »* from Latin granata, feminine of granatus, from granum « grain. » The Latin was malum granatum « seeded apple. » Italian form is granata, Spanish is granada.
    [Online Etymology Dictionary.]

    Il est amusant de constater que pour ce fruit aussi malum (pomme en latin classique) a été remplacé par pomum (fruit en latin classique), l’hégémonie de la pomme** s’étant étendue jusqu’à Grenade***.
     
     
    * cf. l’adjectif français grenu
    ** voir aussi l’origine du mot mauricien masson, ainsi que la pomme jaco, la pomme d’amour, la pomme de terre, la pomme de pin (“pine apple”), etc.
    *** il ne semble pas certain, toutefois, que le nom de la ville andalouse soit lié à celui du fruit

  2. Ici, parchita.

  3. Et où donc se trouve votre « ici », arcadius?

  4. Apart from pomegranates, in Europe all we get is the one called grenadille, with the brown wrinkled skin, known as passion fruit. Funny thing, we’ve had pomegranates all my life, but passion fruit only came in the past fifteen or twenty years–before then, I’d only had them in Australia.

  5. I saw passionfruit in Australia, growing in my friends’ garden. Perhaps they were not quite ripe, they were smooth and in the process of turning from green to red.

  6. A. J. P. Crown

    Yes, I was always told not to eat them until they were wrinkled.

    Et in Arcadia ego.

  7. De la passiflore, je connais surtout la fleur, très spectaculaire dans mon jardin bruxellois (pour le moment, mon pied de passiflore est sous la neige, complètement brûlé par le froid, mais jusqu’à présent, il est vaillamment reparti chaque printemps…)

    La fleur de la Passion tire son nom du fait qu’elle semble figurer tous les éléments de la Passion, c’est-à-dire la Crucifixion du Christ : couronne d’épines, marteau et clous.

    Pourtant, je parierais volontiers qu’aujourd’hui, la première idée qui vient à l’esprit quand on parle de « fruit de la passion » (notons la disparition de la majuscule…) est liée à la passion amoureuse, forcément associée à quelque paradis tropical dans l’imaginaire moderne…

    (« Maracuja » est un autre nom de ce fruit.)

    Mais de fil en aiguille, c’est-à-dire de supplice floral en supplice fruitier, on en oublierait presque que les feuilles sont connues pour leurs propriétés apaisantes…

  8. Aquinze, que sont-elles censées apaiser, ces feuilles-là ?

    Bien vu pour le grand P- de la Passion devenue une passion d’une autre nature. Mais où sont ces marteaux que vous évoquez ? Une autre question : vos passiflores belges poussent-elles sur des lianes aussi ou bien sur un arbuste au bois rouge tel que mentionné par le TLF ?
     
     
    AJP, there are different varieties of passion fruit. Some of them are yellow when ripe (and they become wrinkled when they are very ripe*) and some of them have a darker purplish colour.
     
     
    * see, here, the one that was cut on the top-of-the-post picture a few minutes before it was cut in half

  9. The apple of Granada (rightly the seeded apple, pomum granatum) is native to the Middle East, and was known to the Greeks of Homer’s time already, whereas the passion fruit (spellings vary) is South American in origin and so wasn’t exported to the rest of the world until the 18th century or so.

  10. Fair enough John, but did the Europeans who decided to give the passionfruit/grenadille a name linked to the pomegranate/grenade do it because it contained many seeds too? Seen from outside the two fruits are not particularly similar.

  11. C’est difficile de s’y retrouver car souvent des noms botaniques, commerciaux ou vernaculaires très différents désignent en fait une même espèce. Le bois de grenadille (ou grenadille d’Afrique, ébène ou ébénier du Soudan, du Sénégal, du Mozambique) provient d’un arbre de la famille des Fabaceae (Dalbergia melanoxylon). Il était déjà connu dans l’Egypte antique et a été la première ébène utilisée en Europe. Cette essence est toujours très appréciée pour la fabrication des instruments à vent.

  12. Françoise, sur le site vers lequel renvoie votre dernier lien on voit que cette* ébène du Mozambique, Dalbergia melanoxylon, fait partie de la famille des Légumineuses (Leguminosae), ce qui est corroboré par l’intéressant article en pdf que vous avez proposé.

    Maurice a pendant longtemps été une source de bois d’ébène, lequel a été exploité par les Hollandais jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Il en reste quelques-uns — j’ai vu quelques spécimens dans l’ouest de l’île —, mais c’est un arbre à la croissance extrêmement lente, et ce n’est pas demain la veille que l’on va repeupler les forêts du pays d’ébéniers, d’autant moins que les espèces exotiques font des ravages de part leur envahissement contre lequel il est très, très difficile de lutter.

    Ceci dit, je ne comprends pas encore très bien pourquoi on a appelé cette forme d’ébène “grenadille”. Serait-ce à cause de sa couleur rougeâtre, ce qui renverrait au mot grenat, lui-même apparenté à grenade donc à grenadille ? Ça me paraîtrait un peu tiré par les cheveux…
     
     
    * Mot que j’aurais naturellement eu tendance à mettre au masculin — à tort.

  13. La couleur du bois de grenadille est visible ici, en début de liste. En recoupant différentes sources, il me semble que le nom le plus fréquemment employé en France pour le commerce de ce bois est « ébène du Mozambique ».
    Le mot grenadille, me semble-t-il, est encore en usage en allemand sous diverses variantes : Grenadill, Grenadillholz, Granadill(en)holz, Granatill(en)holz. Dans le dictionnaire de J. et W. Grimm on trouve que le nom viendrait de la couleur de la grenade (Granatapfel).

  14. Is it good to eat? It looks slimy, like mucous.

  15. If you can forget that you are swallowing a bunch of little tadpoles (some people can’t), yes, it’s good.

  16. A. J. P. Crown

    Wikipedia:

    African Blackwood or Mpingo (Dalbergia melanoxylon … is no longer regarded as ebony, a name now reserved for a limited number of timbers yielded by the genus Diospyros; these are more of a matte appearance and are more brittle.
    The genus Dalbergia yields other famous timbers such as rosewood, tulipwood and cocobolo.

    Names

    Other names by which the tree is known include babanus and grenadilla, which appear as loanwords in various local English dialects.

  17. A. J. P. Crown

    Mmm, tadpoles!

  18. AJP: I was always told not to eat them until they were wrinkled

    Like the ones on the photos I have added above? It might be noted that the three grenadines shown on the last photos were all picked on the same plant. Today there was a reddish one, an orange one and a yellow one — all sisters though.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s