Archives quotidiennes : 11 février 2010

Empailleurs (11)

Mise en œuvre de la paille le long d’un “grain-d’orge”, c’est-à-dire d’une noue (valley en anglais). L’origine de l’expression paraît incertaine. Peut-être est-ce parce que tous les éléments de la charpente font un angle de 45° de part et d’autre de la noue, ce qui ferait songer à la disposition des grains sur un épi (cf. le stationnement dit “en épi”). Ce qui est drôle, c’est qu’à Maurice les gens de la profession utilisent l’expression “grain-d’orge” pour parler de cette partie de la toiture sans que, me semble-t-il, personne n’ait jamais vu un véritable grain d’orge ou un épi.

Le fond du grain-d’orge est revêtu d’une feuille de tôle pliée, destinée à assurer l’étanchéité, laquelle tôle doit être posée sur des planches de soutien. Du fait que l’eau se concentre dans la noue, c’est l’endroit où la paille tend à pourrir le plus vite et les “gouttières” (fuites) tendent à apparaître d’abord à cet endroit.

Publicités

Empailleurs (10)

Plutôt que de les lancer, les bottes peuvent aussi être montées sur le toit à dos d’homme. C’est presque aussi léger qu’un fétu de paille.

Empailleurs (9)

Bundle of “corde coco” used to tie the thatch to the battens.