Corec

Corec.
Adjectif.

1. Bon, bien, okay, suffisant, satisfaisant (en parlant d’une chose, d’une action, de son résultat, etc.).

Tu crois vraiment que le béton n’est pas bon ? Moi je pense qu’il n’y a pas de problème. C’est corec ça.”

Ce menuisier n’est pas foutu de faire un travail corec. Ça fait la cinquième fois qu’il doit revenir.”

— François, comment ça va ? Tout corec ?
— Ouais, corec.
— Tu es sûr ?

Tu crois que c’est corec de manger avec sa main à une soirée comme ça ?

— Ces valeurs-là te paraissent corec ?
— Mari corec !

2. Qui va bien, qui est remis, okay (en parlant d’une personne) ; se dit de quelqu’un de bien, de fréquentable, avec qui les choses se passent bien.

Elle avait eu un cancer, non ? Elle est corec maintenant ?

C’est Alvin le project manager le plus corec que j’ai rencontré jusqu’à l’heure.”

Ne te tracasse pas, il est corec ce boug-là.

Il va de soi que le mot est issu du français correct, encore que l’influence de l’anglais ne soit probablement pas à écarter pour certaines acceptions. On retrouve des sens communs entre le français standard et le mauricien, tel qu’on peut le voir dans le wiktionnaire :

correct
1. Où il n’y a point de fautes. Il se dit surtout du style, de l’expression et du langage.
Copie correcte.
écrire d’une manière correcte.
Cette édition est fort correcte.
Cette phrase est correcte, n’est pas correcte.
Un écrivain correct.
Dessin correct, dessin où toutes les règles sont observées et qui exprime bien la forme des objets.
Un dessinateur, un peintre correct.
2. (Figuré) Qui est conforme aux règles de la morale, aux usages du monde.
Une conduite correcte.
Tenue correcte.
Un homme correct.
Il a été correct dans cette affaire.

Alors où est le mauricianisme ? Eh bien tout d’abord dans la suppression du -t final, vraisemblablement sous l’influence du créole. En effet, il aurait été incorrect de dire “j’ai eu une mauvaise grippe mais maintenant je suis correct”, avec le son [k] suivi du son [t]. Mais aussi dans l’acception de “corec” signifiant “okay” (OK que certains d’ailleurs entendent comme voulant dire all correct).

 

Ѡ

 

Mais
En m’ retrouvant seul sous mon toit
Dans ma psyché j’ me montre au doigt
Et m’ crie : « va t’faire, homme incorrect
Voir par les grecs »

Publicités

27 réponses à “Corec

  1. Premières réflexions: il me semble avoir entendu cette prononciation correc , sans le t final, depuis quelque temps déjà en France. Rarement dans la rue, il est vrai — mais peut-être ne fréquenté-je-pas suffisamment les bons quartiers ? — mais en tout cas dans des films ou téléfilms. La plupart du temps ce mot est mis dans la bouche de djeuns , bien sûrs noirs, arabes ou [ si j’avais pu insérer ici un menu déroulant, c’était le moment où jamais] et est censé indiquer un fossé au mieux de génération, au pire de culture ou au pire du pire d’ethnie.
    J’ai trouvé une vidéo d’un groupe nommé Aïoli datée de 2008 et portant le titre « moi je suis correc’ » . Le texte, humoristique, assez bien troussé à mon avis et à prendre avec beaucoup de recul, peut en choquer certains: c’est pourquoi le site a bloqué les commentaires et que je ne mets pas de lien ( et je suppose aussi que vous avez vu cette vidéo au cours de vos recherches …)
    L’important pour la discussion que vous nous proposez est que cette prononciation « correc » était déjà suffisamment implantée en 2008 en France pour que des artistes s’en servent dans un de leurs textes : il ne s’agirait alors pas d’un mauricianisme.
    En revanche, les différentes acceptions que vous nous proposez ( l’acception de “corec” signifiant okay ) me semblent en effet plus discutables bien que la différence entre « être okay » et « être correct » soit très mince, par exemple dans ce commentaire sportif « il est viril mais correct », ou on pourrait tout à fait remplacer « correct » par « okay ».

  2. >Siganus
    Mazette! Depuis le 28 mai, croyez-vous qu’elle est correc votre absence et notre secheresse ?

  3. Siganus Sutor

    Leveto : il me semble avoir entendu cette prononciation correc , sans le t final, depuis quelque temps déjà en France

    Depuis 1958 ? (Il vous suffit de lever les yeux pour voir les paroles du Pornographe, cette chanson dans laquelle Georges Brassens fait rimer “incorrect” avec “grec”.)

    La prononciation sans -t final n’est pas récente à Maurice. Elle existe en créole depuis des temps immémoriaux (au moins) et son adoption dans certaines conversations se tenant en français me semble relativement ancienne aussi. (J’essaie pour cela de me souvenir d’une personne âgée qui, parlant français, aurait utilisé “korek”.)

    Il me semble que les acceptions divergeant le plus de celles qui pourraient être utilisées en France sont celles qui ont trait à l’état de santé d’une personne (“j’étais malade, maintenant je suis corec”) ou celles qui, dans un sens plus absolu, signifie que tout va bien (“c’est corec là”, signifiant que tout va bien, “tout est corec”, tout est en ordre).

    Dans le quotidien L’Express il était question d’une personne faisant une grève de la faim, et le sens du “korek” apparaissant dans l’article pouvait relever d’un des deux sens évoqués ci-dessus : “Celui qui, bien qu’allongé sur un lit improvisé plus court que ses jambes, affaibli par la chaleur et le manque, demandait immanquablement, «korek ?» à tous ces anonymes qui se sont arrêtés pour lui serrer la main.” (L’Express, 3 février 2010.)

     

    Jesús, peut-être est-ce dû à notre sécheresse à nous. L’eau ne coule des robinets que quelques heures par jour et si la pluie ne tombe pas suffisamment on nous dit qu’elle ne coulera que quelques fois par semaine.

    Mais vous avez raison : ce n’est pas corec.

  4. Siganus Sutor

    J’ai trouvé une vidéo d’un groupe nommé Aïoli datée de 2008 et portant le titre « moi je suis correc’ ». […] (et je suppose aussi que vous avez vu cette vidéo au cours de vos recherches …)

    Non je ne l’avais pas vue.

    Le chanteur a l’accent du Midi, certes, mais ça pourrait en effet se rapprocher de ce qu’un Mauricien serait amené à dire. (Disons, au hasard, Mario Ramsamy.)

    Mais je suis tombé sur Korek Telecom, compagnie irakienne (kurde) de téléphonie mobile. Tou bizin korek mem ar zot.

  5. Lorraine lagesse

    Salut a tous,
    Que voulez vous nous les mauriciens soles des drôles d oiseaux
    Ici on ne prononce pas les T a la fin d’ un nom. Comme par exemple. rousseT, ou en France on le prononce RoussE. Sans dire. Le T, et correct, devenu correc. Sonne mieux a l oreille!.
    Pardon pour ce nouveau style d’ écriture. Mais suis sur un IPad qui fait des sienne.JE VOIS QUE C EST PAS CORRECK DU TOUT. MAIS TNT PIS.

  6. >Siganus Sutor
    J’espère que votre président ne dira pas une perle comme celle-ci qui a dit notre ancien président Aznar (droite) en 1995 : « Ce que Dieu a crée, l’homme ne devrait pas le changer avec des travaux pharaoniques…sur le problème de l’eau il faut respecter une Espagne humide et une Espagne sèche. Cet élément ne doit pas être modifié substantiellement par l’homme. »
    Quelle lumière !

  7. Jesus: Doubtless this Aznar is in favor of filling in the Canal de Castilla and wrecking the wetlands around it? It is, after all, « Pharaonic ».

  8. >John Cowan
    I don’t know. Anyway he changed his mind:
    Après, le 5 juin 2001 le gouvernement d’Aznar a adopté le Plan Hydrologique* National qui a été changé en 2005 par Zapatero.
    * Appelé par quelqu’un comme « hydroIlogique », ce plan a été très polémique parce qu’il était basé, surtout, sur le transvasement de l’Èbre.

  9. La prononciation « korek » pour « correct » est ancienne en français métropolitain. C’est celle qui est indiquée dans le dictionnaire de Féraud (1787) ou dans celui de Gattel (début XIXe).
    Elle a disparu du langage châtié par la force de l’instruction publique généralisée, mais elle s’entend encore fréquemment à Paris dans les milieux populaires, où l’on répugne aux doubles consonnes : ma voisine (75 ans) dit la tab(le), un meub(le), le marb(re) et évidemment correc(t).
    En français standard d’aujourd’hui, la finale -ect a généralement ou bien la prononciation complète e-c-t (direct, intellect, infect) ou bien la prononciation è (aspect, respect, suspect, circonspect), mais rarement la prononciation intermédiaire ek, sauf en liaison à l’ancienne : le respec(t) humain, qui ne se pratique plus guère en dehors de la Comédie française.
    Il n’en a pas toujours été ainsi, témoins les fables de La Fontaine, par exemple La Perdrix et les Coqs, où l’on lit :
    Ce peuple cependant, fort souvent en furie,
    Pour la Dame étrangère ayant peu de respec,
    Lui donnait fort souvent d’horribles coups de bec.

  10. témoins les fables de La Fontaine
    ou plutôt témoin les fables de La Fontaine selon les conseils avisés des grammairiens, même si l’accord se trouve parfois.

  11. zerbinette

    Olimalia, il n’y a pas qu’à Paris ! Dans le Berry, j’ai entendu dire septemb(r)e, octob(r)e etc… Je vais essayer de poser une question précise pour écouter-voir si l’on dit correc’ !

  12. marie-lucie

    Pour l’élision du r et du l après consonne en finale de mot (mots finissant par ble, ple, cle, gle, bre, ble, dre, tre, gre, cre, etc), je crois que c’est général dans le parler populaire du Nord de la France, ainsi qu’au Canada. Les gens instruits le font aussi lorsqu’ils parlent vite et sans surveiller leur langage,, surtout s’il y a un aut(r)e mot après: toute la partie Nord dit tab’ de nuit, enc’ de Chine, en septemb’ dernier, etc. Les gens peu instruits font la même chose à la fin des groupes de mots ou des phrases. p.ex dans. mett(r)e la tab(l)e, tout le monde va dire mett’, mais les gens instruits vont s’appliquer à dire table et non tab’ lorsque le mot est à la fin (mais même ces personnes peuvent dire tab’ lorsqu’elles ne font pas attention à soigner leur langage.

  13. Siganus Sutor

    Olimalia : La prononciation « korek » pour « correct » est ancienne en français métropolitain*.

    Dans ce cas disons que c’est la prononciation qui a été retenue en créole mauricien (né au XVIIIe siècle), ce qui a pu influencer la prononciation locale du français. Ce que vous dites de la répugnance aux doubles consonnes se retrouve très largement ici aussi. Je ne connais pour ainsi dire aucun Mauricien, aussi précieux soit-il (quoique…), qui dise autre chose que “meub” (“mèbe” en créole), “table” (“latab” en créole) ou “ma:b” (“ma:b” en créole, mot désignant… des carreaux céramiques). Celui ou celle qui prononcerait “correct”, avec un [t] final, pourrait se voir reprocher de parler comme un Français, en d’autres mots d’être une sorte de “faiseur” (i.e. de vantard, de pédant).

    On retrouve dans la prononciation locale tous les exemp(l)es cités ci-dessus : “octob”, “septemb”, “novemb” et “décemb” — prononcé oktob, septam, novam et dessam en créole) —, “enc”, etc. De façon amusante, Nadia Desmarais, à la page 95 de son petit Dictionnaire des termes mauriciens, fait les recommandations suivantes :

    1) Appliquez-vous à prononcer le R à la fin des mots et des syllabes : ne dites pas pêê, mais pèRe, pas pââti mais paRtiR, — pas heûe, mais heuRe.

    2) Prononcez toutes les consonnes de la dernière syllabe des mots (précédant un E muet) : non pas mécanisse, mais mécaniSMe, — non pas sabe, mais saBLe ou saBRe, — non pas oöde, — mais ordre.

    Ce petit livre a été publié en 1969. Compte tenu de ce qu’on entend toujours, y compris dans la bouche des enfants, on réalise que cela n’a été qu’un vœu pieux. Il faut croire que les gens assument leur mauricianité !

    Quant au direct évoqué plus haut (“en français standard d’aujourd’hui, la finale -ect a généralement ou bien la prononciation complète e-c-t (direct, intellect, infect) ou bien la prononciation è (aspect, respect, suspect, circonspect), mais rarement la prononciation intermédiaire ek”), eh bien lui aussi est devenu “direk”. Par contre il me semble que les gens diront plutôt “infect” — “c’est infect !” —, peut-être parce qu’ils auront tendance à bien séparer les deux syllabes, pour accentuer leur dégoût.

     

    * Hmmm… Vous usez là d’un mot dangereux sous cette varangue-ci. Voir par exemple ici ou . Mais peut-être ne s’agissait-il que d’une façon d’appeler la variété de français parlé dans “l’Hexagone”.

  14. marie-lucie

    “ma:b” (“ma:b” en créole, …)

    Cette prononciation « mâbe » est aussi un souvenir du 18ème siècle: p.ex. « arbre » se prononçais âbre« . Le son r venu du latin (arbor, marmor) a été réintroduit dans la prononciation à la suite de l’enseignement obligatoire, qui a imposé l’orthographe, et par conséquent une prononciation qui la suit.

    “septemb”, “novemb” et “décemb” — prononcé oktob, septam, novam et dessam en créole

    Il n’y a pas qu’en créole qu’on supprime le b en même temps que le r après une voyelle nasale, c’est courant dans la moitié nord de la France, en parlant rapidement et familièrement. En fait le son b ne disparaît pas, il devient un m (sa contrepartie nasale en phonétique) après une voyelle nasale. Par exemple « Monte dans ta chamm!* (cham- avec une voyelle nasale, comme dans champ ou chambre, suivi d’un son *m* au lieu d’un son *b*). Mais l’orthographe « am » en créole semble indiquer la dénasalisation de la voyelle (et donc une pronunciaiton « ame ») « m[abe.

  15. marie-lucie

    (Prière d’effacer le dernier « mot »).

  16. Siganus Sutor

    M.-L. : Monte dans ta chamm

    Sur Mars aussi on entend des gens parler de “chan-m”, ou de “jan-m” (jambe — lazam en créole, sans son [b] non plus).

    Même le [a] de “maman” peut être nasalisé, puisqu’on entend relativement souvent la prononciation “man-man”.

  17. marie-lucie

    Dans ma famille, on dit toujours « man-man » pour s’adresser à sa mère.

  18. Siganus Sutor

    Ah, en voilà une surprise ! Vous ne seriez pas un peu martiens quelque part ?

  19. Siganus Sutor

    A number of English speakers in Mauritius are South Africans expats (or semi expats, since some of them have taken root in the Martian soil). I don’t know if it’s particular to people from Azania SA, but a good deal of them would say “correct” to say “yes”.

    “Have you seen Gavin since last week?”
    “Correct.”

    “I think these elements have been painted blue instead of green.”
    “That is correct.”

    “Are you Garry?”
    “Correct.”

    It is as if they are the teacher and you are the pupil receiving credits for this, that or the other. I tend to find it a bit irritating.

    I’m wondering whether English speakers from other parts of the world have the same (bad) habit to some extent.

  20. johnwcowan

    I would use « Correct » or « That’s correct » only in a fairly formal context. I wonder if this en-ZA feature is a calque from Dutch or Afrikaans.

  21. marie-lucie

    Je crois que « correct » est assez répandu pour dire « oui » au Québec.

  22. Siganus Sutor

    John W., maybe it’s not so much South African after all. In my work environment a good part of the people to whom we have to speak English are South Africans. Other English speakers might say it as often, but I have not noticed it as much since I don’t speak that often to Kiwis, Australians or Americans. What Marie-Lucie says above (people in Québec saying “correct” to say “oui”) may suggest an English influence that Québécois would have had, an influence that must surely be North American.

    “Hey, are you from Canada?”
    “Correct.”
    ??

  23. Siganus Sutor

    A recently witnessed e-mail exchange:

    1st e-mail: “Are these all that you uploaded?”
    2nd e-mail (answer): “Correct that is what we uploaded.”

    The answer was from an Australian.

  24. zerbinette

    Cela me fait penser à une mode (qui me semble passée aujourd’hui) où les gens au lieu de répondre tout simplement OUI à une question simple, se fendaient d’un :

    Affirmatif !

  25. Zerb, c’est un problème militaire, mis à jour par les gars des « trans. », le oui n’est pas toujours reçu 5 sur 5, avec affirmatif il n’y a pas de confusion possible.
    Vieux grognard.

  26. Siganus Sutor

    Comme dans la chanson No comment de Serge Gainsbourg :

    Ouh ouh ouh,
    Si j’ai de quoi ? affirmatif, et quoi d’autre ? no comment
    Si je baise ? affirmatif, quoi des noms ? no comment
    Des salopes ? affirmatif, des actrices ? no comment,
    Des gamines ? affirmatif, de quel âge ? ouh ouh ouh…

  27. zerbinette

    Ah je comprends, ça a disparu en même temps que le service militaire !

    Merci Vieux grognard !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s