Mo lamin

“Lamin” ouswa “lamé” ?
(Diksioner morisien : “Lame n. Parti lekor enn dimounn ki ratase ek so pwanie e kot ena sink ledwa ki servi pou atrap kiksoz ek manipil zot.”)

Simin” ouswa “simé” ?
(Diksioner morisien : “Sime n. 1. Larout kot veikil roule e kot pieton sirkile. 2. Pasaz ki permet gagn akse enn landrwa, enn destinasion. 3. Direksion ki enn dimounn pran onivo so konportman, so labitid. <Var. Semin>.”)

“Dipin” ouswa “dipé” ?
(Diksioner morisien : “Dipin n. Aliman debaz ki fer ek lafarinn ki finn petri, fermante e ki finn kwi dan four.”)

“Lisien” ouswa “lisié” ?
(Diksioner morisien : “Lisien n. Mamifer domestik karnivor ki form parti bann kanide e ki elve prinsipalman kouma gardien lakour.”)

“Pitin” ouswa “pité” ?
(Diksioner morisien : “Pitin n. 1. Fam ki prostitie e ki amenn move lavi.”

Publicités

8 réponses à “Mo lamin

  1. Lorraine Lagesse

    Moi je trouve tous ces orthographes trop cocasse et cela nous appartient comme un style tres folklorique… La voyelle est accolée au mot et cela fait un tres joli onomatope…A Dimain si vous le voulez bien…

  2. Les deux premiers mots avec les deux pronociations ne me choquent pas. Avant de voir la photo, je pensais à l’expression péna simé que j’ai dû entendre autant de fois que péna simin (ou encore sémin).
    J’ai eu le plaisir du coup de me rappeler cette chanson que je considère magnifique dans ses intentions, et riche aussi bien musicalement que culturellement, avec les instruments usuels du séga (même si le viélon a remplacé ici l’accordéon), plus du sitar et des tablas, sans oublier la partie en bhojpuri. S’il est difficile d’entendre le chanteur prononcer lamé avant mo nwar, c’est beaucoup plus flagrant quand c’est la fille qui chante. Je me suis demandé si cette nasalisation légère entre le et le min ne viendrait pas du « je » en hindi. Un de mes amis ne prononçait pas « mais » mais « main » en français.
    Je me suis souvent arrêté devant ce mur (petit carré blanc) où sont (étaient) inscrits les espoirs de ce séga en plusieurs langues.

  3. Zippo, quand j’écoute le refrain du séga que vous mettez en lien, j’entends plus “lamin” (rimant avec “dipin”) que “lamé” (rimant avec “larmé”). Je ne m’explique pas comment Carpooran n’a mis que la prononciation [lame] dans son dictionnaire.

  4. Même quand la fille chante vers 3:30 ? Marrant comme on peut entendre différemment; je n’arrive pas à déceler un « min » chez elle alors que quand c’est le type qui chante, on entend bien le « min » même si j’en ressens une atténuation dans la liasion avec mo nwar.
    C’est effectivement bizarre que certaines prononciations n’y soient pas, comme simin. Il faudrait que je pousse la curiosité, ce soir, de voir si les deux formes délo/dilo existent, ainsi que diri/douri ou encore ossi/oussi (la bonne pronociation et la mauvaise!).
    Une autre graphie que je note assez souvent, c’est celle du mot rien, que j’écris naryen, et que je vois écrit narnyer.

  5. Siganus Sutor

    Il est indéniable que les prononciations “lamé” et “simé” existent, mais “lamin” et “simin” aussi, tout comme “délo/dilo”, “tiginn/tigit”, “kisann-la/kisann-na”, etc. Je pensais Carpooran loin des partis-pris à la Lalit ou à la Virahsawmy, mais je me mets à me poser quelques questions quand je vois l’impasse qu’il semble faire sur lamin et simin.

    Je n’ai pas l’impression qu’on aille systématiquement vers une dénasalisation : “ah bon” se prononce aussi “han bon”, de même que “maman” est aussi “man-man”. Je m’explique moi, toutefois, comment “sa” (sa mem sa) devient parfois “ha” (ha mem ha).

    Quant à “narien”, il se décline aussi selon moi en “narnien”, ce qui pourrait expliquer la graphie que vous mentionnez.

    ce mur (petit carré blanc) où sont (étaient) inscrits les espoirs de ce séga en plusieurs langues

    Si c’est bien de ce mur qu’il s’agit, il faut effectivement parler au passé.

  6. A li hemm ha, merci :-). Je lève mon Pouce pour dire mari top. Ah ouais, il n’y a plus que les mains qui y soient restées!
    (tiens, j’aimerais bien connaître l’explication de « sa » -> « ha », merci d’avance).

  7. Siganus Sutor

    j’aimerais bien connaître l’explication de “sa” -> “ha”

    C’est dû à l’influence exagérée d’un type qui a perdu toutes ses dents de devant dans une tapade mémorable.

     

    Un autre exemple illustrant le déphasage existant entre le Diksioner Morisien et l’usage :

    Le slogan que l’organisme s’est choisi est “Kontan Lekol sameme simin lamyer” pour dire que les enfants doivent pouvoir apprécier le plaisir d’aller à l’école.”
    (Le Matinal, 17 novembre 2010.)

    Bon, il ne faut pas me demander ce qu’est ce lamyer-là, mais “sime” est bien “simin” dans ce cas-ci. Toutefois, il s’agit peut-être là d’un accent outrancier, comme celui dont souffrent ceux qui disent “mo ena dirim dan mo nin-nin”. :mrgreen:

  8. Gro Zippo

    lamyer =la meilleure ? pliss bon à la rigueur …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s