Archives quotidiennes : 15 avril 2012

Toucher

Toucher.
Verbe transitif.

1. Encaisser (en parlant d’un chèque).

Ah, la MRA* a déjà touché mon chèque…”

Oui, j’ai bien reçu ton enveloppe. Quand est-ce que je peux toucher ton chèque ?

Le chèque que je lui ai donné pour le rembourser, neuf mois après il ne l’a toujours pas touché !

Le trio légal a expliqué aux HCA qu’ils ne devaient pas toucher le chèque de Rs 7 685 que le gouvernement leur a fait parvenir. Cela menacerait leurs chances d’obtenir gain de cause dans leur action pour être réintégrés à leur poste..”
(L’Express, 19 juillet 2005.)

Avant de prendre son poste, Geeantee se rend à la banque pour toucher le chèque de Rs 4 125 représentant le montant de son salaire mensuel.”
(Maurinews.info, 9 mai 2011.)

L’ancien propriétaire de la clinique MedPoint a toutefois refusé de confirmer s’il a bien touché le chèque de Rs 144,7 millions que lui a remis le ministère de la Santé, le 29 décembre 2011 [2010].”
(L’Express, 1er novembre 2011.)
 

2. Gagner (en parlant d’un salaire).

Combien tu penses toucher si tu changes de job ?

Je touchais Rs 9,000 par mois lorsque j’ai commencé à travailler.”

C’est un jeune homme qui ne manquait de rien. Il touchait un salaire décent et il s’était épris d’une jeune fille de la localité.”
(Le Défi, 23 février 2012.)

Oui, mais lui, il a les compétences et puis l’expérience internationale. Alors combien il touche comme ça ?
(Week-End, 5 avril 2009.)

Nicolas Wong, à la suite de sa mise à pied, a saisi la Cour industrielle d’une plainte en réclamation. Dans celle-ci, il rappelle qu’il a été employé en tant de Boathouse Manager depuis février 1998 et qu’il a reçu une lettre en date du 4 février 2008 l’informant qu’il a soumis sa démission. Il estime qu’en moyenne, il touchait Rs 34 969 mensuellement.”
(Le Mauricien, 27 octobre 2011.)

Ces deux acceptions voisines du verbe toucher constituent-elles vraiment des mauricianismes, c’est-à-dire des particularismes du français tel qu’il est parlé à Maurice ?

En ce qui concerne le sens n° 1, i.e. celui qui a trait à ce document comptable mais néanmoins pratique dont le nom dérive du mot échec (eschec en ancien français, d’où serait sorti le check anglais), quelques dictionnaires français donnent les définitions suivantes qui tournent autour de l’argent :

◊ Le Grand Larousse en 5 volumes (1993) :
Toucher v.t. (…) — 9. Recevoir une somme. Toucher son salaire. — 10. Gagner le tiercé, un gros lot, etc.

◊ Le Petit Robert (2006) :
Toucher v. tr. (…) 3. (1585) Entrer en possession de, prendre livraison de (une somme d’argent). (…) Toucher une prime, le gros lot. Toucher un chèque. ⇒ encaisser.

◊ Le Dictionnaire historique de la langue française (2010) :
Toucher v. tr. dir. et indir. (XIIe s.), d’abord tuchier (1080), également tochier (v. 1155) et touchier en ancien français, est probablement issu d’un latin populaire °toccare, formation onomatopéique (→ toc) conservée dans toutes les langues romanes au détriment du mot latin classique tangere (→ noli me tangere). (…) □ Par ailleurs le contact s’opère avec l’argent, toucher signifiant «recevoir, percevoir (une somme d’argent, qqch.)» (1311, puis 1573 toucher argent).

◊ Le TLF (1971-1994)
Toucher – verbe trans. (…)
7. [Le suj. désigne une pers.] Recevoir quelque chose de dû au terme d’un contrat.
a) [Le compl. désigne une somme d’argent] Se faire payer ou donner de l’argent, une somme d’argent. Proudhon (…) ne condamnait pas la propriété individuelle, mais voulait empêcher qu’un propriétaire touche un revenu sans travailler (…)
SYNT. Toucher une allocation, des appointements, un arriéré, un chèque, des dividendes, des droits, des gages, des intérêts; toucher son mois, des mensualités, une paie, une pension, un pourcentage, des revenus, une retraite, une ristourne, un salaire, un traitement; toucher tant par jour, par semaine, par mois; toucher de l’argent, un pourcentage sur la recette; toucher une somme d’argent.
En partic. Gagner. Toucher le tiercé, un gagnant, le gros lot.

A priori il n’existe pas de différence notable entre le sens de l’expression à Maurice et en France (ou d’autres pays européens francophones). Cependant, il me semble qu’on pourrait trouver là une nuance. À Maurice, toucher un chèque correspond à quelque chose de très précis. L’expression n’est jamais employée pour signifier qu’on a reçu un chèque, qu’on l’a dorénavant entre les mains, comme cela pourrait être le cas d’une somme d’argent en liquide. Elle correspond exclusivement à l’action de déposer le chèque sur son compte en banque ou, si le chèque n’est pas barré, de le remettre au guichet de la banque pour qu’elle vous en donne la valeur en espèces. Il semblerait que dans certains cas, en France, “toucher un chèque” serait plus ou moins équivalent à “recevoir un chèque”, une équivalence n’existant à ma connaissance pas à Maurice. Quelques exemples français relevés sur Internet :

Je viens de toucher un chèque de salaire et je souhaiterai l’encaisser.”
(Forum cBanque.com.)

toucher un chèque, locution
Percevoir une somme d’argent par chèque.”
(Dictionnaire L’Internaute.)

Quelle est la différence entre « Encaisser » un chèque et « Toucher » un chèque?
Au sens propre encaisser c’est le fait que le cheque que tu a posé à la banque soit déjà crédité.
Là tu as encaissé ton chèque puisque l’argent a été transféré.

En ce qui concerne toucher. Au sens propre du terme c’est le fait de toucher un objet avec tes mains en ce qui concerne le cheque tu le touches avec tes mains.
Un chèque touché = Chèque en portefeuille
Un chèque à encaisser = Chèque en portefeuille + Remis à la banque

(…)”
(Forum fr.answers.yahoo.com)

L’expression “encaisser un chèque” — et c’est au pis aller là que pourrait résider le mauricianisme — n’est pas d’un usage courant à Maurice, l’expression consacrée étant “toucher un chèque”. C’est du moins l’expérience que j’en ai.

En ce qui concerne la deuxième acception du verbe toucher, celle qui a trait au salaire, il semblerait là aussi qu’elle ne soit pas inconnue ou inusitée en France :

Olivier Besancenot déclare toucher 1000 euros par mois net lors de la campagne des présidentielles 2007”.
(Site Élections-président.fr.)

Richard Descoings méritait-il ce qu’il touchait, à savoir quelque 24.000 euros/mois ?
(Le Nouvel Observateur, 6 avril 2012.)

En octobre 2009, il touchait 1100 euros nets par mois, sur douze mois, et deux primes d’environ 900 euros nets.”
(L’Humanité, 27 février 2012.)

Ce qu’en disent les dictionnaires :

Toucher un traitement, des mensualités (⇒ émarger). «Un légionnaire touchant […] au service du roi 4 pesetas 10 par jour» (Mac Orlan). ⇒ gagner.”
(Le Petit Robert.)

“Gagner une somme. Toucher son salaire.”
(Grand Larousse.)

Rien de particulier jusqu’ici, les sens semblant se chevaucher parfaitement. Là où ça devient plus intéressant, c’est dans le Dictionnaire historique de la langue française (Robert). Citons la suite de ce qui avait été écrit plus haut :

“Le verbe [toucher] suggère souvent que ce gain est excessif ou illicite. En français d’Afrique, toucher a pris, sans connotation négative, le sens de «gagner de l’argent» (il touche beaucoup, bien) et de «percevoir son salaire» (on a touché avec un mois de retard).”

C’est cette nuance-là que j’aurais tendance à sentir entre l’usage français et l’usage mauricien. Alors qu’en France on se demandera — ou on demandera le cas échéant — “combien il peut bien gagner ?”, à Maurice la question se posera de préférence dans ces termes-ci : “combien il peut bien toucher ?” “À la HSBC il touche un bon salaire”, plutôt que “à la HSBC il gagne un bon salaire”. Toucher est le verbe courant pour parler du salaire d’une personne, un verbe sans aucune connotation particulière, l’équivalent du verbe anglais to earn.

£

Que penserait l’auguste assemblée nordique de tout ce qui précède ? Dans les pays tempérés et septentrionaux, emploie-t-ton fréquemment ces deux sens du verbe toucher de la façon décrite ci-dessus ?

 

 

* MRA = Mauritius Revenue Authority, i.e. le fisc.

Publicités