Cotomili

Cotomili.
Nom masculin.

Coriandre (Coriandrum sativum).

Cotomili_(coriandre)_63

Dhanunjaye Perwanee, 68 ans, cultive du cotomili, des tomates, des laitues, des piments et bien d’autres légumes sur le toit de sa maison, à Rose-Hill ! « Mo fine met bane drome, bidon, bout polystyrène lor lakaz ek mone plante ladan. Li pli effikas, mo pa bizin ale bazar, mo gaign mo kari en plas », indique-t-il. Le toit est donc devenu une véritable pépinière avec diverses stations vertes.”
(L’Express, 21 septembre 2008.)

Daniel Bernasconi explique que dans l’agriculture biologique, la fertilisation se base sur l’apport en matière organique ou de plantes répulsives. « Dans l’agriculture biologique, il est interdit d’utiliser des engrais, des pesticides chimiques ou des OGM (organismes génétiquement modifiés). Nous utilisons des plantes qui agissent en tant que répulsifs comme le basilic, le cotomili et le romarin. Les coccinelles sont aussi très utiles pour enrayer la nuisance de ravageurs car elles se nourrissent de leurs larves », dit-il.
(Week-End, 24 juin 2013.)

Cette deuxième phase du Household Bac Containers Gardening Project dans le Nord a débuté avec la distribution du matériel nécessaire : cette fois le nombre de bacs s’en trouve doublé pour atteindre 8 bacs par famille, permettant de planter sur une plus grande échelle, alors que le kit du cultivateur débutant comprend arrosoir, gratte, du compost et une variété de semences (haricot, cotomili, laitue, brède tompouce, petsaï et queue d’oignon), soit des légumes à cycle court, récoltables sur trois mois et pouvant être cultivés tout le long de l’année.”
(Le Mauricien, 7 septembre 2011.) Coriander--Nevins-Pillay--Dictionary_English_Tamil_(1858)_kot

Curepipe est un festival d’odeurs. Aux abords du marché, c’est la coriandre, le cotomili des Indiens et l’oignon qui dominent les parfums douceâtres des fruits.”
(Geneviève Dormann, Le Bal du dodo, 1989, page 236.)

Krepallo Sunghoon, président de l’association, souligne que ce sont les légumes fins qui ont été les plus touchés. ‘C’est difficile d’avoir le cotomili, la menthe ou des queues d’oignons dans les champs’.
(L’Express, 5 mars 2007.)

Le hing ou asa foetida ou encore ase fétide est une résine extraite des racines de deux espèces de fenouils géants qui poussent en Inde et en Iran. Le fenouil est de la famille des apiacées, comme le persil, la carotte, le cotomili, le céleri, le cumin ou le cerfeuil.”
(Scope, 12 juillet 2012.)

Les odeurs mêmes lui étaient rendues : l’odeur de la rivière, l’odeur des épices que l’on fait roussir, l’odeur du santal et du cotomili.”
(Marcel Cabon, Namasté, 1965, page 35, cité par Pravina Nallatamby dans Mille mots du français mauricien.)

Cotomili_(etiquette_supermarche)_007

Le mot est d’origine tamoule, la coriandre étant appelée kotumali, ou kotomily (கொத்துமல்லி) dans cette langue dravidienne. Certains auteurs de dictionnaires bilingues anglais-tamoul du XIXe siècle indiquent une prononciation légèrement différente, tel le Révérend P. Percival, “Professor of vernacular literature”, qui en 1861, publiant un dictionnaire anglo-tamoul pour faire suite aux ordres de feu le gouverneur de Madras, suggère qu’en tamoul le mot se prononcerait “kottamalli”.

Kottamalli--Percival--Anglo-Tamil_Dictionary_(1861)_page_51

Quoi qu’il en soit de la prononciation exacte, ancienne ou contemporaine, le mot tamoul est suffisamment proche du mot mauricien pour que l’on reconnaisse là une parenté évidente.

Par ailleurs, il est à noter que dans l’île voisine de Madagascar la coriandre est appelée kotomila, mot se prononçant à peu près “koutoumil”. Compte tenu du fait que la langue malgache est une langue austronésienne originaire de l’île de Bornéo, il serait intéressant de se pencher sur l’origine du mot malgache. Les Austronésiens l’auront-ils emprunté aux habitants du sud de l’Inde lors de leurs migrations ? Ou bien le mot malgache aurait-il été emprunté au “vocabulaire des îles”, pour employer l’expression du créoliste Robert Chaudenson, autrement dit au parler de Maurice et de la Réunion ? Car il faut bien l’admettre : le mot cotomili est utilisé à la Réunion aussi — sans que cela n’empêche la terre de tourner.

Dictionnaire étymologique des créoles français de l'océan Indien (1993).

Dictionnaire étymologique des créoles français de l’océan Indien (1993).

Omelette parfumée au cotomili.

Omelette parfumée au cotomili.

18 réponses à “Cotomili

  1. Ici, avant que son utilisation ne se « généralise », elle était plus connue sous le nom de persil arabe.
    J’avais été étonné d’apprendre que ce mot (coriandre) dérive de punaise. Il est vrai que quand la plante monte en graine, la tige durcit et le suc a alors un goût assez prononcé. C’est peut-être cela qui a attiré ces gendarmes ou cette autre punaise.

  2. Peut-être pas des gendarmes après tout …

  3. Siganus Sutor

    « J’avais été étonné d’apprendre que ce mot (coriandre) dérive de punaise. »

    Ah ? Ce que j’ai cru comprendre pour ma part, c’est que ça venait du latin coriandrum, lui-même du grec koriandron, mais que l’origine du mot grec était inconnue. Tout au plus etymonline.com évoque-t-il « apparently a non-Indo-European word ».

    Plus haut dans le billet on voit un extrait du dictionnaire anglais-tamoul du Rev. Percival. À l’entrée coriander l’auteur mentionne en outre danyavisam. Ce qui est amusant, d’une certaine façon, c’est qu’en hindi — langue indo-européenne — la coriandre se nomme dhania. Dans ce cas on a l’impression qu’on a pris le nom hindi, ou sanskrit, ou bengali, et qu’on lui a ajouté un suffixe dravidien.

    Par ailleurs le nom de la plante en Inde semble se partager en deux groupes : ceux apparentés au nom tamoul et ceux apparentés au nom hindi, bengali, marathi, etc. Mais de façon étonnante on retrouve au Cachemire ou au Gujarat des noms faisant songer au nom tamoul :

    Botanical name
    Coriandrum sativum L.
    Indian Names
    Hindi : Dhania or Dhanya
    Bengali : Dhana, Dhania
    Gujarati : Kothmiri, Libdhaba
    Kannada : Kothambri, Kothamiri bija
    Kashmiri : Deaniwal, Kothambalari
    Malayalam : Kothumpalari bija
    Marathi : Dhana
    Oriya : Dhania
    Punjabi : Dhania
    Sanskrit : Dhanyaka
    Tamil : Kothamalli
    Telugu : Dhaniyalu
    http://www.indianspices.com/html/s0624cor.htm

  4. Pour l’origine avec punaise, je m’étais renseigné chez le Wiki français. Une autre hypothèse évoquée, commune au Wiki anglais, ramène l’origine de ce mot au prénom d’une princesse crétoise écrit en linéaire B. En fait, comme souvent, personne n’est sûr de rien.

    Impressionnante cette liste de nom. Wiki encore affirme que la coriandre s’appelle hachiche (écrit comme ça) à Alger. Ce que je ne m’explique pas, c’est pourquoi un nom plutôt qu’un autre est retenu à Maurice: c’est cotomili au lieu de dhania qui est resté. Par exemple, pour l’eau, c’est l’hindi pani qui a été retenu (du moins de ce que j’en sais, je n’ai jamais entendu tannir ou niru) .
    En passant, mes gendarmes sont en fait des punaises arlequin, mais ça n’a probablement plus d’intérêt.

  5. Quand je suis arrivée à Montréal au début de 1980, c’était introuvable dans les supermarchés et dans les marchés publics. C’était seulement dans le quartier chinois ( on demandait du persil Chinois) qu’on pouvait s’en approvisionner ou chez des ressortissants Indiens qui en cultivaient pour leurs restaurants. Maintenant, c’est une commodité si je peux utiliser ce mot.

  6. Lorsque j’etais en France, on m’a souvent dit ne pas aimer la coriandre car l’odeur (pour certains c’est l’odeur, d’autres le parfum!)rappelait celui de la punaise (bestiole verte) écrasée!
    Certains ont changé d’avis en goutant « ene bon satini cotomili crazé »!

  7. Siganus Sutor

    Beaver, les Canadiens se sont cotomilisés — pour le meilleur et pour le pire.

    Courpa, je ne sais pas si le cotomili sent la punaise (je ne me suis jamais dit une chose pareille), mais ce qui m’intrigue le plus c’est de savoir si les courpas mangent le cotomili ! Dans un des articles cités dans le billet, un article parlant d’agriculture bio, il est dit “Nous utilisons des plantes qui agissent en tant que répulsifs comme le basilic, le cotomili et le romarin.”

  8. Siganus Sutor

    Zippo, il serait intéressant de vérifier auprès du plus grand nombre possible de hindi-speakers ou de bhojpuri-speakers si c’est plutôt le mot “cotomili” qui est employé ou un autre, plus “Northern Indian”. (Je suppute que “cotomili” l’emporterait haut la main.)

  9. J’essaierai de voir avec mes connaissances en Inde, mais je ne conteste pas que « cotomili » est le plus utilisé. La question que je me pose est pourquoi le mot retenu provient d’une origine plutôt qu’une autre.
    Quand je discute avec un de mes collègues qui est de Bangalore, il y a certains mots qu’il connaît (comme « laddoo »), mais pas d’autres qu’il précise être de l’hindi.

  10. Siganus Sutor

    Je parlais des locuteurs de bhojpuri ou de hindi (langues non-dravidiennes) de Maurice.

    En Inde je pense que certains mots se retrouvent dans l’ensemble du pays, quelle que soit la langue qu’on parle dans telle ou telle région. “Samosa” par exemple.

  11. @Signaus
    Cotomili.
    Never heard anyone in Mauritius using the Hindi word for coriander – « dhanya. »

  12. Siganus Sutor

    Me neither, but we probably ought to enlarge the database.🙂

  13. Siganus Sutor

    Un passage sur lequel je suis tombé cet après-midi, dû à la plume de l’écrivain d’origine ceylanaise Michael Ondaatje, lequel raconte dans un livre son départ du Sri Lanka à l’âge de 11 ans. Dans le passage ci-dessous, le petit garçon est attiré vers une cabine du navire, d’où sort une odeur familière, celle du chanvre qui brûle. Il parle alors à l’occupant de la chambre, qui lui confie la déchirure que constitue pour lui l’exil :

    « Je sais qu’elle me manquera aussi, dit-il. Et d’autres choses également. Le kothamalli. La balsamine. J’ai tout ça dans ma valise. Car je pars pour toujours. »

    (La Table des autres, page 61.)

  14. Le mot est d’origine tamoule, la coriandre étant appelée kotumali, ou kotomily (கொத்துமல்லி) dans cette langue dravidienne. Certains auteurs de dictionnaires bilingues anglais-tamoul du XIXe siècle indiquent une prononciation légèrement différente, tel le Révérend P. Percival, “Professor of vernacular literature”, qui en 1861, publiant un dictionnaire anglo-tamoul pour faire suite aux ordres de feu le gouverneur de Madras, suggère qu’en tamoul le mot se prononcerait “kottamalli”

    கொத்தமல்லி is the more common spelling (in the Madras Lexicon, for example, கொத்துமல்லி directs to கொத்தமல்லி). People often use கொத்தமல்லி for the fresh herb and dhaniya (தனியா) for the dried seeds. The pronunciation is kottamalli, but t is pronounced as in the, not as in tamoul.

  15. Siganus Sutor

    Thanks for your comment, Fisheyed.

    « People often use கொத்தமல்லி for the fresh herb and dhaniya (தனியா) for the dried seeds. » ► It’s interesting to see that a Hindi word is used when the seeds are referred to, as opposed to the leaves. (Do you mean « in Tamil Nadu »?) In Mauritius, it is kotomili alone that is used, even by the Hindi/Bhojpuri speakers. I would say that the plant is mostly consumed fresh, its leaves being used in chatinis (chutney) or in cooked preparations.

    « The pronunciation is kottamalli, but t is pronounced as in the (…?), not as in tamoul. » ► Is there something missing in your last sentence?

  16. I don’t know if it’s the « Hindi word » being used. The Lexicon gives the source as the Sanskrit word தனியா, it could be have entered Tamil from Sanskrit or via some other IA language. I agree the plant is more commonly used fresh in Tamil cooking, but if I read தனியா in a recipe, I would assume it was referring to the dried seeds and not to the fresh leaves.

    The t in kottamalli is not the same t as in Tamil, it is more similar to the « th » in « the ». Actually, now that I think about it, the « th » in « theory » is a better example.

    Fascinating blog by the way. I came across a sega song in Tamil and it has made me curious about all things Tamil and Mauritius.

  17. Siganus Sutor

    Fisheyed, do you know if there are different pronunciations of Tamil? I should think so, especially when you think how widespread the Tamil-speaking population is, though I can’t be sure. If so, isn’t it possible that some Tamil speakers pronounce “kotamali” with a [t] sound while others pronounce it with a [θ] sound like in the words theory or thin?

    When it comes to “dhaniya”, the coriander seeds in Tamil as you say, this is indeed the way “coriander” is called in Hindi (see the 3rd comment in this post).

    I shouldn’t ask, as the origin of one person should not be of prime importance, but I can’t help it: are you from Tamil Nadu, or are you of Tamil origin?

    Regarding that Tamil séga, do you know its name, or even better, do you have a Youtube link that you could propose?

  18. Hello, I’m sorry I did not reply to this, I didn’t see it until just now.

    Fisheyed, do you know if there are different pronunciations of Tamil? I should think so, especially when you think how widespread the Tamil-speaking population is, though I can’t be sure. If so, isn’t it possible that some Tamil speakers pronounce “kotamali” with a [t] sound while others pronounce it with a [θ] sound like in the words theory or thin?

    There are most definitely different pronunciations of Tamil, Tamil is diverse in dialects. But [t] as a dialect alternative to [θ] really unlikely to me. It’s usually a written hard letter that gets softened in speech, for example ற்ற gets pronounced as த்த, a soft letter getting hardened as a dialect variation is something I have never heard of.

    However, when Tamil words are brought into European languages, [θ] can change to [t]. For example, in Tamil, the first letter of the word தமிழ் (Tamil) is pronounced [θ], but this is changed to a hard [t] in the anglicized word « Tamil ». This is true of a number of British-named place names in Tamil Nadu too.

    I shouldn’t ask, as the origin of one person should not be of prime importance, but I can’t help it: are you from Tamil Nadu, or are you of Tamil origin?

    I don’t like the way this is framed. There have been Tamil people in Kerala, Jaffna, Batticaloa etc just as long as there have been Tamil people in TN. A Tamil person from Jaffna is Tamil, not « of Tamil origin ». Actually, as far as I’m concerned, a native speaker in a Malaysian rubber estate is just as Tamil as any other Tamil native speaker.

    Regarding that Tamil séga, do you know its name, or even better, do you have a Youtube link that you could propose?


    His pronunciation is good and clear in Tamil, I was delighted.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s