Archives quotidiennes : 20 septembre 2012

Île Ronde (4)

Une autre photo de l’île Ronde par ce contributeur* régulier qu’est Gro Zippo sur laquelle on peut constater que le pacman évoqué il y a peu par un autre contributeur* non moins régulier — Leveto —, que ce pacman, donc, s’est fait grignoter le bas du pied.

Ci-dessous on peut voir ledit grignotage d’un peu plus près, lequel serait digne d’un expert ès “mordé-soufflé”. (Les rats ont la réputation de manger les orteils ou autres parties des dormeurs tout en soufflant, ce qui rendrait l’opération indolore.) Sur les deux extraits suivants il est possible constater de visu à quel point la réfraction atmosphérique a rongé le bas de l’île Ronde.

Ce phénomène est dû à des différences de température entre la mer et l’air, la couche d’air située près de l’eau tendant à avoir une température différente des couches plus élevées, ce qui occasionne des indices différents dans l’atmosphère et tend à dévier les rayons lumineux, comme lors du passage à travers une lentille de verre. Nous avons ici, sur le blog de Carrotmadman6, un autre exemple de réfraction faisant flotter les îles au large de la baie de Mahébourg. Ce sont des conditions similaires qui font voir des morceaux de ciel situés plus bas que des éléments du paysage, comme sur cette photo prise en Utah sur laquelle on aperçoit une colline ressemblant furieusement à l’île Ronde sur la photo de Gro Zippo, ou qui font voir des flaques d’eau (de ciel) sur les routes surchauffées par le soleil. Si on clique sur la 1ère photo de ce billet, on peut remarquer, à droite de l’image, que les vagues des brisants semblent flotter elles aussi au-dessus de la mer.

Lorsqu’il a pris sa photo de cet endroit, Gro Zippo se trouvait grosso modo au niveau de la mer. L’île Ronde se trouvant à plus de 20 km de sa “caméra”, il ne pouvait pas voir le lieu ou l’île s’enfonce dans l’eau. À 10 m d’altitude, l’horizon est à un peu plus de 10 km de distance, et seulement à 5½ km à 2 mètres au-dessus de l’eau. La réfraction aidant, il a cependant pu voir ce qu’il y avait sous l’île Ronde. Gageons qu’il n’y a pas trouvé de trésor — pas encore.

 

 

* Contributeur — Quelle n’a pas été ma surprise, ces jours-ci, en rédigeant un billet, de voir que le mot contributeur n’existe pas en français. Du moins selon le Trésor de la langue française. Heureusement, toutefois, qu’il existe d’autres sources auxquelles l’internaute peut s’abreuver. Le wiktionnaire par exemple, qui définit le contributeur comme une « personne qui collabore à l’écriture d’une œuvre commune, à la réalisation d’un projet collectif, notamment sur le réseau mondial. » Ouf ! Et tant pis si certains appellent cela un « barbarisme ».

 

 

_______

Addendum — Thursday 20 September, 16.30.

In the third comment below, Carrotmadman6 has provided a link to one of his photographs of [the three islands that are close to the southern entrance to Grand Port, namely île de la Passe, île aux Vacoas and] île aux Fouquets [— all three lumped into a single blob by perspective and refraction]. Once again, refraction is creating a mirage that tends to (seemingly) lift low-lying objects above the horizon.