Archives quotidiennes : 16 juin 2012

Grains secs

Grains secs.
Nom masculin pluriel.

Terme générique utilisé pour parler des graines de légumineuses telles que les lentilles, les haricots — blancs, pâles ou rouges —, les gros pois, les pois chiches, les dals, les ambrevades, les ambériques, etc. (Graines séchées provenant de plantes à gousses.) Légumes secs.

Le riz et les grains secs coûteront plus cher en 2010”.
(Le Matinal, 8 décembre 2009.)

La State Trading Corporation compte réguler le marché des grains secs”.
(L’Express, 15 octobre 2010.)

On en parlait depuis quelque temps, le prix des gros pois, grains secs très consommés à Maurice, va enfin baisser. Ceux de la marque Orient, importés de Madagascar, baissent effectivement à partir de demain matin, à Rs 20.75 les 500 grammes au lieu de Rs 28.50.
Guillaume Babet, directeur général de Tire Master Food Business Unit, entreprise importatrice de grains secs, explique cependant que les consommateurs ne devraient pas s’attendre à ce que le nouveau prix prenne effet immédiatement dans tous les supermarchés de l’île
.”
(Le Mauricien, 11 octobre 2011.)

Grains secs : baisse des prix en vue
Les consommateurs peuvent pousser un ouf de soulagement ! Les prix des grains secs notamment gros pois, lentilles, dholl et autres petits pois connaîtront une baisse conséquente d’ici peu
.”
(Le Matinal, 28 septembre 2011.)

La présence visible d’oiseaux, précisément de moineaux, dans ses rayons de grains secs et de riz ne semble pas incommoder une enseigne opérant au rez-de-chaussée d’un centre commercial à Phoenix.”
(Le Mauricien, 31 juillet 2011.)

L’intérieur
Echoppes de
bœuf, cabri,
basse boucherie,
poisson, légumes,
grains secs
.”

À la Réunion, île voisine où la façon de s’alimenter présente un certain nombre de similitudes avec celle rencontrée à Maurice, l’expression consacrée est “riz, grain, rougail”, parfois abrégée même en “R.G.R.”, cette trinité-là représentant l’archétype du repas réunionnais ordinaire, celui qu’on mange chaque jour ou presque. Pour parler de la partie “G”, les Bourbonnais utilisent davantage l’expression “grains” que “grains secs”, cette dernière se rencontrant plutôt à Maurice me semble-t-il. (Si par le plus grand des hasards un Réunionnais venait à passer par là et qu’il acceptait de donner son avis là-dessus…)

Riz, Grains, Rougails ! Dans ma mémoire ces 3 mots sont pour moi si étroitement liés que l’évocation de chacun d’eux suscite aussitôt le souvenir des deux autres.
Dans la cuisine créole cette trilogie correspond en effet au minimum minimorum exigé à chaque repas, tout autre plat (rôti, carry ou achards pour ne citer que les plus courants), n’étant qu’un éventuel complément pour améliorer l’ordinaire. Dans les restaurants typiques de La Réunion ces trois lettres « R.G.R. » (pour Riz, Grains, Rougail) sont d’ailleurs souvent affichées en gros pour attirer l’attention des clients ces plats constituant le menu de base proposé aux clients : pour les « locaux » c’est la certitude de manger créole et pour les touristes c’est un appel à leur curiosité pour les appâter
.”
(Site zanatanyforever.free.fr, mai 2006.)

 

Ɠ

 

En français dit “normal”, le grain est d’abord le “fruit comestible des graminées”, les graminées en question étant la famille des plantes ressemblant à de plus ou moins grandes herbes et produisant de petits fruits parfois regroupés en épis (fataque (Panicum maximum), millet, riz, blé, etc.). Le mot est avant tout utilisé pour parler des céréales (“grain de blé”, “grain d’orge”, “grain de riz”, “grain de maïs”), un peu moins fréquemment du raisin (“grain de raisin”), du café (“grain de café”), du poivre (“grain de poivre”) ou d’autres fruits non céréaliers de taille réduite. Le Trésor de la langue française précise que dans un usage absolu “le grain” ou “les grains” sont les céréales (“commerce, marchand de grains”) — cf. la partie I.A. À Maurice, l’usage absolu de l’expression “les grains (secs)” renvoie aux légumineuses plutôt qu’aux céréales. Cette spécificité est d’ailleurs mentionnée dans le Dictionnaire historique de la langue française (2010, sous la direction d’Alain Rey), lequel précise que “grain désigne (v. 1160) comme en latin le fruit comestible des graminées et en général toute graine ou petit fruit de forme arrondie (grain de riz ; grain de raisin, v. 1225), avec diverses extensions parmi lesquelles, en français de l’océan Indien, grains secs « légumineuses bouillies accompagnant le riz ».”

 

Publicités