Très fleur bleue au Jardin

Hortensia (Hydrangea macrophylla).

“Pendant tout l’été, de novembre à avril, à l’époque où les fleurs annuelles font défaut, l’Hortensia se couvre de superbes ombrelles de coloris clairs : blanc, rose, mauve et bleu plus ou moins vif. La coloration des fleurs d’Hortensia dépend de la réaction du sol, un sol acide, contenant par le fait du fer à l’état soluble, donne des plants à fleurs bleues, tandis qu’une terre neutre ou alkaline produit des fleurs mauves ou roses. Il a été prouvé que quand la plante absorbe une plus grande quantité de fer que ne l’exigent ses besoins physiologiques, l’excès de cet élément restant sous forme inorganique dans la fleur transforme en bleu la matière colorante rose.”
(Pierre Halais dans La Revue Agricole de Maurice, cité par Rouillard et Guého dans Les plantes et leur histoire à l’île Maurice, pp. 242 & 243.)

Wikipédia :

Le nom Hortensia ne semble pas lié à une hypothétique Hortense, mais serait plutôt la déformation de la description originelle de Philibert Commerson, qui l’introduisit depuis le Jardin du Roi de l’île Maurice en 1768 sous le nom Hortensia opuloides (i.e. plante du jardin ressemblant à une viorne).

En effet, en latin hortus signifiait “jardin” et horticola était le jardinier. En français, aujourd’hui, l’adjectif horticole signifie “qui concerne la culture des jardins”. En latin l’adjectif hortensius (féminin hortensia) signifiait “[produit] de jardin, de potager”, nom que portait par ailleurs un célèbre orateur romain, rival de Cicéron.

Si l’on prête foi à cette étymologie (et le Petit Robert précise pour sa part qu’hortensia est le féminin d’hortensius, “de jardin”), le nom de l’hortensia renverrait donc au jardin plutôt qu’à une quelconque Hortense. Mais pas n’importe quel jardin : il s’agirait d’un jardin bien connu de tous les Martiens, le jardin de Pamplemousses, autrefois connu sous le nom de “Jardin du Roi”, aujourd’hui nommé “Jardin Sir Seewoosagur Ramgoolam”.

Être fleur bleue :
Être sentimental.
Par extension, être naïf.

16 réponses à “Très fleur bleue au Jardin

  1. lorraine D lagesse

    TITE fleur fanée tite fleur aimée
    MI aime a vous..
    Ceci adreéssé a l Hortensia, non pas a Siganus hortus fleurus…

  2. Siganus Sutor

    Lorraine, vous auriez pu au moins m’appeler horti[coca]cola.

    Il serait amusant que, venant d’Extrême-Orient, l’hortensia ait d’abord fait souche chez nous avant d’être envoyée en Europe, comme le suggère l’article de Wikipédia mis en lien dans le billet : “L’hortensia, aussi nommé « rose du Japon », viendrait de l’Extrême-Orient. En 1789 Philibert Commerson expédia des échantillons de feuilles desséchées d’hortensias en France.” Il existe cependant un hic dans ce qui est dit là : Commerson est mort en 1773 à Maurice (du côté de Flacq). Étant donc occupé à manger des pissenlits par la racine, il lui aurait été difficile d’envoyer des échantillons de feuilles séchées d’hortensia en France en 1789.

    Il semblerait qu’aux États-Unis l’hortensia soit aussi connue sous le nom de “French Hydrangea”, alors même qu’elle n’a pas grand-chose de français — la nationalité de son “découvreur” mise à part.

  3. On critique souvent Internet pour la masse d’inexactitudes qu’il véhicule, mais les livres du XIXe siècle ne sont pas en reste dans la propagation des erreurs et l’affaire de l’hortensia l’illustre bien.
    Pour le nom, une flopée de livres autour de 1840 indiquent que le nom fut donné en l’honneur de la brillante femme de l’horloger Lepaute (souvent orthographié Lepeaute), Madame Hortense Lepaute. En fait, s’il semble acquis que Commerson ait voulu d’abord honorer Mme Lepaute en créant la « p(e)autia coelestina », mais se soit ravisé avec l’hortensia qui ne concernait pas Hortense Lepaute vu qu’elle s’appelait Nicole-Reine Lepaute, née Etable.
    Cf.
    http://www.ac-nice.fr/clea/lunap/html/Transits/TransitsRecre2.html
    Un peu plus tôt, on parlait de la maîtresse pittoresque de Commerson qui l’avait accompagné dans ses voyages, une certaine Hortense Barré. Mais il a paru que finalement cette dernière se prénommait Jeanne !
    Bref, l’hortensia est entouré de grands mystères.

  4. Mais voyons c’est simple, l’hortensia tire son nom de l’héroïne de la chanson Mademoiselle Hortensia :

    Au temps des crinolines
    Vivait une orpheline
    Toujours tendre et câline :
    Mademoiselle Hortensia.
    La belle était lingère
    Comme elle était légère
    Devant ses étagères,
    Mademoiselle Hortensia.
    Tous les galants du Palais-Royal
    Lui dédiaient plus d’un madrigal,
    Et là, sous les arcades
    Les cœurs en embuscade
    Rêvaient de vos œillades,
    Mademoiselle Hortensia.

    La suite ici

    D’ailleurs, c’est ma maman qui me l’a dit ! Elle connaissait la chanson par coeur (et moi aussi à force) car c’était sa chanson fétiche qui ponctuait avec « un fiacre allait trottinant » et d’autres du même registre, les longs voyages en voiture de Paris vers le Sud à une époque où nous manquions cruellement d’auto-radios.

    Herr Sutor, vos hortensias bleus sont magnifiques (ici, ils sont tous roses)mais « LA fleur bleue » c’est quand même celle-là, Vergissmeinnicht !

  5. 😳 ! celle-là

  6. >Zerbinette
    Selon ce que j’ai lu, la couleur est très reliée avec le pH du sol.

  7. Il était de tradition en France, jadis et naguère, et peut-être encore, de bleuir les hortensias en mettant des ardoises pilées dans la terre.

  8. Jesús et olimalia, oui la nature du sol influe sur le bleu mais le résultat avec les ardoises pilées est problématique et j’aime encore mieux avoir des hortensias d’un beau rose que d’un mauve pisseux et admirer les beaux hortensias bleus en Bretagne ou au Piémont ou… à Maurice si j’y vais un jour !

  9. On peut mettre de l’oxyde de fer, vendu au poids ( avant, maintenant quizas…) ; à renouveler tous les ans.

  10. >Zerbinette
    Oui mais je ne parle pas de changer la couleur artificiellement. En Asturies on peut voir des fleurs bleus et roses en plusieurs canniveaux et fossés.

  11. Siganus Sutor

    Zerbinette, sur la photo ce ne sont pas mes hortensias, et je le regrette bien, mais ceux-là m’avaient tapé dans l’œil quand le soleil est sorti après la pluie. Pour ce qui est des fleurs bleutées, nous avons ici une liane (liseron) qui produit des fleurs particulièrement bleues — un bleu foncé. En ce moment les jacarandas sont aussi en fleurs (mais ça tire plus sur le mauve quand même). Et puis, puisque nous sommes déjà au 11e mois de l’année, nous avons les novembriers.
     

    Jesús : Selon ce que j’ai lu, la couleur est très reliée avec le pH du sol.

    Lu ici même par hasard ? (Voir ci-dessus, dans le billet, la 2e phrase de la citation tirée des Plantes et leur histoire à l’île Maurice).

    Pour ce qui est du pH du sol, les terres volcaniques de Mars sont naturellement acides, ce qui fait que les hortensias roses y sont pour ainsi dire inconnus, me semble-t-il.

  12. >Siganus Sutor
    Glub! et pardon. Non, j’avoue que je n’avais pas lu qu’après la citation de Wiki de votre billet, en plus des coms. J’avais sauté le texte à cause d’une première lecture hâtive qui m’avait fait penser qu’il était un peu poétique donc un peu accesoire étant moi pressé. L’origine du nom de la fleur, chez nous pareil et même pour les femmes, m’avait frappé.

  13. En Amérique anglophone, on appelle l’hortensia hydrangea tout court. Je n’ai jamais entendu parler de French hydrangeas. Leurs fleurs vont du bleu au rose comme celles des hortensias des autres pays.

    Je ne savais pas que la couleur était liée aux minéraux du sol. Je croyais que les fleurs d’hortensia étaient bleues mais commençaient à tirer au mauve et au rose lorsqu’elles se fanaient, de même que les feuilles des arbres perdent leur vert et révèlent d’autres couleurs avant de tomber.

  14. Siganus Sutor

    Marie-Lucie, ce sont les très odorantes fleurs de franciscea (Brunfelsia uniflora) qui changent de couleur au fil des jours : elles sont d’abord violettes avant de devenir un mauve plus pâle, puis elles virent au blanc avant de se faner. L’arbuste est alors très joli avec ses trois couleurs. En anglais il est aussi connu sous le nom de “yesterday, today, and tomorrow”.

    When it comes to the “French” hydrangea, the name does seem to be used alongside others:

    It graces the landscapes of many homes and originally came to us from France by way of Japan. Known by such common names as House hydrangea, Snowball hydrangea, French hydrangea, Common hydrangea, Garden hydrangea, Hortensia, and Bigleaf hydrangea, the scenario can be quite confusing. Refer to this plant’s scientific name, Hydrangea macrophylla, for reliability.
    http://www.ag.auburn.edu/hort/landscape/kerrysmith.html

    French hydrangea has long been valued as a garden plant in Japan. Hundreds of old cultivars are recorded there, and Japanese breeders continue to develop new forms. When introduced to Europe and the Americas in 1789, these hydrangeas acquired the common name “French hydrangea.” The shrub became hugely popular as a garden and potted flowering plant in the late 1800s and early 1900s before falling out of favor in the mid 1900s.
    http://edis.ifas.ufl.edu/ep330

    One of the best options is the French hydrangea, but don’t let the French affiliation throw you. The hydrangea made its way to the United States during the 1800s and is loved throughout the South. Although it is called the French hydrangea, it is really from Japan. The French only did a little tweaking, but somehow they’ve got their stamp on the origination in many gardeners’ minds.
    http://msucares.com/news/print/sgnews/sg02/sg020506.html – Mississipi State University

    Hydrangea macrophylla is also known as French hydrangea, garden hydrangea, house hydrangea, snowball hydrangea, common hydrangea and hortensia. Though originally from France, it was introduced from Japan and is common in the United States.
    http://www.ehow.com/info_8429919_latin-name-hydrangea-bushes.html

  15. I too have never heard them called anything but « hydrangea » (as we say in English) tout court.

  16. Olimalia, je ne sais pas si vous l’avez entendu, Jeanne Barret a finalement obtenu sa plante. Les botanistes en ont nommé une nouvelle espèce, la Solanum baretiae, en son honneur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s