Archives quotidiennes : 12 novembre 2011

Très fleur bleue au Jardin

Hortensia (Hydrangea macrophylla).

“Pendant tout l’été, de novembre à avril, à l’époque où les fleurs annuelles font défaut, l’Hortensia se couvre de superbes ombrelles de coloris clairs : blanc, rose, mauve et bleu plus ou moins vif. La coloration des fleurs d’Hortensia dépend de la réaction du sol, un sol acide, contenant par le fait du fer à l’état soluble, donne des plants à fleurs bleues, tandis qu’une terre neutre ou alkaline produit des fleurs mauves ou roses. Il a été prouvé que quand la plante absorbe une plus grande quantité de fer que ne l’exigent ses besoins physiologiques, l’excès de cet élément restant sous forme inorganique dans la fleur transforme en bleu la matière colorante rose.”
(Pierre Halais dans La Revue Agricole de Maurice, cité par Rouillard et Guého dans Les plantes et leur histoire à l’île Maurice, pp. 242 & 243.)

Wikipédia :

Le nom Hortensia ne semble pas lié à une hypothétique Hortense, mais serait plutôt la déformation de la description originelle de Philibert Commerson, qui l’introduisit depuis le Jardin du Roi de l’île Maurice en 1768 sous le nom Hortensia opuloides (i.e. plante du jardin ressemblant à une viorne).

En effet, en latin hortus signifiait “jardin” et horticola était le jardinier. En français, aujourd’hui, l’adjectif horticole signifie “qui concerne la culture des jardins”. En latin l’adjectif hortensius (féminin hortensia) signifiait “[produit] de jardin, de potager”, nom que portait par ailleurs un célèbre orateur romain, rival de Cicéron.

Si l’on prête foi à cette étymologie (et le Petit Robert précise pour sa part qu’hortensia est le féminin d’hortensius, “de jardin”), le nom de l’hortensia renverrait donc au jardin plutôt qu’à une quelconque Hortense. Mais pas n’importe quel jardin : il s’agirait d’un jardin bien connu de tous les Martiens, le jardin de Pamplemousses, autrefois connu sous le nom de “Jardin du Roi”, aujourd’hui nommé “Jardin Sir Seewoosagur Ramgoolam”.

Être fleur bleue :
Être sentimental.
Par extension, être naïf.

Publicités