To mat, ta !

ek VAPE tou moustik MAT !

Publicités

10 réponses à “To mat, ta !

  1. Sa enn mari dialog sa. Enn lépok mo pane trouve sa bann mat vape la. Li enkor blé?

  2. lorraine D lagesse

    bé alors pépé ki to croire..ici tout néke « echec et MAT » » »
    MOI je trouve ce panneau assez cocasse..;
    On dit bien «  »il a matté cette fille la «  » ce qui veut dire qu elle est tombée raide …par terre d avoir été matée..

  3. Siganus Sutor

    MOI je trouve ce panneau assez cocasse

    Cocasse dans le sens mauricien ou dans le sens français ?

    Quant à mater une fille, lequel des deux sens suivants avez-vous en tête ?

    mater

    • Regarder avec concupiscence.
    Deux belles blondes leur passent devant le nez, et ils n’ont pas le droit de mater plus haut que le genou (Queneau, Pierrot, 1942, p.115).
    − En partic. Observer des ébats sexuels.

    • Soumettre, éventuellement par la violence, un être humain, une collectivité qui manifeste (un peu trop) sa volonté d’indépendance ou qui se révolte.

     

    Pépé, weh, li ankor blé… asoir. (Dan gramatin linn vinn intipé blan — apel sa “vieillissement accéléré”.)

  4. Matar c’est tuer. Une pub ici n’hésite pas sur la redondance :
    « Begon los mata, bien muertos ! »

  5. marie-lucie

    Mater: je ne connais que le deuxiéme sens, que j’associerais plutôt à la maîtrise par la force d’un animal rebelle, de façon à ce qu’il reste soumis. De là, on peut utiliser « mater » à propos de quelqu’un que l’on ne considère pas comme pleinement humain (c’est-à-dire rationnel, responsable, respectable, etc et bénéficiant de droits), p.ex. un enfant, un esclave, un soldat ou autre subalterne, y compris une collectivité jusqu’alors soumise, qui se révolte. Ce mot a la même origine que l’espagnol matar « tuer » – le résultat d’un usage exagéré de la force.

  6. Je confirme que mater est beaucoup plus utilisé dans le sens de « reluquer ». D’ailleurs,on entend souvent une certaine catégorie de jeunes de sexe masculin dire: « Hé téma, téma… » quand ils veulent dire à leurs copains qu’il y a une personne « appétissante » dans l’angle de vision.

    Réflexion : en Kreol on dit bien « mone mat! », non ? Dans le sens: déconcerté, en avoir marre,..

  7. « Ek Vape tout moustik MAT »
    En liant ce texte au dessin, on voit bien que les moustiques sont « mat », ils « font la tête » mais ne sont pas morts.

  8. Siganus Sutor

    Je confirme que mater est beaucoup plus utilisé dans le sens de « reluquer ».

    Reluquer qui aurait donné notre louquer/looker mauricien. (Pour ma part j’ai longtemps pensé que ce mot dérivait du verbe anglais to look.) Mater dans le sens de “se rincer l’œil” faisait partie de ces nombreux mots français dont je n’avais jamais entendu parler avant d’arriver en France à l’âge de 18 ans. Mais je vois qu’il existe dans le Diksioner morisien (édition de 2011) avec un sens semblable…

    Quant à mat, ce même dictionnaire le donne en effet comme signifiant “en avoir marre” (“être plein”), mais je l’ai très souvent entendu comme synonyme de “dan bez” (“pas terrible, nul”), comme dans “lafet-la ti mové mat”, la fête était nulle. Cette dernière définition-là n’apparaît toutefois pas dans le dictionnaire de Carpooran.

  9. Look is common West Germanic with reflexes in Dutch, German, and Low Saxon, but has no known origin beyond that group. Louquer, on the other hand, appears to be a variant of loucher, ultimately from Latin LUSCU ‘one-eyed, squinting, with defective eyesight’.

  10. Siganus Sutor

    John, regarding the French verb reluquer (to eye up, to peep, to peek) Le Petit Robert says it comes from Picard, which itself borrowed it from Walloon rilouki, itself from louki, from Middle Dutch loeken.

    Dauzat et al. have something somewhat different:

    reluquer XVIIIe s., Théâtre des Boulevards, pop. ; de luquer, regarder (XIVe s.), du moyen néerlandais locken, regarder (cf. l’anglais [to] look] ; avec u, au lieu de ou, sous l’influence de lucarne* et de luquet, « œil-de-bœuf »** dans les parlers du Nord.

    TLFi, for its part, is giving other cognates for reluquer:

    Dérivé, à l’aide du préfixe re-*, de luquier, « regarder », emprunté au moyen néerlandais loeken « regarder; regarder en cachette, épier » ; cf. aussi le dér. alukier « regarder curieusement » et warlousquier « loucher ». V. FEW t. 16, pp. 478-479.

    It is funny that two verbs as similar as reluquer/louquer and loucher, being close both semantically and phonetically, should have such different origins, one being Germanic and the other Latin, since, indeed, loucher comes from the noun louche, itself from Latin luscus, one-eyed.

    It is Chaudenson (quoted by Robillard and Beniamino) who mentioned the Mauritian and Reunionese verb louquer to be from reluquer. Since louquer is the same in Reunion and in Mauritius, it is unlikely, finally, that it could come from the English verb to look.

     

    * small window, skylight
    ** oculus, bull’s-eye

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s