Archives mensuelles : juillet 2011

Aucune part

Aucune part.
Locution adverbiale.

Nulle part.

Jamais la rue n’avait connu pareille foule et probablement aucune part n’avait-on vu foule plus ordonnée et plus recueillie.”
(Selmour Ahnee, Fagots, 30 juin 1947.)

Je me suis rendu au bureau de la Sécurité sociale. Un officier m’a informé que je recevrais mon allocation vers le 4 janvier. Entre-temps, comment vais-je faire pour vivre ? Je n’ai aucune part où aller…
(Le Défi, 26 décembre 2012.)

Le gouvernement est venu avec un subterfuge légal ne mentionnant, aucune part dans la loi, le mot sodomie. Il l’a classifié sous la définition du viol, mais d’une manière générale.”
(L’Express, 10 avril 2007.)

Si je suis étonné que le projet MID n’apparaît aucune part dans le discours budgétaire, j’accorde néanmoins le bénéfice du doute, car je sais que le Plan d’action MID est fin prêt et qu’il faudrait pour lui seul un mini-budget !
(Le Mauricien, 10 novembre 2012.)

Le Road Traffic Act reste assez silencieuse ; la loi ne stipule aucune part qu’il est interdit de prendre sa voiture en cas de mauvais temps.”
(La Vie catholique, 2-8 mars 2007.)

Beaucoup de responsables de ressources humaines des entreprises privées concernées ont été étonnés de recevoir une telle correspondance cette année. D’autant que l’heure des pique-niques n’est aucune part mentionnée dans le courrier.”
(Week-End, 15 avril 2012.)

M. le président, l’honorable Leader de l’opposition a fait référence, encore une fois, à mon discours du 07 décembre 2009, surtout par rapport au rattrapage. Laissez-moi dire que, quand on lit mon discours du 07 décembre 2009, je le répète, à aucun moment et aucune part, j’ai préconisé la compensation salariale par rapport au rattrapage, même pas le principe de rattrapage.”
(Hansard, sur le site du gouvernement, discours de Pravind Jugnauth à l’Assemblée, 14 décembre 2010.)

 
_______

Billet originel du 1er juillet 2011 :

Ce matin, à propos d’un étui d’appareil photo sur lequel il paraissait impossible de remettre la main, une personne m’a dit en français : « Je ne sais pas où il est ; je le trouve aucune part. »

Aucune part ? Voilà qui semblait être l’équivalent local de l’expression française “nulle part”. En quelque sorte la version francisée de ce qui en créole se dit “okenn par”, comme par exemple dans “Kapav linn perdi, mo pa trouv li okenn par.”

Amis lecteurs, qu’en pensez-vous ? Diriez-vous qu’aucune part est une expression recevable en “bon” français ?

 

Ҩ

 

Publicités