Koripsyon = Perdisyon ?

OU ÉNA TOUT POU PERDI
EK CORRUPTION

Perdi reputation

Grand perdant nou pays

Perdi l’avenir

Perdi travail

Perdi famille

Perdi l’honneur

BRIBE
REFIZ PRAN
REFIZ DONÉ
ICAC

http://www.icac.mu         Hotline: 800 4222

Publicités

11 réponses à “Koripsyon = Perdisyon ?

  1. La corruption c’est notre sport national, je croyais en connaître tous les détails…mais que fait-il assis sur une poubelle ?!

  2. ARcadius….si ce Poster montre un Mr assis sur une poubelle cela peut vouloir dire 2 choses..
    Soit il est assis sur toute la pourriture de notre pays.—.;soit le seul support accepable pour les pourris est bien sure , une POUBELLLE
    La photo est une bonne allegorie de notre pays…

  3. Il faut dire que la corruption est un tel fléau que Maurice est obligé d’investir de l’argent dans des campagnes de sensibilisation. Quand on voit que, dans ce pays, les gabelous eux-même tendent la main en demande de se faire graisser la patte, on se demande qui seront les vrais redresseurs de torts.

  4. Siganus Sutor

    L’autre jour je téléphonais au volant. C’est mal, je sais. Manque de bol, un gabelou à moto me dépasse alors que j’avais “la main sur l’oreille”, comme il l’a dit. Il me fait signe de border et sort une espèce de liasse de bouts de papiers tout ce qu’il y a d’inofficiels (de simple feuilles à rayures, sans rien d’imprimé dessus). Il me demande mon permis, vérifie la vignette d’assurance, me demande mon adresse, me donne du “Monsieur Sutor” et me dit que je recevrai une contravention par la poste. Ça doit faire plus de 10 jours et je n’ai toujours rien reçu. Peut-être tout cela n’était-il destiné qu’à m’impressionner, pour que je crache quelque chose. Mais peut-être que non.

    Il est vrai que ceux qui se rendent coupables de corruption sont souvent qualifiés de “pourris” — voire de “ripoux” en verlan. Comme les choses pourries sont en général bonnes à être jetées, l’image de la poubelle se justifie pleinement. “Poubelle”, un des rares mots français qui auraient une origine basque (avec le mot “barachois”).

    Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi sur l’affiche les “autorités”, qui parlent souvent d’harmoniser la façon d’écrire le créole — il est même question dorénavant de l’enseigner dans les écoles, même si on n’arrive pas à trouver de professeurs pour ce faire —, eh bien pourquoi lesdites autorités écrivent par exemple “corruption” et “réputation”. Il s’agit là d’une pure et simple corruption de la langue créole !

  5. Siganus, vous confondez pas avec un autre mot ? J’avais retenu que la poubelle avait obtenu son nom de son « inventeur », le préfet Eugène Poubelle.

  6. Siganus Sutor

    En effet, Zippo, il me revient maintenant qu’il s’agissait d’un autre nom propre devenu nom commun : ce n’était pas celui d’Eugène mais d’Étienne, et non pas Poubelle mais Silhouette. Étienne de Silhouette, contrôleur des finances en France au XVIIIe siècle — on rejoint peut-être ici le sujet du billet — avait un père originaire de Biarritz et leur patronyme serait issu du mot basque zilhoeta. Je ne connais pas l’origine du nom de monsieur Poubelle.

  7. D’après Wiki ça viendrait de « pou bel » (peu beau) sans préciser l’origine. Cela dit, les poubelles sont pas forcément moches, ce serait peut-être plutôt leur contenu.

    Sur le fait de ne pas utiliser les mots créoles, je me demande s’il n’y a pas une volonté d’utiliser le mot « genuine » (wow, comment traduit-on cela?). Je m’explique; je note que le mot « famille » est utilisé à la place de « fami » qui désigne plutôt les personnes ayant un lien de parenté en créole. J’avoue que je ne saurais pas dire le mot créole pour la famille (au sens des parents et des enfants), je préciserais « mo madamm ek mo piti (ou zanfan) ». Il est plus grave de perdre sa « famille » que ses « fami »; ils ont probablement préféré écrire « famille ». Ce n’est évidemment qu’une conjecture.

  8. Siganus Sutor

    Subtile, Zippo, cette distinction que vous faites entre les mots famille et fami. En effet, en créole fami a plutôt trait à la famille au sens large : parents, frères et sœurs, mais aussi grands-parents, oncle, tante, mamou, chacha, cousin, cousine, beau-frère, belle-sœur, etc. Si quelqu’un dit “linn lager ek so fami”, on comprendra que la brouille ne concerne pas que la cellule familiale étroite, mais toute une parentèle plus ou moins tentaculaire. Finalement, mo fami ça se rapproche un peu de la famille sicilienne.

    En français, le mot famille peut avoir ce sens-là, mais souvent il fait référence à un nombre plus faible de personnes : « 1. (Sens restreint) Les personnes apparentées vivant sous le même toit, et spécialement, le père, la mère et les enfants. » (Le Petit Robert.)

  9. Oui il me semble qu’avec fami ça commence à faire pas mal de monde, mais avec ti fami, on pourrait atteindre toute l’île. Je me rappellerai toujours ce monsieur quiavait présenté ses excuses pour une absence à cause d’une mortalité d’un ti fami. J’avais dit comprendre sa difficulté mais il avait tenu à préciser: « mo madamm, so bofrer, so tonton ». Oui, en créole on peut utiliser ce que les informaticiens appellent la N.P.I :-),. L’utilisation de cette forme en français m’avait valu une fois de m’entendre dire: « tu parles français comme du créole maitenant. Moi te dire … ». La mar mok la bou!

  10. @ Gro Zippo
    « mo madamm, so bofrer, so tonton » = mo la-liann… 🙂

  11. Couma mo papa dire, pou expliké ki enn dimoun li enn dimoun dé konfians: « fami mem saaaaa…. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s