With great pomp and fervour

Urs Qadri Razvi

The Sunni Razvi Society International
Founded by
His Eminence Maulana Muhammad Ibrahim Khushtar
Siddiqui Qadri Razvi
Invites all Muslim brothers and sisters to celebrate the
92nd (48th for Mauritius) Urs of
A’la Hazrat Mujaddid-e-Deen-o-Millat
Maulana Shah Ahmad Raza Khan Qadri of Bareilly
which will be held on
Sunday 30th January 2011
(25 Safar 1432)
at the Sunni Razvi Academy, Port Louis
as from 9.30 a.m

With the participation of:
Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi
Hazrat Maulana Afzalul Qadri Khalifa Silsila-E-Razvi
Maulana Abdul Hamid Qadri Razvi
Maulana Haroon Assen

Programme
Tilawat-Ul-Quran, Naat Shareef & Manqabat, Speeches,
Halquae Zikr, Salaat-O-Salaam & Doahs.
Langar will be served after Namaz Zohr

Eid E Milad Un Nabi (s.a.w.)
will be celebrated on the 15th or 16th February 2011
by the Sunni Razvi Society International
with great pomp and fervour.

Hafiz Azfar Ayub Razvi
Director
Sunni Razvi Society International
28 Bis Edgar Laurent Street, Port Louis, P.O Box ES 17 Port Louis Mauritius
Tel: 240 4530, 240 3596

Publicités

22 réponses à “With great pomp and fervour

  1. Il se peut qu’il y ait une interprétation de « Pomp and circumstance » d’Elgar.
    Chez nous c’est plus employée l’expression « pompa y boato (ostentation)», presque un pléonasme. Pourtant je viens de lire dans google que « pompa y fervor » est usitée lorsqu’on parle des cérémonies religieuses.

  2. Siganus Sutor

    Jesús : Il se peut qu’il y ait une interprétation de « Pomp and circumstance » d’Elgar.

    Il me semble peu probable que les membres de la Sunni Razvi Society aient entendu parler du compositeur britannique Sir Edward Elgar. Mais sait-on jamais ?

    Vous m’étonnez lorsque vous dites que chez vous l’expression la plus employée est “pompe et ostentation” (pompa y boato). Je ne savais pas l’Espagne si traditionnellement catholique ! 😉 Cela me fait sourire de voir qu’ici-bas on utilise des formules ampoulées pour, en quelque sorte, se caresser dans le sens du poil. Je ne peux m’empêcher d’avoir la raillerie à fleur de lèvre quand on souhaite aux “dévôts” une “pieuse fête” (e.g. “the SBM wishes all devotees a pious Maha Shivaratree”), alors que ce qu’on peut voir autour de soi relève assez peu de la piété, tout au moins chez la plus grande partie des gens qui s’affichent çà et là. Quant à promettre “grande pompe et ferveur”, pour moi cela frise le ridicule. Pour bibi la pompe est avant tout funèbre.

  3. Pour moi, le plus semblable à un pharaon est un évêque. L’Église a soigné toujours la liturgie, les rituels donc les cérémonies et surtout les processions ont grand pompe ; l’or et l’argent, la soie, la décoration, le protocole, etc. sont presque indispensables. La contradiction présumée avec l’Évangile est une autre chose à discuter. Dans le lien suivant vous pouvez voir quelques photos curieuses ; en plus de curés et évêques faisant le salut fasciste, on peut voir à Franco reçu en grande pompe*, un privilège réservé à nos rois et que Juan Carlos n’utilise pas. D’ailleurs, ils pouvaient élire les évêques parmi trois candidates proposés par l’Église !
    http://blog.unlugarenelmundo.es/2008/02/02/
    Comme un exemple de « pompa y boato », le lien suivant intitulé « Recogimiento y solemnidad » (recueillement et solennité) où on parle d’une cérémonie qui a eu lieu le 14 mai dans l’ancienne mosquée, aujourd’hui cathédral, de Cordoba pour couronner une vierge ; il a eu un chœur, une procession solennelle, etc., et on peut lire la « plainte » du journaliste à propos du peu solennel autel de la vierge qui avait resté splendeur à l’acte.
    http://www.diariocordoba.com/noticias/noticia.asp?pkid=638957
    Pour finir, plusieurs acceptions du mot « pompa » en espagnol sont semblables a celles-ci du français. Pourtant, l’appareil pour faire circuler les fluides et les bombes sont « bombas ». D’ailleurs, pour le funèbre on emploit le pluriel « pompas ».
    *Pour nous « bajo palio » (litt. sous le dais)
    P.S.
    Moi, je ne connaissais pas non plus l’auteur de « Pomp and circumstance ».

  4. C’est toujours comme ça à Dodoland, non? Faire un tamtam de nos croyances rien que pour éblouir ses corréligionnaires et surtout ceux des autres confessions religieuses – pour démontrer son poids électoral? Quelqu’un appelait celà la « prostitution de la foi ». Ma foi, je ne peux qu’aquiescer…

  5. Moi, j’ai connu « Pomp and circumstance» grâce à Orange Mécanique de S. Kubrick ! Ce qui nous éloigne quelque peu de la religion…

  6. zerbinette

    Jesús, je crois que nous sommes nombreux à connaître « Pomp and circonstance » sans en connaître l’auteur, et contrairement à leveto, pour moi « Orange mécanique » c’est avant tout Beethoven et je ne me souvenais même pas qu’on y entendait P and C .

    Je trouve que l’Église catholique, si elle était logique, ne devrait pas avoir de « pompes », puisque la formule des communiants est justement : « Je renonce à Satan, à ses pompes et à ses oeuvres. » C’est bien ce qu’ont fait les Protestants. Il est d’ailleurs amusant de voir en Allemagne comme l’intérieur de certaines églises anciennement catholiques devenues lieux de culte protestant, paraissent « nues » sans décor et sans statues dans les niches ! L’illusion (d’être dans une église catholique à cause de l’architecture) est tellement forte qu’on est tout surpris en cas de mariage, de consommer sur place les petits fours et le champagne à la fin de la cérémonie.

  7. Je n’ai pas pu voir « Orange mécanique » lorsque ce film a été passé à Badajoz parce que je n’avais pas 18 ans mais c’est vrai, comme Zerbinette a dit, qu’il est relié surtout avec Beethoven.
    Des pompes et l’Évangile j’avais écrit sur la contradiction. De toute façon, l’Église catholique a eu quelques périodes de son histoire où les images ont été interdites.
    Quant aux pompes de Satan, je crois que la formule est employé pendant le baptême.
    P.S. :
    Zerbinette, m’avez-vous compris ? 😉

  8. sergent recruteur

    Sargento Satanás :
    — soldado Jesús, des pompes, m’en f’rez quarante !
    Première classe Jesús :
    — à vos ordres sargento.

    Engagez-vous rengagez-vous qu’ils disaient…

    Jesús, j’imagine que vous ne connaissez pas ce type de pompes.

  9. >Sergent recruteur
    « No, mi* sargento », je ne connaissais pas cette acception. Pourtant j’ai fait des pompes dans « la mili** » à mes 26 ans !
    *À propos du « mon » équivalent en français, l’idée que j’ai lu dans LSP de qu’il s’agit d’une abréviation de « monsieur » m’a frappé beaucoup.
    **Dans mon immeuble (12 entrées) il y en a 4 qui avaient été achetées par l’armée et où je vois parfois certains des mes anciens chefs. Dans les assemblées générales de copropriétaires il n’y a pas de rang, au moins avec les civils.

  10. Zerbinette : Je trouve que l’Église catholique, si elle était logique, ne devrait pas avoir de « pompes », puisque la formule des communiants est justement : « Je renonce à Satan, à ses pompes et à ses oeuvres. »
    Si on suit votre logique, l’Église ne devrait pas non plus avoir d’œuvres ! Il me semble que vous négligez l’importance du pronom possessif « ses » devant « pompes » ! On ne renonce pas aux pompes d’une manière générale, mais à celles de Satan.
    D’accord avec vous par contre sur P&C et le lien Beethoven-Orange mécanique.

  11. Bien sûr qu’Orange mécanique, c’est aussi Beethoven !
    Mais je connaissais ce dernier ( et Rossini aussi, présent dans la B.O.avec La Pie voleuse et Guillaume Tell) avant la sortie du film! Tandis que j’ai découvert grâce à lui non seulement Pomp and circumstance mais encore la Musique pour les funérailles de la reine Mary de Purcell ( qui accompagne le générique).
    Et je pense aussi que ce film, grâce à la modernité du travail de Wendy Carlos, a beaucoup contribué à la popularité de la IXè de Beethoven et au regain d’attrait pour l’Opéra manifesté par les jeunes générations (Ah! La surprise de mes potes quand je leur ai fait écouter l’Ouverture de Guillaume Tell!).

    Pour en revenir à Satan et à ses pompes, il en est une à laquelle je ne renoncerai que très difficilement: c’est la pompe à huile, un des treize desserts de Provence servis traditionnellement au retour de la messe de minuit de Noël. Les chrétiens qui la dégustent avec ferveur ce soir-là, après l’avoir rompue et non coupée, comme le Christ rompit le pain, n’imaginent alors pas qu’ils tombent dans un piège satanique! Moi, je m’en fiche complètement, je suis athée et je m’en félicite tous les 25 décembre!

  12. Siganus Sutor

    Pourquoi les 25 décembre ? Serait-ce parce que vous êtes un athée chrétien ?

    😆 :mrgreen: 😆

    “With great pomp” : il me revient en tête à l’instant que pompous n’est pas un adjectif particulièrement flatteur en anglais.

  13. Chez nous a été célèbre la phrase de Santiago Carrillo, l’ancien dirigeant de notre parti communiste : « Je suis athée grâce a Dieu. » Il a 96 ans et il est un fumeur invétéré.

  14. Je ne crois pas cette fable.
    Ce « gracias a Dios « est une coletilla courante en español, il ne faut donc pas voir une relation de cause, mais un remerciement. Je suis athée, merci mon Dieu.
    Enfin cette phrase ne doit rien à Carillo ( un sale type ) mais doit tout à Luis Buñuel : Yo aún soy ateo, gracias a Dios ! Il n’était pas à un paradoxe près.
    Pour me faire pardonner je vous offre, comme aux autres, ce texte d’un immense Monsieur, Unamuno :
    Oración del ateo.
    Oye mi ruego Tú, Dios que no existes, y en tu nada recoge estas mis quejas, Tú que a los pobres hombres nunca dejas sin consuelo de engaño. No resistes a nuestro ruego y nuestro anhelo vistes. Cuando Tú de mi mente más te alejas, más recuerdo las plácidas consejas con que mi ama endulzó mis noches tristes. ¡Qué grande eres, mi Dios! Eres tan grande que no eres sino Idea; es muy angosta la realidad por mucho que se expande para abarcarte. Sufro yo a tu costa, Dios no existente, pues si Tú existieras existiría yo también de veras.

  15. Si l’on en est aux citations, me permettra-t-on celle-ci d’un libertaire oublié, Paul-Napoléon* Roinard :

    Enfin, si j’étais Dieu, si j’étais toi, tyran,
    J’aurais honte et pitié de l’infini qui souffre ;
    J’essaierais une fois d’être bon, d’être grand.
    Et m’engrossant d’éclair, de lave et de souffre,
    Dans un tonitruant rayonnement de feu,
    M’irradiant partout, en flamboyante pieuvre,
    Je me ferais sauter, moi-même avec mon œuvre
    Prouvant ainsi que j’étais vraiment Dieu !

    C’est la dernière strophe d’un poème intitulé À Dieu s’il existe , écrit en 1886.
    * avec un tel prénom, comment ne pas devenir libertaire ?

  16. zerbinette

    Jesús, Le comprendí (traduction automatique, j’espère que Vous, vous m’avez compris !!!)

    Olimalia, je vous comprends aussi…. mais ce n’est pas gentil de casser ma démonstration ! Mais le pire de tout c’est que les pompes de Satan n’avaient rien à voir à celles de l’Eglise, si j’en crois cet article :

    M. S. Reinach étudie la formule du baptème des adultes où il est question de renoncer à Satan et à ses pompes. Ce dernier mot est entendu aujourd’hui comme signifiant les plaisirs et les vanités mondaines. A l’origine, il signifiait tout autre chose. Tertullien ne parle pas des pompes du diable, mais de sa pompe. Or, le grec pompé et le latin pompa, signifient escorte, cortège, et les anciennes formules baptismales mentionnent la renonciation à Satan et à ses anges. La pompe de Satan, ce sont les milliers de démons subalternes qui composent son armée , alors que les anges déchus sont ses lieutenants, son état-major. Ainsi le néophyte qui embrassait le christianisme renonçait à Satan et à tout son entourage. Plus tard, on négligea, dans la formule, de mentionner les anges déchus ; alors le mot pompe cessa d’être compris et tendit à prendre , au pluriel , la signification qu’il a encore aujourd’hui.

    Moi, ce que je préfère c’est être pompette ! ( Jesús, j’espère que vous me comprenez toujours ? 😉 )

  17. >Arcadius
    C’était ce que j’avais lu. Et j’ai aussi écouté Carrillo dire « gracias a Dios » comme coletilla. Quant à sale type, bon, c’est une opinion.
    J’avoue que je n’ai jamais lu cette « oración » d’Unamuno. Je ne pardonnerai jamais à Unamuno son « que inventen ellos » et à Buñuel la manipulation des ruches et l’âne dans son film « Las Hurdes, tierra sin pan ».
    >Leveto
    Grâce à vous, par votre dernière devinette, j’ai appris que l’écrivain anarchiste J. Déjacque est le « père » du mot « libertaire ».
    >Zerbinette
    Pas mal la traduction. Je finirai par employer un « translator » pour qu’il soit l’éreinté.
    Mais, pourquoi le « Vous » ?
    Des pompes de Satan, en plus d’Olimalia, je vous avais parlé. Et aussi de la formule, pas ancienne, du baptême.
    Chez nous a été célèbre la phrase de Santiago Carrillo, l’ancien dirigeant de notre parti communiste : « Je suis athée grâce a Dieu. » Il a 96 ans et il est un fumeur invétéré.

  18. Pardon. J’ai collé le texte de mon com précédent.

  19. Jesús, ici un extrait du blogue de Michel del Castillo, qui raconte les massacres « de ambos lados. »

    « Santiago Carrillo, responsable du maintien de l’ordre, consentit au massacre sous l’égide des conseillers politiques dépêchés par Staline, ( Carrillo était jeune, c’est sa seule excuse, mais il a toujours nié avoir été au courant, ce qui est un mensonge éhonté).

    C’était en novembre 1936 ; par le Nord et par le Sud, les armées franquistes approchaient de la capitale ; Madrid semblait condamnée ; la liquidation de milliers de détenus croupissant depuis des mois dans leurs geôles en attente d’un procès fut froidement décidée, planifiée, organisée avec une minutie très soviétique. »

  20. >Arcadius
    Paracuellos, oui.

  21. From the Anglican catechism:

    Question: What did your Sponsors then [do] for you?
    Answer: They did promise and vow three things in my name: First, that I should renounce the devil and all his works, the pomps and vanity of this wicked world, and all the sinful lusts of the flesh; Secondly, that I should believe all the Articles of the Christian Faith; And Thirdly, that I should keep God’s holy will and commandments, and walk in the same all the days of my life.

  22. >Johnwcowan
    It’s clear that the devil (and his pomps) contributes to ecumenicalism.
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s