“de la” manque

100% Pure Sunflower Oil
L’huile qui protège votre santé

Cholesterol free            –            Riche en graisse Polyinsaturee

Contient Vitamine E

Logement 1, 2, & 3 litres

 
 
 

§

 
 
 

Il y a bien des années de cela, une cousine, qui habitait alors sur une petite colline, m’avait invité à déjeuner. Au début du repas, tirant son meilleur français mauricien, elle m’avait demandé : “Tu aimes kutcha ?” En cela elle faisait extrêmement couleur locale et n’aurait pas dépareillé la collection de Mauriciens qui se passent volontiers des “du”, “de la”, “des”, “ton”, “tes”, “les”, “un” et autres articles (de luxe). Qui n’a pas déjà entendu des expressions du genre “je mange pas pixidoo”, “il boit Coca”, “tu as fait devoirs ?”, “mets chapeau” ou “j’aime brèdes songes” ? Ou lu, à l’arrière d’un camion, “contient vitamine E”.

Publicités

26 réponses à ““de la” manque

  1. Googling for « Kutcha » gives me this Wiktionary entry, which doesn’t seem useful. Googling for « pixidoo » doesn’t give me anything; to my anglophone ear it sounds like « pixie doo », where « doo » is a baby-talk word for excrement!

    Anyhow, all this fuss and bother over articles, who needs it? The first thing pidgins drop on the floor is articles, and their creole descendants don’t usually reinvent them.

  2. @John : « kutcha » in Creole is a type of pickle made of unripe fruits or vegetables. So the origins are the same.

    « Pixidou » in itself is a brand for frozen juice sticks. One of the most known brands here in France is Mister Freeze.

    Concerning articles, one thing I found is that Mauritians (me included) have problems with « gender » (male or female) in French. The best way to bypass French articles which are led by « gender » is to drop them all along.

  3. Hey, Pépé, ena pixidoo Lafrans ? Mo pa ti konn sa. Top net ! Zot ena pixidoo tamarin oussi ?

    I was told that the name “pixidoo” comes from a brand of pixidoos, the brand name being — you guessed it — Pixidoo.

    John, you are fairly right, at least when it comes to Martian Creole. The articles and other little accompanying words were omitted when the language was created from French and various other languages. In the late 19th century a “local” wrote a layman’s book about Ma.r.tian Creole, which is not that “scientific” but which is pleasant to read nonetheless. He had a good passage on articles and pronouns. I must find it and copy some of it here.

    The fact that Creole doesn’t have articles is not a problem at all. (Well, at least for me, and I can’t remember cases of ambiguity due to lack of article.) Problems can appear when Creole starts to have an influence on its sister language, i.e. French. We can get mixed up sometimes. Creole has had an influence on the local variety of French itself and things that are considered perfectly standard in the Mauritian form of French may not be standard at all in ‘standard French’.

    But even in Martian French saying “tu aimes kutcha ?” (to kontan kutcha ? you like kutcha?) is not really standard. Not for me I mean.

  4. Wai gagné enn tas. Mari popilaire ici sa. Selma wai, pa gagne ar gout tamarin!

  5. L’affiche est, bien sûr, bilingue… Couma dir bien bizin rappel dimoune ki enn delwil vezetal pena cholesterol en anglé… 🙂 En français, pas ti pou efficace?

  6. @Torpedo, on peut entrer dans le débat 😀 . A la base il n’existe pas d’huile « sans » cholestérol car il existe du bon et du mauvais cholestérol. Par ailleurs, je pense que tu pointes là une manière de parler très Mauricienne. Le « Free » dans l’étoile rouge a plus d’impact que d’écrire « huile sans cholestérol » ou tout simplement « sans cholestérol ».

    Par contre, « logement 1,2 & 3 litres », n’est-ce pas là un Mauricianisme? Contenance, format… etc ok mais « logement »?

  7. @ Pépé Le Beagle
    Wai do matlo: ou’n bien deviné ki mo ti pé rode dir « mauvais cholesterol ». C’est faute à la parlance dodolandaise… Je rouille…

  8. >Pépé le Beagle
    La plupart des graisses végétales n’ont pas aucune relation avec les cholestérols.

  9. Qui n’a pas déjà entendu des expressions du genre “je mange pas pixidoo”, “il boit Coca”, “tu as fait devoirs ?”, “mets chapeau” ou “j’aime brèdes songes” ? Ou lu, à l’arrière d’un camion, “contient vitamine E”.
    Il n’y a pas si longtemps, j’étais chez un couple d’amis. L’un est mauricien pratiquant le français le plus châtié… à coup de beuuhneum et autres Peurlouis… Tandis que sa femme est française.
    A un moment du déjeuner, il me décrit le piètres talents de conductrice d’une de ses cousines. « Elle ne connait pas conduire, je te dis!! C’est horriiiiiiiiible!  »
    J’ai remarqué que le verbe connaître remplace très souvent « savoir » quand on parle français à Maurice. « Il connait pas démonter une roue » sonne quand même moins bien que « il ne sait pas démonter une roue, » non?

    Sinon une suggestion, des discussions très animées avec ma tendre moitié ont porté sur le fait de savoir si la formule « logement » comme dans « disponible en logement de 1, 2, 3 litres » est un mauricianisme ou pas.

    Voila une enquête à mener mon cher cordonnier!

  10. “Connaître” pour “savoir” doit être un mauricianisme vu que je l’ai mis dans la liste : « Connaître — Savoir. ‘Elle ne connaît même pas monter à bicyclette.' » Un jeune ami, aujourd’hui étudiant à Montréal, m’avait mis sur la piste. Je crois qu’il avait suggéré un exemple du genre “il connaît jouer de la guitare”…

    En ce qui concerne “logement” (pour “conditionnement” ?), je ne sais trop. Il faudrait le demander à quelques Français qui se hasarderaient jusqu’ici.

    Pour ce qui est du nom de “la capitale”, comme on le dit presque toujours sur les ondes de la MBC (ou sur celles de Radio One à l’heure du point sur la circulation), mon expérience me dit que beaucoup de gens prononcent la deuxième partie “Lui” au lieu de “Louis”, ce qui est un comble quand on sait que selon Virahsawmy & consorts le son –u (comme dans “fruit”) n’est pas censé exister en créole.

  11. Gro Zippo

    Je me suis souvent fait reprendre sur mon « et pouis » et la « couillère ». Il est vrai que nous les Martiens prononçons « ui » comme « oui ». Inversement, le prénom « Louis » se prononce « Lui », a fortiori dans « Port-Louis », et le verbe « bouillir » devient « buir ».

    Il paraît qu’il fallait prononcer « Lou-i(i)s » avant (ce qui pourrait expliquer cette prononciation dans la forme anglaise « Lewis »?). Tout comme pour « argüer », il faudrait un tréma pour détacher les 2 voyelles. Une forme médiévale de « Louis » aurait été « Louÿs » (je l’ai trouvé comme pseudo de Pierre Louis). Oui, avec un ‘ÿ’ (que j’ai pu écrire avec Alt152, merci Siganus), le ‘y’ étant utilisé comme une « i long ». La majuscule correspondante n’existe pas dans la norme ISO Latin-1, et ce, pour des raisons de place, tel que c’est décrit (un peu polémiquement au paragraphe 2.4) dans ce document.

  12. johnwcowan

    Thanks, everyone, for the explanations.

    Front rounded vowels such as those written in French with « u », « oe », or « eu » are relatively rare in the worlds languages. In English, the foreign sound of French « u » (a front rounded vowel) was split into two sounds, the consonant « y » (which is front but not rounded) and the sound of French « ou » (which is rounded but not front). Lewis is not an example of this, however. It is a Frankish name in origin, the name of the founder of the Merovingian dynasty, usually spelled Clovis in English and French, from Germanic roots hlod-wig ‘famous in war’, from which comes German Ludwig. The initial h had the sound of German ch.

  13. Siganus Sutor

    I believe then that the American town (which might be Missouri’s capital) should be spelt “Saint Lewis”. There is also Luis in Spanish. On Mars we have Martians named Louis, Lewis and Luis, but I haven’t met met any Clovis so far — which doesn’t mean they don’t exist.

    Zippo, et votre 8, devient-il “ouit” parfois ?

  14. Gro Zippo

    Ha ha, le 8, un long parcours. Il a commencé par le classique « wouitt » et a ensuite évolué vers le « w(u)itt ». J’ai pu me débarrasser du ‘w’ au terme d’un long entraînement afin d’acquérir le « labouss lalin », pour ne pas arrondir les lèvres et arriver à prononcer « ouitt » (plus léger que le wouitt) et finalement le « uitt ». Bizarrement j’ai moins de difficulté à prononcer « huître », probablement parce que ce mot est presque toujours précédé de « une » ou « des », et la liaison permet d’éviter le ‘w’. Peut-être qui si j’avais à le prononcer tout seul, j’aurais à me concentrer, à moins d’utiliser la technique de cet animateur de jeux qui avait parlé du mot « z’yeux ».
    De retour au pays, je laisse le « gro lagel » reprendre le dessus et je ressors avec plaisir des phrases comme « les wouitt hamsteu » (oui j’aime bien aussi notre prononication martienne du « hamster »).

  15. johnwcowan

    Among anglophones the custom has been for some centuries now to adopt the foreign spelling of a word or name and then give it our own pronunciation. This is also done in French, but since in French there is generally just one pronunciation for a given spelling (though not vice versa), the pronunciation to be adopted is clear. In English it is not so clear, and we often have national or local variations. Thus Athens, Georgia is pronounced with a « short a as in fat« , as we pronounce the name of the Greek city; but Athens, New York, is pronounced with a « long a as in face« , as we formerly pronounced the name of the Greek city. There is also Calais, Vermont, which is pronounced as the French city was pronounced while it was English, namely Calliss or even Callous.

    In a very few cases the spelling has been changed, as in the Picketwire River (formerly Purgatoire), and the town of D’Lo in Louisiana, whose meaning is I suppose obvious to any Creole-speaker.

  16. Siganus Sutor

    Does the name of the Louisianan town of D’Lo mean water by any chance? In Martian Creole water can be either délo or dilo. It would be hard for me to tell which one is the most frequently used.

    Zippo, un “travers” — façon de parler — dont je n’arrive pas à me défaire est de prononcer “œnn” le chiffre 1. Mais je suppose que passé un âge il devient difficile de changer certains vieux plis. Par contre je fais attention au bureau de prononcer “deux” le chiffre 2 car dans le domaine technique il y a trop facilement confusion entre la lettre D et le chiffre 2. J’ai remarqué que je ne suis pas le seul à le faire.

  17. johnwcowan

    « Water » indeed. But I was wrong to say it was in Louisiana; rather, it is in Missisippi, west of the river of that name. « The University of Southern Mississippi has proven that old maps from 16th-century French explorers show that they labeled the D’Lo area around the Strong River with the words « De l’eau sans potable’ « . —Wikipedia

    Anglophones say « niner » on hand-held radios rather than « nine », because under bad conditions « nine » sounds too much like « five ».

  18. Siganus Sutor

    John, to me “De l’eau sans potable” doesn’t quite make sense. “De l’eau non potable” (non drinkable water) would be okay, but I’ve never heard of potable being used as a noun.

  19. Gro Zippo

    Étrange construction effectivement mais une recherche de « sans potable » sur Google donne de multiples résultats dont certains sont dans les titres d’articles de journaux comme celui-ci.

  20. Gro Zippo

    Il est vrai que ce dico donne le sens de « without », ce qui colle avec le titre de l’article, mais ne convient pas dans la phrase « de l’eau sans potable ».

  21. Gro Zippo

    Lequel dico fait des traductions aussi; ainsi « sans » était un mot français dans celui-ci. Je ne trouve pas de « sans » dans le dictionnaire on-line de Cambridge ni dans le Collins. Ce mot ne serait-il utilisé que dans certaines régions (les articles trouvés par Google semblent être du Pakistan, Kashmir, Nepal, Bihar, …) ?

  22. johnwcowan

    I noted the oddity but put it down to 16th-century French, about which I know very little.

    Sans is not current in most varieties of English (it is found in Shakespeare), except when people are trying to be archaic or mock-archaic and funny. It first arrived as part of French fixed phrases such as sans delaye, sans fable, sans doute, sans pitié etc. but soon came to be used as equivalent to the native without.

    But subcontinental English may very well have preserved sans, as it has preserved many learnèd usages as a result of being a language taught mostly from books by people who are not native speakers.

  23. marie-lucie

    I agree with JWC: « sans potable » ici n’est pas du français mais de l’anglais! » Cette expression viendrait-elle du vocabulaire de la marine anglaise, puisque le vocabulaire nautique est souvent très archaïque?

  24. johnwcowan

    This particular map, however, is said to be a French one. Still, Wikipedia gives no citations, so it may be inaccurate.

  25. marie-lucie

    If sans potable appears on a map, it could be just an instance of telegraphic style because of lack of space. The place has been named « De l’eau » because there is water, but there is no drinkable water.

  26. Siganus Sutor

    Entendu l’autre jour dans une librairie (un temple du savoir — écrit) : « La fille va venir faire emballage pour vous. »

     
    _______

    Mise à jour du 1er janvier 2015.

    Entendu aujourd’hui dans la bouche d’une personne qui parlait de pizzas : « Tu mets crevettes, tu mets champignons, tu mets ce que tu veux. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s