Archives quotidiennes : 7 février 2011

Cousinages

Cousin, cousine, cousin, cousine
Faire moi content belle cousine,
Faire moi content belle cousine,
Bel malade lamour attrape moi.

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas entendu ce séga dans lequel un cousin aimait sa cousine, et je ne garantis pas la bonne retranscription des paroles. Mais elles ne doivent pas être trop loin de la vérité.

Rabin, du blog Sans Concessions, pensait-il à cette chanson-là quand il a écrit son éditorial de dimanche à propos de la vente (et de l’achat) de la clinique Medpoint ?

La querelle à laquelle se livrent le MMM et très probablement le MSM, par affiches interposées, est stérile et risible. D’abord parce que les auteurs de la campagne « kouzin, kouzine » manquent de jugeote. Pravind Jugnauth et Maya Hanoomanjee n’étaient-ils pas respectivement ministre de l’Agriculture et haut fonctionnaire du même ministère en 2001 quand le « mari deal » d’Illovo a été conclu ?

Il est vrai que Maya est la cousine de Pravind.

Bérenger Doube faces
Lakor Medpoint 2000
Bérenger vinn Premier Minis
Bérenger dir: Progré du siècle
Akizition Medpoint 2010
pou fer clinik vinn lopital modern
Bérenger dir: Scandal du siècle
Bérenger veritab Namak-haram

Kados Paul Bérenger
1982: Rs 57 million
a Barons sucrier
2002: Deal Illovo Rs 9 milliard
kouzin-kouzine ré tap plein
2003: Central termik
charbon (SUDS)
Rs 900 million par an pou
20 ans = Rs 18 milliard
kouzin-kouzine ré-ré tap plein

 

Clinique Medpoint
Scandale du siècle
Jackpot
Rs 144 millions
Zot mem vendé,
zot mem asté

Zot bizin rann kont !

 
 

 

“À aujourd’hui” la guerre des affiches ne semblait pas terminée, comme en témoignerait cet article dans Le Mauricien du lundi 7 février 2011.

D’autre part, le principal parti d’opposition, le MMM, n’est pas au bout de ses surprises avec sa campagne d’affiches dénonçant l’acquisition par le ministère de la Santé de la clinique Med Point. Une délégation comprenant des députés du MMM de Port-Louis s’est rendue à la municipalité de Port-Louis en vue de faire estampiller les affiches comme le réclame le commissaire de police, Dhun Iswur Rampersad, dans un communiqué émis vendredi.
Le MMM envisage de faire placarder 1 200 affiches avec nom et adresse de l’imprimeur et estampille de la municipalité dans les circonscriptions de la capitale. Or, les préposés municipaux ont fait comprendre qu’un maximum de 130 affiches seront estampillées si elles passent l’épreuve d’un “comité de censure”, qui se réunira mercredi.
D’autre part, le MMM n’a été autorisé à placarder ses affiches que dans treize endroits désignés : sept dans la circonscription N°1, aucun dans le N°2, quatre au N°3 et deux au N°4. Les députés du MMM ont dû également remplir des formulaires officiels portant sur “Application Form for Fixing Posters at designated Areas”.
Devant ces tracasseries administratives, le ton est monté d’un cran et le lord maire, Mohammad Khodabaccus, est intervenu pour essayer de calmer les ardeurs. “Nous dénonçons ces nouvelles tracasseries de la municipalité de Port-Louis, qui restreint le nombre d’affiches à 130 dans les quatre circonscriptions. Zot pe badiné. Zot pe rod faire kwar ki kan Parti travayis et MSM met l’affiches zot met zis 130. Zot pe viole la démocratie ek anpes lepep eksprim li. Nou pas pou laisse zot koumsa”, a déclaré le député Adil Meea au Mauricien en significant son intention de soulever toute cette affaire à l’Assemblée nationale.
Malgré les promesses solennelles d’impartialité de la police, vendredi, les affiches Med Point attribuées au MSM et non conformes aux règlements sont toujours en place à travers l’île…

 
 

 
 

Cousin, cousine, cousin, cousine
Faire moi content belle cousine,
Faire moi content belle cousine,
Bel malade lamour attrape moi.

On remarquera au passage que cet insecte aux longues pattes appelé “cousin” en France est appelé “bigaille” à Maurice — une bigaille, au féminin. Ce n’est peut-être pas le même diptère stricto sensu, mais ils doivent nécessairement être cousins pour le moins, cousin-cousine.

Bigaille

Publicités