Viande frais (bœuf local)

BOUCHERIE AHMAD
BOEUF LOCAL
VIANDE FRAIS
TEL: 558 0289

Publicités

19 réponses à “Viande frais (bœuf local)

  1. Hmmmm, c’est peut-être le taureau local de la nouvelle route (M2) du Nord qui a finalement trouvé acheteur. Le panneau proposant la vente de ce taureau était présent pendant tout le mois de décembre sur le tronçon en direction de Port-Louis, probablement (en bon mauricien, je devrais dire « possiblement ») après le sens giratoire (rond-point) de Riche Terre.

  2. En France, le « local » veut dire que c’est d’une région spécifique. Exemple: la raviole est un plat local du Royans. Un boeuf local serait-il issu d’une localité (enn landroi) ou plus généralement Mauricien?

  3. Je dirais Mauricien par opposition à importé (« bef leksteryerr » ou « bef lott pey »).

  4. Gro Zippo, vous y êtes presque : on parle de “déor”. Les “biscuits déor” s’opposent aux “biscuits local” de même que “laviann déor” n’est pas “laviann local”. Pour ce qui est du “taureau local” vendu à l’endroit que vous dites (entre les ronds-points de Terre Rouge et de Calebasses), cela m’a tapé dans l’œil à moi aussi, et stockée quelque part j’ai la photo du panneau en question, “tirée” il doit y avoir un ou deux ans. (Je l’ai prise en ayant en tête le futur billet consacré au mot “local”.)

    Pépé, à la Réunion on parle de “pays” (e.g. le “poulet pays” ou, plus coquin, la “couverture pays”) et au Bengale on parle de “desi” (e.g. “desi badam”, qui sont les amandes produites par nos badamiers). Je suppose qu’en France on parlera disons d’“agneau français”, non ?

    Ce qui m’a aussi fait mettre ce panneau en billet, c’est le “viande frais” (au lieu de “viande fraîche”), un travers récurrent. (Voir par exemple cette photo envoyée par Gro Zippo.)
     
     
    _____

    P.-S. : Pour dissiper tout malentendu éventuel, il est peut-être utile de préciser que ce billet n’a en rien été influencé par la polémique qui oppose actuellement la branche mauricienne du mouvement Hare Krishna à la chaîne McDonald.

  5. C’est vrai, la « viande frais » ne sera d’autant plus succulente qu’avec du bon poive pour viandre (je me rappelle plus la marque) qu’on utilisait à la maison.
    Quand à l’agneau français (« zorey »?), faudra préciser « Label Rouge » ou « élevé en France mais désossé à Petaouchnok dans la C.E. », car si ce n’est pas une appellation contrôlée, ça ne garantit rien, comme le savon de Marseille ou les Herbes de Provence. A rapprocher peut-être des produits vendus à Maurice après la 2ème Guerre Mondiale, etiquetés « MADE as IN ENGLAND » . D’après mon père, les produits importés ne venaient plus d’Angleterre, et cette astuce de rédiger ainsi les étiquettes avec un « in » minuscule avait été utilisée car les Martiens d’alors n’avaient confiance que dans les articles anglais.

  6. marie-lucie

    Je ne crois pas qu’on afficherait en France agneau français, mais plutôt agneau de pays s’il provenait de la région où il est vendu. De même on ne mettrait pas sur une étiquette ou une pancarte tomates espanoles mais tomates d’Espagne.

    Pour le taureau (si c’en était bien un), ça m’étonnerait qu’on l’ait mis en vente pour sa viande: c’est un animal élevé pour être reproducteur, par opposition à un boeuf qui est élevé soit pour travailler aux champs, soit pour être mangé, après qu’on l’ait privé de toute possibilité de reproduction.

  7. marie-lucie

    “déor”: Cette prononciation de dehors s’emploie (ou s’employait) aussi dans certaines parties de l’Ouest de la France (ainsi que « déhor »).

  8. “déor”: Cette prononciation de dehors s’emploie (ou s’employait) aussi dans certaines parties de l’Ouest de la France (ainsi que « déhor »).

    Ça alors ! Je n’ imaginais pas une seconde, lorsque je disais “Déor !” au chien dont les pattes étaient pleines de boue, que j’étais en train de lui parler en français de France, variété occidentale.

    Déor/dehors : l’étranger, le territoire hors des limites de la mauricianitude, commence juste derrière les brisants (i.e. la barrière de corail), ce qu’on appelle “en dehors”, endéor en créole, c’est-à-dire la pleine mer au-delà du lagon.

  9. marie-lucie

    Siganus, dé(h)or est du français dialectal, pas du français « standard », comme beaucoup de traits du français d’outre-mer (y compris les variétés canadiennes), qui sont originaires de l’Ouest de la France.

  10. Marie-Lucie, lors de l’épizootie de la vache folle, la France avait interdit l’importation de viande en provenance de certains pays, dont quelques-uns étaient de la C.E. Comme gage de garantie supplémentaire, il avait été créé le label VF pour « viande française », lequel label avait été très rapidement accaparé par les divers vendeurs de hamburgers. Une recherche de « viande française » dans les images de « Gogol » affichera les logos (on peut même les commander).
    Le terme « de pays » sera plutôt réservé à une production locale comme « vin de pays ».

    Quant au taureau, j’acquiesce par rapport à sa fonction, mais je ne suis pas sûr que nous les Martiens fassions la subtile différence entre boeuf et taureau, un taureau étant un « bef mal » et une vache un « bef fémel » (les autres Martiens, je me gourre ?). Il n’y a peut-être que moi sur Mars qui n’avais pas compris, mais j’ai appris récemment que le féminin de « veau » n’était pas « génisse », une génisse étant en fait un jeune vache n’ayant jamais vêlé. Ainsi, une jeune vache (donc un veau femelle) ayant vêlé n’était plus une génisse. Comme dit mon père: « Kan ou difisil pou mor … ». Ca m’avait tout de même étonné de lire « taureau » sur ce panneau, car pour moi, il n’y avait pas de taureau sur Mars, si on occulte l’acception de reproducteur de ce mot et si on ne considère le taureau que comme la magnifique grosse bébête (je ne le dis pas en quebécois pour éviter la confusion par les Martiens) qu’on trouve, entre autres, en Espagne (plus précisément en Andalousie). A la rigueur il y a des zébus (prononcer « j’ai bu »).

    Siganus, vous devez connaître ça: « ine, dess, troiss, tiré vou dé or » ?

  11. >Gro Zippo
    Aussi en Estrémadure. Il y a 120 élevages de taureaux de combat chez nous. Malgré leurs 4 ou 5 ans, la viande est bonne.

  12. marie-lucie

    Gro Zippo, ne vivant plus en France, je n’étais pas au courant du label VF. Mais dit-on aussi « poulet français », « dinde française », « fromage français », etc? quand je vais voir ma famille, je ne vis pas en touriste, je séjourne chez eux et je vais avec eux dans les épiceries et au marché, je vois donc les produits à vendre, et je ne me souviens pas qu’on emploie tellement l’adjectif. Qu’un produit vienne d’une région de France ou de l’étranger, on mentionne plutôt la région, surtout si le produit en est réputé, comme dans « poulet de Bresse », « jambon d’Italie », etc.

  13. marie-lucie

    Jesus, j’avais oublié le rôle de certains taureaux en Espagne. Merci de ces précisions. Mais je suppose qu’on n’élève pas ce genre de taureaux à Maurice.

  14. Oui Marie-Lucie, vous avez raison, ce n’est pas souvent écrit en gros. Ca peut apparaître sur l’étiquette « origine France ». Le coup du label était particulier, à cause de l’épizootie causant une « panique » générale qui risquait de faire s’effondrer la vente de viande. Ce que je voulais faire ressortir c’est que c’était l’adjectif qui était utilisé, à savoir « viande française » au lieu de « viande de France »; ça peut aussi être « viande bovine française » ou « viande de porc française ». C’est comme si « viande de France » peut provenir en fait d’un « animal élevé à X, abattu à Y, désossé à W et vendu en France ». Alors qu’avec « viande française », « la bête était française et son père et sa mère aussi, Madame, j’ai son livret de famille sur 7 générations et cette bête est morte pour nourrir ses compatriotes humains, une bien brave bête ». J’ai l’impression aussi qu’une marque utilisera « de France » pour se démarquer des autres considérées comme n’étant pas dignes d’avoir ce label même si elles sont françaises. Ainsi même s’il y a plusieurs chaînes françaises de gîtes, il y aura les « Gîtes de France ».
    Pour certains types d’aliments on pourra préciser effectivement la provenance comme « poulet de Bresse »; c’est un des poulets français. Aussi, on achète du saumon français ou écossais, mais parfois du saumon de Norvège!! Avec certaines appellations non contrôlées, on peut se faire avoir. Ainsi la majorité des savons dits « de Marseille » sont fabriqués à l’étranger. La marque de savon de Marseille « Le petit Marseillais » elle est vraiment Marseillaise.

  15. >Marie-lucie
    Pas de problème. Mon com était pour ajouter à Andalousie, citée par Gro Zippo, ma terre, entre autres. D’ailleurs, pour dire que nous les mangeons après les « corridas », mais c’est presque anecdotique.

    >Gro Zippo
    Il y a belle lurette que le nom de savon de Marseille est universel et employé pour le savon de soude et huile (d’olive surtout).

  16. marie-lucie

    Pour les produits tels que le savon de Marseille ou l’eau de Javel (un ancien quartier de Paris), ces expressions désignent un type de produit, fabriqué selon une certaine formule (au moins de base) et non pas classifié selon le lieu de cette fabrication, qui n’a pas d’importance puisqu’on pourrait fabriquer le même produit n’importe où. Ce n’est pas comme les appellations contrôlées pour les vins, par exemple (puisque la nature du terrain joue un rôle dans la nature et la qualité du vin), ou le Roquefort (qui passe un certain temps dans les fameuses caves). Pour les animaux et leur viande, il s’agit d’espèces ou de variétés elles aussi définies. C’est pourquoi « viande française » était une appellation d’un type nouveau, puisqu’elle garantissait seulement l’origine nationale de la viande, sans plus de précisions.

  17. Aujourd’hui, le Label Rouge est un gage de qualité et de garantie d’origine Française pour tout type de viande. D’ailleurs, dans les publicités à la radio on n’entend plus « produit en France » mais bien « Label Rouge ». « Ici » est aussi devenu populaire depuis la campagne de pub pour une marque de lait en France: Lait d’ici.

  18. In American (and I suppose Canadian) English, the confusion between food actually from a certain place, and food merely characteristic of that place, is absolute. If one goes to buy « Swiss cheese », for example, this will be an Emmenthaler-style cheese, but it will be made in the U.S. If one wants cheese actually from Switzerland, one must look for an explicit label « Made in Switzerland », and probably go to a specialty store at that. The case of « champagne » is of course notorious: the word may be used in the U.S. by the makers of any carbonated wine whatsoever, even if made from the species Vitis labrusca (yeuuuch).

  19. Hmmm it’s a pity then that French perfume maker YSL had to withdraw all their bottles that went out for sale because they had named their perfume Champagne. The perfume was renamed « Yvresse », but the original boxes had the Champagne name hidden with red « painting ». Those who had a plane stop in Africa on their way from France to Mauritius could still buy the original Champagne perfume in its Champagne packaging, as these had not been withdrawn yet from the duty free airport shops. I think that it was the best sale ever happening in that duty free shop. The guys were not even setting the bottles on the shelves; they would just sell them out of the cardboard boxes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s