Banané

Banané.

Expression que l’on utilise pour souhaiter une bonne année à quelqu’un. En principe elle n’est employée qu’en créole mais il arrive parfois qu’une personne s’exprimant en français l’utilise aussi de façon informelle, ou par facétie.

Il existe même un séga parlant de banané : « Banané, banané, tou zenfan. Banané, banané gran dimounn… » (Je ne me souviens malheureusement plus très bien des paroles, ni de l’auteur.) Et dans la note intitulée “Accent créole” Ashvin avait très justement remarqué que “sans ‘e-accent-aigu’ banané ti pu zis ene banane” (sans e-accent-aigu ‘bonne année’ ne serait qu’une banane).

Par extension, en créole le mot “banané” est arrivé à signifier “année”, comme le montre l’exemple suivant : « Enfin, Prakash Maunthrooa a juré ‘sur la tête de Shiv’ qu’il n’était pas un ‘missionnaire’. ‘Zot pé dire ki mo pas enn vaish et ki mo enn missionnaire. Pendant 39 bananés, mo finn marché mo finn al Grand-Bassin moi. Est-ce ki Navin in faire li ?’, a-t-il demandé. » (Week-End, 19 juin 2005.)

Il est tentant de voir cette expression-là, “banané”, comme une déformation de l’expression française “bonne année”. Il existe cependant une autre hypothèse à ce sujet…

Un ingénieur des ponts et chaussées répondant au nom de Bernardin de Saint-Pierre séjourna à Maurice de 1768 à 1770 et en fit un récit qu’il publia sous forme de lettres regroupées dans un livre intitulé Voyage à l’Île de France. Dans la lettre XIV (“Arbrisseaux et arbres apportés à l’Île-de-France”), datée du 10 juin 1769, il dit ceci :

Le bananier vient partout. Il n’a point de bois : ce n’est qu’une touffe de feuilles qui s’élèvent en colonne, et qui s’épanouissent au sommet en larges bandes d’un beau vert satiné. Au bout d’un an, il sort du sommet une longue grappe tout hérissée de fruits, de la forme d’un concombre ; deux de ces régimes font la charge d’un noir : ce fruit, qui est pâteux, est d’un goût agréable et fort nourrissant ; les noirs l’aiment beaucoup. On leur en donne au jour de l’an pour leurs étrennes ; et ils comptent leurs tristes années par le nombre de fêtes bananes.

Il se pourrait donc que l’expression que Bernardin de Saint-Pierre met en italiques — “fêtes bananes” —, laquelle servait donc elle aussi, semble-t-il, à compter les années qui passaient, soit à l’origine de l’expression contemporaine “banané”. Notre banané d’aujourd’hui aurait donc un goût de banane. C’est du moins l’hypothèse qu’évoquent MM. Baker et Hookoomsing, qui parlent de convergence possible (“?”) et qui, à l’entrée banane de leur Diksyoner, ont ceci :

« E 1. New year festival; 2. Years, years of age. F 1. Fête du Nouvel an; 2. Années, ans.     1839 (1), 1855 (2)
□ ? convergence < F banane + < F bonne année, cf 1768 “Les noirs l’aiment beaucoup. On leur en donne [des bananes] au jour de l’an pour leurs étrennes; et ils comptent leurs tristes années par le nombre de fêtes bananes” ◊ Bernardin de St-Pierre 1773, 1:62 (v aussi ◊ Robert Chaudenson 1974: 945-46).
(& buke banane, fler banane, pye banane)
banane ańgle E Christmas. F Noël. □ < K. »

Pour d’autres, “banané” pourrait avoir un goût de champagne — ou de bière.

 

 

_______

Mise à jour du 31 décembre 2012

Banane_(2013)--Phoenix_beer_40

BANANÉ
2013

“Can” de bière Phoenixthe so-called “famous beer of Mauritius” — brassée et mise en vente à la fin de l’année 2012.

35 réponses à “Banané

  1. Hey ! Carrot, top mem sa !!

    Banané, banané, banané,
    Vini zenfan nou al boir divin
    Banané, banané, banané,
    Vini zenfan nou al dans séga

    Bien merci !

    Banané finn rétourn encore
    Banané finn rétourn encore

    Bien lontan mo pa ti tann sa… (Bien plis ki enn an !) Kan mo ti tipti mo ti tann Serge Lebrasse lor 45 tours. Mo pa koné sipa pick-up encore existé azordi…

    Ena bann ti zennzan
    Ler banané kosté
    Oua tour li disparet
    Li rétourné lé 15 zanvié
    Ou met ar marmaille-la
    Ou lé konn la raison
    Li dir ou koum sa
    Ki mo ti en dey pou mo tonton

  2. Bloavez Mad !

  3. Un peu comme le Phénix de la bière, je sors de mes cendres pour souhaiter à tous « banané ».

  4. Jesús, par rapport à ce qui est écrit sur la boîte de bière, vous diriez plutôt “felice anno nuovo” ou “feliz año nuevo” ? La question ne devrait sans doute pas être posée, la deuxième expression seule ayant une chance d’être espagnole, la première étant vraisemblablement en italien, mais qui sait… Whatever the case may be: Feliz año nuevo, Jesús.

    Aquinze, je suppose que ces vœux sont exprimés en bruxellois ! Peu importe à quel point 2011 pourrait être une année “particulière” ou “ordinaire”, je vous la souhaite la meilleure possible, and many happy returns, old chap!

    Ek banané tou dimounn, bann seki fer comentèr, bann seki zis lir, bann lezot oussi, bann seki manz pixidoo tamarin, bann seki boir enn ti grog, bann seki koui gato pima, bann seki get niaz dan lésiel, bann seki mont lor pié lafous, bann seki koz ek ti fourmi, bann seki kontan labriz dan filao… Pétar pé komans kalmé, astèr kapav al dormi. Dimin li déza azordi, ek lané inn fini tourné. Salam zot tou…

  5. kom touzour, zoli lartik!
    banané!

  6. Merci Keli. Banané ou aussi.

    Bé dir moi enn zafer : eski ounn déza tann kikenn koz “banané anglé” dan plas Lanoel ? Dan diksyoner Baker ek Hookoomsing bann la inn ékrir ki an kréol “banané anglé” = “Christmas” (cf. lartik, ant bann banann ek kann labier). Abé moi zamé monn tann enn zistoir koum sa, pa enn sel foi.

    Apré sa zot mensionn “bouké banané”, “flèr banané”* ek “pié banané”. Sa oussi zamé monn tandé dan mo lavi. Kapav zonn al fer konfizion ant “pié banané” ek “pié banann” !:mrgreen:
     
     
    * “pié banané” = flanboyan ?

  7. >Siganus K.
    Oui, le « ñ » est un bon indice. Dans la langue qu’on parle encore dans les villages de mes parents, je vous dis : « filí anu novu ».

  8. zerbinette

    Boun’ Anado !

  9. Jesús : filí anu novu
    A mes yeux ça ressemblerait à du corse. J’imagine que ce n’est pas du castillan “ordinaire”, non ?

    Zerbinette : Boun’ Anado
    On devine le sens du message, mais je ne m’avancerai pas de façon définitive à propos de la langue dans laquelle ces vœux sont prononcés…

  10. Bono annado !
    Pour moi, ce sera du provençal (en gros, à l’est du Rhône); pour Zerbinette, je pencherai pour du languedocien (à l’ouest du Rhône, donc) et, la connaissant un peu, je m’avancerai à parier sur du limousin…

  11. Quelques recherches plus tard et je pense avoir trouvé que Jesús nous souhaitait la bonne année (filí anu novu) dans un dialecte de l’Estrémadure. Il nous en dira plus, j’espère.

  12. LOrraine Lagesse née Desmarais

    Pas éna narien pou ajouter sauf banané fine arrive encore et nous tous pé attende dé l eau…alors pas trop de gaspillage…et a tous , encore bonne année…

  13. Banané a zot tou!🙂

    ABAIM so sega banané oci mari seryé:
    Ba, Baa, Ba, Baa, Ba Na Né!

  14. Inpé dan tar mé banané a tou bann voyazer ki vinn lor sa sit marsien la. Banané a maitre a pansé marsien la oussi.

  15. Ashvin, mersi. Banané ou osi. Sa santé-la, mo ti konn li enn lot manyer. Fer kouma dir ou fek gagn enn mats football. Lerla tou dimounn dan lékip ti pou sant “Lay ditin persi pomdamour nou fer enn bon rougay, met enn boutey divin lor latab nou fet nou viktoir”. Mo pa koné ki santé inn servi pou fer lotla, i.e. kisann-na inn vinn en prémié.

    Pépé, mersi. Ki mo kapav souet toi ? Enn tifi sa lané-la ?😀

    Ashvin, Pépé, eski zonn déza tann koz “bouké banané”, “flèr banané”, “pié banané” ousa “banané anglé” ? (Get komentèr 01/01/2010 @ 12:26.)

  16. @Siganus: oui, bouké, fler ek pié banané li pié flamboyan sa. Bann gran dimoun dan Cottage ti touzour appel li coumsa.

    Sinon, d’apré lord tonn propoz enn bon soué la.

  17. Bé, eski bann grandimounn Cottage pa servi mo “flanboyan” ? Ek “banané anglé” tonn déza tandé ?

    Pou tifi-la, ki lépok Bolom Noel pou vini ? (Selma mo koir Lafrans bann gro zoizo ki amenn ti baba, non ?)

  18. Ena enn manièr servi sa bann mo la. Kan laner normal, sé ta dir kan pena fler, zot appel li flanboyan. Li vinn « banané » kan li coumans gayn fler. Fler la li so decorasion banané sa.

    Banané anglé mo pann tandé.

    Gro zozo li li pou passer en avril, o printemps couma nou dir isi.

  19. @siganus : mwa oci mo conne sa santé la pu fet la victoire kan mo ti college.

    Sinon mwa mo rapel lontan ti ena ban dimounes ti p dir bolom banané. C’est li mem ki donn ban zanfans kado pu banané. Mo pakoné ki li resemblé, si li ena la barbe ou pas. Eski zot ine deza tandé sa?🙂

    “bouké banané”, “flèr banané”, “pié banané” c’est flamboyant. Pas zis Cottage, mé partou dan moris dimounn conne sa.

    Banané anglé mo pann tandé mwa oci.

  20. > Siganus K., leveto
    Pour nous connue comme « la fala » (le fala ; « falar » en galicien et portugais = parler), c’est une curieuse langue (ou dialecte) qu’on parle seulement dans trois villages au nord-ouest d’Estrémadure ; il y a aussi des petites variations des mots et même une intonation un peu différente selon le village mais tout le monde la parle et la comprend. Il s’agit d’une vraie langue maternelle très ancienne d’une origine pas connue si bien il semble qu’a commencée à être employée depuis les repeuplements après la Reconquête et qu’est restée là. Par exemple, les Galiciens la revendiquent comme un galicien ancien.
    Si bien je n’ai pas habité là, je l’ai appris pendant toutes mes vacances à Eljas lorsque j’étais petit.
    Pour souligner un peu de ses particularités, il existe le « s » sonore et pas seulement sourd comme en castillan, et le « f » initial latin, comme dans « figu » (figue), « folla » (feuille), qui a évolué en « h » en castillan (« higo », « hoja »). Aussi nous vouvoyons comme vous, avec la deuxième personne du pluriel ; comme vous savez, en castillan on utilise la troisième du singulier.
    Cette langue a été longtemps considérée comme un patois et même interdite à l’école, la mairie, etc. quoique, à la fin, elle est reconnue comme une richesse culturelle :
    http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/EtatsNsouverains/Estremadure-ordonnance-2000.htm

  21. > Ashvin

    “Bolom banané” zamé monn tandé. Ti frer Bolom Noel sa ?:mrgreen:

    “bouké banané”, “flèr banané”, “pié banané” c’est flamboyant. Pas zis Cottage, mé partou dan moris dimounn conne sa.
    Abé bizin mo res lor Mars moi, parski mo pa ti konn sa…😦

    Pou “banané anglé”, kapav Baker & Hookoomsing inn al invent sa ! Ousa zonn tann 2-3 dimounn dir sa — kapav dan enn sel fami kikfoi — ek zonn met li dan zot diksyoner.
     
     
    > Jesús

    Aussi nous vouvoyons comme vous, avec la deuxième personne du pluriel ; comme vous savez, en castillan on utilise la troisième du singulier.
    Ben non, je ne savais pas cela.😦 Vous voulez dire qu’en castillan (i.e. en “espagnol”) quand on utilise la forme vouvoyée de “Tu n’aurais pas un stylo ?” cela revient à dire “Il n’aurait pas un stylo ?” ? Remarquez, ça se tient, car il arrive parfois qu’on s’adresse à une personne d’une manière indirecte. En présence de M. Tartempion, on feint de s’adresser à une tierce personne, laquelle peut même être une personne imaginaire et absente (ou comme si on s’adressait à soi-même à haute voix) : “Tu crois que le monsieur aurait un stylo ?”

    En créole mauricien ce n’est pas comme en français. Tutoiement : “To ena enn plim ?” Vouvoiement : “Ou ena enn plim ?” Le mot “ou” n’est pas “vous” comme dans “vous, les Espagnols, vous aimez manger du jambon”, qui en créole se dirait “zot, bann Espagnols, zot kontan manz zanbon”. Ce “zot” — issu de “(vous) z’autres” —, deuxième personne du pluriel, est le même mot que celui qui est utilisé à la troisième personne du pluriel : “zot kontan manz zanbon” (ils aiment manger du jambon), qui peut à l’occasion être remplacé par “bann-la” (“bann-la kontan manz zanbon”).

    Étonnante langue que cette “fala”. J’espère qu’il se trouve encore des jeunes pour la parler.

  22. >Siganus K.
    On vouvoie en espagnol avec le « usted » comme sujet, donc « ¿usted no tendría un bolígrafo ? » (« usted » n’aurait pas un stylo ?). En le fala on dit « vos » (vous), comme en ancien castillan ; en plusieurs pays américains on utilise aussi le « vos » mais avec le verbe en troisième du singulier.
    En espagnol, l’utilisation de cette personne du verbe est parfois équivoque et même comique ; par exemple, si vous dîtes quelqu’un que sa femme est couchée avec un homme qui n’est pas son mari, il est recommandable de lui ajouter un « de usted » comme éclaircissement pour éviter le « su » (son, sa) ambigu. Ainsi : « Juan se acuesta con su mujer » peut être : Jean se couche avec sa femme ou avec votre femme. Le bon délateur qui vouvoie lui dira : « Juan se acuesta con su mujer de usted ». Dans mon village, ce problème n’existe pas, mais je ne parle du problème des cornes, bien sûr.
    Quant aux jeunes et le fala il n’y a pas de problème ; tous les enfants la parlent toujours. Aujourd’hui personne n’a pas honte.
    Ici, à Badajoz, j’ai une couple d’amis d’Eljas et nous parlons toujours en le fala ; les autres amis sont déjà habitués. C’est curieux mais pour moi, un « castellanohablante », ce n’est pas facile de parler en espagnol avec ces amis. Pourtant, mes parents et moi avons parlé toujours en espagnol.

  23. Vous voulez dire qu’en castillan (ie en “espagnol”) quand on utilise la forme vouvoyée de “Tu n’aurais pas un stylo ?” cela revient à dire “Il n’aurait pas un stylo ?”

    Well, no, but usted = vuestra merced ‘your mercy/worship’, so it naturally takes third person singular agreement. In 17th-19th century German, superior-to-inferior address was also in the third person singular using a pronoun: Er ist dumm literally ‘He’s stupid’, but in fact ‘You’re stupid’; Er wird gehen lit. ‘He will go’ but in fact an imperative, ‘Go!’. At that time, polite address was second person plural, Ihr, but it is now third person plural, Sie.

  24. John, thanks for the info, which is fascinating in the sense that it shows how humans living in society can say things in such an indirect manner. How they can become crooked somehow…

    Jesús : C’est curieux mais pour moi, un « castellanohablante », ce n’est pas facile de parler en espagnol avec ces amis.
    Cela me fait songer au fait qu’avec certaines personnes avec qui j’ai l’habitude de parler créole je ne pourrai pas parler français, quand bien même la conversation ambiante se tiendrait dans cette langue. A contrario, il arrive aussi qu’il me soit difficile de parler créole avec certaines personnes même quand les échanges se font dans cette langue à ce moment-là. Je crois que ces choses-là peuvent être assez marquées à Maurice.

  25. Il arrive souvent que l’utilisation de la 3ème personne du singulier pour le vouvoiement ou même le tutoiement se fasse dans un cadre cordial et bon enfant en France. Exemple, on entendra dans un bistrot : « Il boira quoi ? »

  26. Pépé, je dirais pour ma part que demander à une personne “il boira quoi ?” pour lui demander ce qu’il veut boire est un tantinet moqueur. Soit on connaît très bien la personne, et ça passe, soit on la connaît un peu moins bien et on est en train de se foutre quelque peu de sa gueule.

    Jesús, plus haut je disais que “bann-la” (lit. “[cette] bande-là”) pouvait être l’équivalent de “ils”. Il me vient à l’esprit que l’expression peut aussi être l’équivalent de “eux”.

  27. En regardant la can* de bière Phoenix figurant dans la mise à jour du billet (voir plus haut, au-dessus des premiers commentaires), on ne peut que se faire la réflexion qu’en deux ans, de 2010 à 2012, la Mauritius Breweries a trouvé que la formule la plus judicieuse pour souhaiter la bonne année aux Mauriciens et aux visiteurs n’est plus “bonne année” (la forme principale sur les boîtes de bière d’il y a deux ans) mais “banané” (la forme principale sur les boîtes de bière de cette année-ci). On remarquera aussi que, même majuscule, le -e final de banané a bénéficié d’un accent. “BANANE 2013” aurait définitivement fait avant tout songer aux fruits du bananier.

     

    * Je ne sais pas si j’ai déjà inclus le mot can dans la liste de mauricianismes, mais si cela n’a pas déjà été fait il devra l’être tôt ou tard. L’année prochaine sans doute…

    En attendant…

    Banané tou dimounn !

  28. Bonne année à tous, commentateurs, lecteurs, visiteurs, friends, Romans and countrymen.

    Puissent les Martiens éviter que Phobos leur tombe sur la tête au cours de cette année 2015. Quant aux Terriens, que la vie leur soit douce sur leur planète bleue dont on espère qu’ils prendront bien soin. Pour ce qui est du reste de l’univers, banané zot osi !

  29. Iqbal Kalla

    Banané à toi Siga (tu excuseras cette apocope spontanée…)

  30. Siganus Sutor

    Haha, no problem in Mauritius, comme on disait sur des T-shirts vendus ici-bas “quelques années de cela”. Un certain nombre de personnes m’appellent “Siga”, y compris des membres de leur famille qui ne me connaissent pas du tout on line. D’autres me donnent du “Sig”. What’s in a name, n’est-ce pas ?

    Banané ou osi, ek tou ou fami — ki pé grandi mo coire…

  31. zerbinette

    On remonte le temps on dirait ? Nostalgie ?
    Longue vie à votre blog SIG !

  32. Siganus Sutor

    Merci, Zerbinette. Je suppose que ce billet-ci est destiné à être ravivé une fois par an. Bonne année à vous, avec des voyages qui forment la jeunesse et pleins d’autres bonnes choses.

  33. Christopher

    Banané finn rétourn ankor, banané finn rétourn ankor, ki kado ki mo pou donn twa, enn bwat lapoud ki apel Andréa …

    Bonne année et tutti quanti !

    Laiss mo rétourn al gett Cherze kass so lérin!

  34. Siganus Sutor

    Lapoud Andréa ? Li légal sa ?

    Anyway, banané Christopher. (Mo espéré ounn fité pou manz banann la…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s