Badine

Badine.
Nom féminin.

Canne ; bâton sur lequel on peut prendre appui en marchant.

« Trois mois après son attaque Beedianan pouvait se déplacer avec une badine. »

« Je ne fais pas partie de cette espèce de politique qui veut rester au pouvoir même quand ils sont devenus gâteaux et marchent avec une badine. » (Week-End, dimanche 12 décembre 2004.)


 
 
En français non-mauricien une badine ne sert en principe pas à la marche. Selon le Larousse il s’agit d’une “baguette mince et flexible servant de fouet, de cravache”, bien que ce dictionnaire mentionne aussi, en deuxième définition, une “canne flexible et légère”. Toutefois, une badine, selon l’acception mauricienne, ne saurait être souple, au contraire, car elle se doit d’assurer un appui le plus solide possible à la personne qui s’en sert. Dans ce sens, les cannes médicales modernes en aluminium — celles qui offrent un appui horizontal pour la main tout en maintenant l’avant-bras (“cannes anglaises”) — peuvent aussi être appelées badines, surtout lorsqu’une seule est utilisée.

Le nom badine est issu du verbe badiner, lui-même issu de l’adjectif badin (gai, enjoué, moqueur), du provençal badin, “nigaud”, “niais”, “sot”, sens ayant perduré en français jusqu’au XVIIe siècle. On peut noter à ce sujet que “badiner” est un mot fréquemment employé à Maurice pour dire “plaisanter”, de même que “badinage”, dans le sens de “divertissement, amusement, plaisanterie”.

Publicités

9 réponses à “Badine

  1. Ceux qui ont des photos de badines peuvent me les envoyer à siganus.k at gmail point com — je me ferai le plus grand plaisir en les affichant.

  2. Comment, pourquoi, je ne le sais pas… mais le mot badine est aussi utilisé pour dire Rs 1000. Exemple « to fine tande ? Ajay fine gagn 20 badine dan casino ! »
    Donc badine se traduit aussi, en français argotique, par « patates » ou « briques » 🙂

  3. Rabin, il vous faudrait repartir faire un tour en France. Juste pour vous remettre à l’esprit qu’une brique c’est aussi un bâton (10 000 francs), autrement dit… une badine. QED ! 😀 (Enfin, à un facteur dix près…)

    Mais le bâton français aurait-il pu avoir une influence sur la badine mauricienne ?

  4. Certes, badin vient du latin batare, bâiller, et de sa variation en ancien français, baer, être ouvert, mais vous sautez vite à badine ! Badin a pris le sens de sot précisément pour cet aspect de bouche ouverte , de bartare, bayer aux corneilles…mais de sot nous passons à flâneur au XVI, pour finir logiquement par badine au XVIII, la compagne fidèle du flâneur ; il a donc fallu ce glissement de niais vers le flâneur pour que naisse la badine, niaiserie sans promenade ne fait pas badine (nouveau proverbe martien ).

  5. marie-lucie

    Je ne connaissais pas du tout le nom badine, mais je connais badin, badiner et badinage, qui me semblent plutôt désuets (18-19ème siècle). Badiner, c’est plaisanter , et on peut aussi parler sur un ton badin, c’est-à-dire un ton qui suggère que l’on plaisante.

    Il y a une pièce d’Alfred de Musset qui s’appelle On ne badine pas avec l’amour, c’est-à-dire qu’il faut respecter ce sentiment en soi-même et chez les autres, sous peine de conduire au malheur et même à la tragédie.

  6. Marie-Lucie, le mot “badine” figure bien dans le Petit Robert 2006, où il n’est pas donné comme “archaïque” ou “vieilli”. Je crois toutefois comprendre que son usage en France se limiterait principalement à l’armée, les officiers ayant parfois des badines (bâton assez court) à la main — quoique de nos jours cela ne doive plus guère se voir, à part peut-être chez ceux qui sont dans la cavalerie. A ce sujet le PR donne cette définition : « Baguette mince et souple qu’on tient à la main. => jonc, 1. stick. » Certains gradés de la police mauricienne portent ce genre de “jonc”, lequel comporte parfois un sifflet au bout, pour autant que je m’en souvienne.

  7. marie-lucie

    Siganus, c’est le verbe « badiner » que je considère comme quelque peu suranné, et c’est le nom « badine » dont j’ai dit que je ne le connaissais même pas (il est certainement encore plus suranné).

  8. Si badiner vous paraît suranné alors il faudrait sans doute que je le mette dans la liste de mauricianismes, car il s’agit ici d’un mot d’usage courant.

    Certains gradés de la police mauricienne portent ce genre de “jonc”, lequel comporte parfois un sifflet au bout, pour autant que je m’en souvienne. — Sur la photo illustrant cet article à propos d’un fait divers scabreux, on peut voir un policier tenant ce genre de “badine” (au sens français) à la main.

  9. Badine est un mot courant en créole Rodriguais désignant les cannes ainsi que les ferrets des parapluies surtout ceux avec des poignets à l’extrémité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s