Aviron-gouvernail

Publicités

7 réponses à “Aviron-gouvernail

  1. zerbinette

    Je ne sais pas si l’aviron-gouvernail est employé couramment en navigation, mais il est employé dans la langue française et il semble faire partie d’une certaine tradition gauloise…
    .
    « M. Claude A. Schaeffer, Conservateur-Adjoint des Musées nationaux, Lieutenant de Vaisseau, signale à l’Académie la représentation d’un navire gravée sur une languette de bronze de l’époque mérovingienne provenant du Nord de la France et récemment acquise par le Musée des Antiquités Nationales (Château de Saint-Germain-en-Laye). Datant du VIIe siècle de notre ère, cette gravure, unique jusqu’ici, figure un voilier destiné à naviguer en haute mer. Il est muni d’un mât fixe solidement haubané et d’un aviron-gouvernail bâbord qu’on peut rentrer par une fente pratiquée dans le bordage. Différant à la fois du voilier de l’Antiquité méditerranéenne et des barques vikings ou nordiques, le type de ce voilier mérovingien continue probablement certaines traditions de la marine gauloise. »

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1940_num_84_1_77289

  2. Siganus K.

    Les Gaulois auraient eu une tradition maritime ? A priori je ne vois pas de raison les empêchant de naviguer sur la mer, mais on ne les associe pas d’emblée, dans l’imaginaire collectif, à des peuples navigateurs tels que les Vikings, les Romains, les Grecs ou les Phéniciens.

    Pour ce qui est de l’aviron servant de gouvernail, comme sur la photo ci-dessus, cela a dû se pratiquer extrêmement couramment. Ici il s’agit d’une navigation à la voile sur une distance probablement assez courte, dans un but utilitaire, profitant de circonstances favorables : un vent portant permettant d’éviter de brûler de l’essence, le moteur étant alors relevé hors de l’eau et la grand-voile hissée à la rodriguaise pour faire avancer le bateau (lequel marchait assez bien si j’ai bonne mémoire). Le tableau arrière étant déjà occupé par le moteur hors-bord, il est tout naturel de mettre un aviron sous le vent de l’arrière pour guider une pirogue qui, par nature, tend à être assez bien équilibrée, en particulier sous ce type de gréement.

  3. marie-lucie

    Je note que la gravure en question est censée être mérovingienne, c’est-à-dire franque, et non gauloise. L’érudit cité pense que l’aviron-gouvernail n’est ni méditerranéen ni nordique, mais étant donné la longueur des côtes européennes bordant l’Atlantique (Irlande, France, Espagne, Portugal), il y a bien eu des marins autres que les Phéniciens qui y naviguaient dans l’antiquité. C’est vrai que la civilisation celtique est avant tout continentale, mais les Celtes (Gauloise et autres) ont dû absorber une population plus ancienne, y compris le long des côtes. L’érudit en question a-t-il comparé la gravure avec ce qu’on peut connaître des bateaux basques antiques, par exemple?

  4. marie-lucie

    (je veux dire « Gaulois et autres »)

  5. Il n’est sans doute pas inutile de se souvenir des Vénètes dont les navires — considérés par César lui-même comme meilleurs que les siens — ne furent vaincus lors de la bataille du Morbihan (56 av. J.-C.) que grâce à la chute du vent : ils ne naviguaient qu’à la voile contrairement aux navires romains qui marchaient surtout à la rame.

  6. marie-lucie

    Très intéressant, leveto, merci.

  7. Siganus K.

    Il est vrai que les Bretons (population celtique) sont réputés pour être des marins. Du moins au moins depuis disons le XVIIe siècle. Les Basques aussi d’ailleurs. Et les Chinois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s