3 travailleurs

La plupart du temps c’est le mot travailleur qui est utilisé là où, en France et dans d’autres pays francophones, on utiliserait plutôt, dans un registre neutre, le mot ouvrier. Mme Laguiller aurait peut-être de quoi trouver que Maurice est bien un paradis (comme vanté par les uns et les autres), le paradis des travailleurs.

Quoique :

Palmar Group of Companies : 450 travailleurs bangladeshis en grève (Week-End du dimanche 10 janvier 2010).

« Selon ces travailleurs expatriés, ce serait leur patron qui les aurait enfermés. Alertée par les autres travailleurs de l’usine, la police de Coromandel a dû intervenir en début de soirée le même jour pour les relâcher. » (L’Express du 23 février 2010.)

« À ce jour, aucun travailleur du pays n’a droit à un travail léger en cas de maladie. Au contraire, nombreux sont les travailleurs qui sont poussés à la démission quand ils demandent à faire un travail léger pour cause de maladie. Seule la femme enceinte fait exception, et là encore, il faut que ce soit sur avis médical. » (Le Mauricien du 24 décembre 2009.)

Cet emploi du mot travailleur est ancien, datant au moins de la première moitié du XIXe siècle, de l’époque de l’engagisme. Olivier Bancoult, le leader du “Groupe Réfugiés Chagos” peut par exemple dire ceci : « Nous voyons des descendants des travailleurs engagés partir à la recherche de leurs familles et leur racine en Inde. C’est légitime que nous fassions de même. » (L’Express du 11 novembre 2009.) Et en ce faisant se faire très facilement comprendre de tout le monde, avec tout ce qui peut être véhiculé par ces deux mots-là.

Publicités

6 réponses à “3 travailleurs

  1. Siganus K.

    la police de Coromandel a dû intervenir en début de soirée : je me demande si ce “la police”, tel qu’il est employé ici, ne constitue pas un autre mauricianisme. Ici il signifie que ce sont les policiers du poste de police de Coromandel qui sont intervenus, soit “la police de Coromandel”. Il s’agit là d’une construction fréquente, e.g. “je suis allé à la police de Sodnac” ou “on se donne rendez-vous à la police de Vieux-Grand-Port”.

    ____________

    L’expression “travailleur social”, très employée à Maurice, semble en revanche avoir une portée plus universelle. Mais il devrait s’agir d’une construction relativement récente.

    ____________

    Une photo de travailleuse que j’aime bien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:WomanFactory1940s.jpg

  2. Le travailleur social n’est, selon moi, pas une construction récente dans le paysage mauricien. Ma mère l’était et elle définissait son métier comme cela depuis 1990.

  3. Siganus K.

    Sachin, quand je disais “relativement récente” cela se situait par rapport à une expression du XIXe s. comme “travailleur engagé” par exemple.

    Du coup, de par ce que vous dites, j’en arrive à me demander quand est-ce que l’expression “travailleur social” a commencé à être répandue à Maurice. Si votre mère se définissait elle-même ainsi en 1990, le terme a dû être employé depuis au moins les années 80, même s’il n’était pas forcément familier pour le grand public.

  4. >Siganus K.
    Le registre neutre auquel vous avez fait référence m’a rappelé que, pendant notre dictature, le mot «obrero» (ouvrier) n’était pas trop employé par le régime ; cela avait l’air de «rouge» donc ils préféraient le mot «productor» (producteur). Pourtant, aujourd’hui même les syndicats emploient «trabajador». Ça fait longtemps que j’ai raconté qu’on avait fait une enquête parmi des employés dans quelques usines au Pays Basque et presque personne n’avait reconnu être un ouvrier. C’est vrai que si on lit le salarie moyen que les patrons de tout poil déclarent au fisc par rapport à celui des employés, depuis beaucoup d’années, je ne sais pas qui sont les damnés de la terre…♫-♪ ♪-♫-♪ …ouvriers, paysans, nous sommes…

    P.S.
    Si cette plage était espagnole, soyez sûr qu’il aurait, au moins, 3 retraités regardant ces travailleurs.

  5. Ce qui me paraît le plus mauricien, dans ces quelques exemples, c’est l’expression travailleurs engagés, où l’engagement n’a pas grand-chose à voir avec le sens politique que l’on donnerait aujourd’hui à cette combinaison de mots !

    Mais j’aime aussi beaucoup cette notion de travail léger : à l’heure où la « pénibilité » des tâches est considérée comme un facteur devant être pris en compte pour déterminer l’âge du départ à la retraite, il me semble inimaginable que l’on puisse trouver un seul « travailleur » en Europe prêt à admettre qu’il ne travaille que légèrement…

  6. Siganus K.

    Aquinze, l’expression “travailleur engagé” ou “engagé” (substantif) n’est pas propre à Maurice. On le retrouve par exemple à la Réunion aussi :
    « Dès 1817, les colons cherchent dans l’Océan indien des engagés prêts à travailler librement. Les principales sources de recrutement seront l’Inde et une bonne partie du Sud-Est asiatique. » (Les premiers engagés, Journal de l’île de la Réunion, janvier 2005.)
    « L’abolition de l’esclavage (1848) amène les colons à recourir aux travailleurs engagés. » (Conseil Général de la Réunion)
    « Après l’interdiction en 1859 de l’immigration africaine, en 1861 se sont plus de 20 000 immigrants indiens qui sont importé à La Réunion. Mais les années 60 vont être sujette à une crise économique qui ralentira l’immigration de travailleurs engagés. » (Site iledelareunion.net)

    L’expression “travailleur engagé”, en français, correspond à “indentured labourer” en anglais. Le mot vient du fait que le contrat de travail, qui était rédigé en duplicata, était séparé en deux selon une ligne brisée (“indented edge”) de façon à ce qu’il suffise de mettre ultérieurement les deux moitiés l’une contre l’autre pour constater qu’il s’agissait bien des deux parties du même contrat.

    Pour ce qui est de l’emploi du mot travailleur seul, il me semble que la façon de l’utiliser n’est pas la même à Maurice et en France. Le choix de ce mot en France ne dénoterait-il pas une forme de solidarité avec lesdits travailleurs ? (Cf. l’allusion à Arlette Laguiller, du parti Lutte Ouvrière, dans le billet.) A Maurice c’est un mot d’usage neutre et on entend beaucoup plus souvent utiliser le mot travailleur que le mot ouvrier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s