Balsamine

Plante annuelle appartenant au genre Impatiens et pouvant devenir envahissante. Il suffit d’une légère pression sur les capsules (fruits) visibles ci-dessus et ci-dessous, lorsqu’elles arrivent à maturité, pour qu’elles éclatent, la membrane extérieure tendant à se recroqueviller sur elle-même.

It seems that this particular species is Impatiens walleriana, a.k.a. “Busy Lizzie” in English.

In Chile there is a lonely but brave impatiens that grows in a crack in concrete* stairs. She might be related to the Little Prince’s rose. Saint-Exupéry used to cross the Andes with his plane and who knows if he didn’t see a little flower like this one, whose fate made him think of the rose on asteroid B612.
 
 
* concrete, and not cement (which is just a powder) as most people would tend to say

Publicités

13 réponses à “Balsamine

  1. Thank you for the link to our blog and your commentary in it!
    In Argentina we call the impatiens « alegría del hogar », « home’s joy ». And we use it a lot for our gardens (I love it!)
    I’m not actually sure if this flower we had there was an impatiens… But you may be right.
    (Ah, and also thank you for the correction!)

  2. En général, en français on ne se sert pas du nom latin de la plupart des plantes: « balsamine » serait beaucoup plus joli qu’« Impatiens », Ce mot se prononce comme « impatience », ce qui fait qu’en France certaines personnes appellent la plante une « patience ». C’est une plante d’appartement, qui se laisse facilement cultiver en pots dans les maisons l'hiver, et qu'on peut sortir dans le jardin l'été.

    Siganus, croyez-vous que Saint-Exupéry, du haut de son avion, arrivait à discerner les fleurs qui poussaient sur le sol? Ne pensait-il pas plutôt aux roses des jardins, symboles de beauté et d'amour? Les braves petites "impatiens" chiliennes n'ont pas d'épines, il me semble.

  3. (pardon, les balises ne sont pas les mêmes pour les claviers français et anglais, et je me suis trompée pour certains signes).

  4. >Siganus K et al.
    Petit dico français-mauricien/espagnol/anglais (si je ne me trompe pas) :
    Ciment + sable + eau = mortier
    Mortier + roche = béton
    Béton + fer = béton armé

    Cemento + arena + agua = mortero
    Mortero + grava = hormigón
    Hormigón + hierro = hormigón armado

    Cement + sand + water = mortar
    Mortar + gravel = concrete
    Concrete + steel* = reinforced concrete

    Connaissez-vous le «expansive cement» ou «demolition cement» ou «cracking cement», chez nous « cemento rompedor » ?

    * Amis anglophones,
    Why «steel»? I think it’s iron.

  5. Concrete + steel* = reinforced concrete

    Yes, it is steel. Iron is a soft material.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Reinforced_concrete

  6. > Jesús

    > Mortier + roche = béton
    Enfin, disons mortier + petits cailloux (autrefois appelés agrégats, aujourd’hui censés être appelés granulats — mais “aggregate” en anglais, avec deux g, ce qui est une sacrée accélération, ce qu’on pourrait éventuellement avoir lors d’un gros tremblement de terre par exemple).

    N.B. : Béton + roches = béton cyclopéen (“plum concrete” en anglais).

    > Béton + fer = béton armé
    Comme l’a souligné Nijma, on emploie de l’acier (fer + carbone), même dans le cas de l’acier doux (plus ductile), à la teneur en carbone réduite. Mais il est vrai que dans le langage courant on parle souvent de “fers à béton” et le terme français pour dire “reinforcement” est resté “ferraillage”.

    Oui, il existe des mortiers expansifs destinés à faire éclater disons un gros rocher (“boulder”) auquel une machine n’aurait pas accès, mais à mon avis c’est d’un usage limité. Ce n’est pas toujours très pratique à mettre en œuvre. Mais il existe de très utiles mortiers sans retrait (ou des mortiers à retrait compensé) qui permettent d’effectuer des calages ou des scellements sans que leur retrait (“shrinkage”) occasionne un jeu par la suite.

  7. Marie-Lucie : croyez-vous que Saint-Exupéry, du haut de son avion, arrivait à discerner les fleurs qui poussaient sur le sol?

    Sans doute que oui. N’avait-il pas trouvé une fleur argentine (une édelweiss ?) qu’il avait embarquée à bord ? Je n’arrive plus à me souvenir de son nom, et s’ils avaient été mariés, mais j’ai l’impression qu’elle ne manquait pas de piquant(s).

    Si je comprends bien ce que vous dites plus haut, le nom balsamine est employé en France aussi, plus qu’impatiente, impatience ou impatiens ?

  8. marie-lucie

    Siganus, je trouve le mot balsamine beaucoup plus joli qu’ impatiens (qui est aussi ambigu prononcé à haute voix), mais je ne le connais pas. Il vaut mieux demander à quelqu’un d’autre s’il s’emploie en France aussi.

  9. Françoise

    Personnellement j’emploie « impatiens » pour la plante que vous avez photographiée et « balsamine » pour celle qui pousse bravement au pied de l’escalier chez Julia. La première, dont vous donnez le nom latin est originaire des forêts d’altitude de Tanzanie et du Mozambique et la seconde, Impatiens balsamina d’Asie du Sud-Est (Inde, Birmanie). En France elles sont cultivées en plantes annuelles et il en existe de nombreuses variétés. Je ne crois pas qu’elles soient considérées comme envahissantes en France ; ici ce sont deux autres espèces (I. balfouri et I. glandulifera) qui doivent être surveillées.

    une fleur argentine
    Vous pensiez à Consuelo ?

  10. Chez nous le nom le plus usité est «la alegría de la casa» (la joie de la maison).

  11. Siganus K.

    Françoise : Vous pensiez à Consuelo ?

    C’est cela, elle s’appelait Consuelo, Salvadorienne d’origine mais résidant à Buenos Aires quand elle a rencontré Saint-Exupéry. C’est drôle : dans l’article que lui consacre la Wikipedia en anglais — article que je n’ai lu qu’il y a quelques minutes —, il est dit qu’elle était la rose du Petit Prince, lui-même son époux à la ville. (“She is a major character in The Little Prince as his « flower, » the « rose » on his planet that he protects under a glass cover.”)

    Dans cet article en anglais elle semble d’ailleurs moins sulfureuse que son mari (“their marriage was a turbulent one, as he was constantly away on flying missions and adventures and had numerous extramarital affairs”, “his infidelity and doubts about his marriage”), alors que dans l’article en français c’est plutôt l’impression inverse qui se dégage (“à 22 ans, elle est déjà séparée de son premier mari”, “à Mexico elle devient la maîtresse de José Vasconcelos, qui est déjà marié avec deux enfants, qu’elle rejoint à Paris. Là, elle rencontre et épouse Enrique Gomez Carrillo, que lui a présenté le peintre Van Dongen”, “les démêlés vaudevillesques entre les deux mâles égaient le tout-Montparnasse”, “en 1927 c’est une très riche veuve qui fume, conduit — fort mal —, boit de l’alcool — un peu trop —, sort, sculpte, voyage”). Amusant, non ? C’est comme si les rédacteurs francophones avaient eu envie — peut-être inconsciemment — de protéger une icône française.

  12. Sig: concrete, and not cement (which is just a powder) as most people would tend to say

    I agree most people don’t understand what reinforced concrete is even though it’s very simple, but don’t forget Pier Luigi Nervi and ferrocement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s