Crible

Crible.
Nom masculin.

Ustensile utilisé dans la cuisine — soit constitué d’une armature sur laquelle est tendue une toile ou une trame, soit ayant la forme d’un grand bol ou d’un cylindre ajouré (quand le crible est en plastique) — et destiné à couvrir la nourriture que l’on souhaite protéger des mouches, lézards et autres « bébêtes ».

Il y a beaucoup de mouches là. Tu n’aurais pas un crible pour couvrir le poisson ?

La plupart du temps, le mot est prononcé sans qu’on entende le -l, comme en espagnol (criba, mais aussi cribo autrefois ?). Peut-être faudrait-il d’ailleurs l’écrire crib en mauricien, d’autant plus que cela permettrait de le différencier du crible au sens standard : « Instrument percé d’un grand nombre de trous, et qui sert à trier des objets de grosseur inégale » (Petit Robert). Le Wiktionnaire, quant à lui, a ceci pour l’entrée crible :

1. Instrument percé d’un grand nombre de trous qui sert à trier des objets de grosseur ou de qualité inégale en laissant passer les uns et en repoussant les autres.
2. (Figuré) Passer au crible les opinions, Les examiner de près, les trier, en éliminer ce qu’elles ont de faux ou de mauvais.

Pour sa part, le Trésor de la langue française propose les définitions suivantes :

CRIBLE¹, subst. masc.
[P. réf. à cribler¹*]
A.− Instrument constitué essentiellement d’une surface plane percée de nombreux petits trous et servant à séparer des solides de différentes grosseurs. Synon. passoire, tamis, tarare.
Loc. Passer qqc. au crible. Trier quelque chose au moyen d’un crible.
Au fig. Soumettre quelque chose à une sélection, une critique impitoyable.
B.− [P. anal. de forme] Objet percé de nombreux petits trous.
1. ART MILITAIRE (au Moy. Âge). Partie du casque des chevaliers, mobile et percée de trous qui se rabattait à volonté sur le visage.
2. BOTANIQUE. Paroi poreuse d’un tissu végétal.
C.− Au fig.
1. [Avec idée de sélection] Moyen d’épuration, de tri, de sélection.
Spéc., MATH. Crible d’Ératosthène. Méthode de sélection des nombres premiers, par exclusion progressive de tous les nombres divisibles par 2, 3, 5, 7, 11, etc.

La définition la plus proche du crible mauricien est B–1, la passoire que les chevaliers du Moyen Âge se mettait sur la tête. Mais je doute qu’ils le faisait pour se protéger des mouches.


 
 

▬   ▬   ▬ ░ ♦ ░ ▬   ▬   ▬

 
 

Au fond de ma cervelle (peut-être un peu dérangée), j’ai la conviction d’avoir entendu « crib » pour parler d’une passoire aussi. C’est un mot que j’aurais naturellement pu utiliser pour parler du récipient ajouré dans lequel on verse le riz avec son eau une fois qu’il est cuit. Dans mon enfance il nous arrivait de « fouiller des tec-tecs » (petits bivalves enfouis dans le sable) et, malgré ce qu’on a pu m’en dire récemment, j’ai l’impression que nous appelions « crib » la passoire en plastique qui nous servait à tamiser le sable pour récolter les tec-tecs (cf. la photo ci-dessus). Ce qui fait que ces ustensiles en plastique ont tendance, pour moi, à répondre à l’appellation de « crible », celui en métal ci-dessous répondant plutôt au nom de « passoire » du fait de l’existence d’un manche.

De même, j’aurais donné le nom de « crible » à l’ustensile à anses suivant, ustensile qui pour d’autres serait une passoire ou un « paspiré » (passe-purée).

Y a-t-il d’autres personnes ici qui les appelleraient « crible » aussi, les ustensiles en plastique orange plus haut et la passoire en métal ci-dessus ?

Publicités

17 réponses à “Crible

  1. zerbinette

    Je n’ai pas d’idée sur le crible, mais je trouve que votre poisson a une tête de papaye !

  2. je trouve que votre poisson a une tête de papaye” : cela s’appelle du mimétisme.

    Mais dites-moi, Zerbinette, comment appelle-t-on, en bon français, les « crib » visibles sur les deux premières photos ? Ça défrise quand même mon blason de ne pas connaître le mot « correct » (en français standard). On m’a parlé d’un dictionnaire visuel, dans lequel on trouve les mots grâce à des images plutôt qu’à d’autres mots, mais hélas je ne dispose pas d’un tel ustensile.

  3. > Siganus, je ne connais pas grand- chose à la cuisine (je veux dire : à la confection des mets, parce que pour ce qui est de les manger …) mais il me semble que quand on me demande de tenir l’égouttoir, on me tend le genre d’objet en métal avec deux anses que montre votre dernière photo.

    Tenez-vous bien: Lapérouse s’en servait quand il a fait naufrage en 1788!

  4. Sig, je ne sais vraiment pas si je suis la bonne interlocutrice pour les ustensiles de cuisine, mais ce que je connais qui se rapproche le plus de votre « crible », c’est ceci et si je pouvais trouver votre grand crible par ici, j’en achèterais un tout de suite !

  5. Leveto, j’aimerais bien voir de quoi Lapérouse se servait…..

  6. J’ai trouvé un grand « crible » (décidément « cloche » !), je le commande tout de suite !

    http://www.tempsl.com/fr/cuisine/boites-cuisine/cloche-protege-aliments-32-cm/8195018.html

    Quant aux autres, ce sont définitivement des passoires.

    Avez-vous aussi des chinois ?

  7. Décidément, mes liens ont du mal à passer!
    Voici, Zerbinette, l’égouttoir de Lapérouse :
    http://dico-cuisine.fr/news/egouttoir-2

  8. Zerbinette, une « cloche à fromage grillage » ? (votre lien de 14:01). Premièrement ça fait un peu long comme expression d’usage courant, et deuxièmement nous ne nous en servons pas très souvent pour du fromage !

    si je pouvais trouver votre grand crible par ici, j’en achèterais un tout de suite !
    Ce n’est pas le mien (vous m’imaginez en acheter un rose !), mais il semblerait qu’il se replie comme un parapluie. (Vous avez un problème avec les mouches ? C’est vraiment une engeance ces bêtes-là, surtout quand on cuit du poisson.)

    Aujourd’hui j’ai passé la journée avec au moins trois dames. Une de 1914, une de 1934 et une disons des années 40. La dame de 14 et celle des forties (sa fille) disaient « protège-plat » pour parler de ce qu’on peut voir sur les deux premières photos du billet. Celle de 34 disait « crible ». Mais ce qui m’a surpris, c’est que la dame des forties et son frère un peu plus jeune qu’elle employaient pour la passoire un mot que je n’avais jamais entendu jusqu’ici : collander. Un mauricianisme de plus peut-être. C’est là que j’ai aussi entendu pour la première fois ce que vous mentionnez dans votre dernier commentaire : un chinois. Nous avons vérifié si cela se trouvait dans le dictionnaire. Eh bien oui : Petit Robert — chinois N. m. Passoire fine, conique (comme un chapeau chinois).
     
     
    Leveto, le bateau de Lapérouse a-t-il coulé parce qu’il était troué comme une passoire ? Certains vers marins sont redoutables.

    Égouttoir — La dame de 34 évoquée ci-dessus, mise en présence d’une passoire métallique, disait qu’elle appellerait cet ustensile « égouttoir ». Je lui ai répondu que pour moi un égouttoir était avant tout l’ustensile sur lequel on mettait la vaisselle à sécher. (Je tenais cependant à vous laisser savoir que vous n’êtes pas le seul à appeler cet objet de la sorte. :-))

  9. collander

    Vous voulez dire que cette dame a directement importé le mot anglais colander ? Et comment le prononce-t-elle ?

  10. Ah oui, Zerbinette, colander, avec un seul -l, un mot anglais qui viendrait paraît-il du provençal (colador).

    Cette dame et son frère le prononçaient « co-laine-dœ ».

  11. A propos de la passoire de Lapérouse, ce vieux dessin qui m’amuse toujours :

  12. marie-lucie

    Je ne crois pas m’être jamais servie d’un crible, et ce n’est pas un mot que j’associe à la cuisine, mais dans mon idée c’est plutôt un tamis qu’une passoire. Dans une passoire (ustensile percé de trous), on verse un mélange de substances solides et liquides, de façon à n’en conserver que les parties solides (comme les pâtes, par exemple). Dans un tamis (qui est fait d’une sorte de grillage plus ou moins fin en métal ou en plastique), on verse des substances composées d’une multitude de petits objets de taille différente mais tous solides, par exemple du gravier, des grains de sable ou de la farine (pour séparer cette dernière du son). Dans les deux cas, on utilise ces ustensiles pour y verser quelque chose, et non pour couvrir quelque chose qui n’entrera pas en contact avec l’ustensile, comme par exemple une cloche, en verre pour le fromage, en tissu ou grillage pour un gâteau, par exemple.

    Quant à l’égouttoir, c’est là où l’on fait égoutter la vaisselle propre, mais comme on peut se servir d’une passoire pour y faire égoutter et épaissir une masse semi-liquide (par exemple du fromage blanc frais), ça ne me choquerait pas d’entendre le mot égouttoir pour une passoire.

    En ce qui concerne colander, c’est bien un mot anglais qui veut dire la même chose que passoire. Pour tamiser, l’ustensile s’appelle sieve (un mot plus ancien, prononcé « siv » avec un i bref) mais je crois qu’il peut aussi vouloir dire passoire. C’est par le mot sieve qu’on traduirait crible.

  13. At Google NYC, fruit is put out on tables for free consumption by the employees and guests, and it is covered by a screen very like the one in your second picture.

    Marie-Lucie’s two kitchen objects are named colander and sieve respectively in English. In the third through sixth pictures, the objects shown are colanders, although the yellow plastic object is on the borderline between a colander and a sieve. Regrettably, GT renders the key French words randomly, so I always have to look at the original (fortunately easy) to see what’s what.

    Despite the etymology, though, flour is not sifted in a sieve, but using a hand-operated device called a sifter that mechanically forces the flour through a small screen in order to break up lumps in it (and remove impurities, I suppose).

  14. marie-lucie

    JC, you are right about the sifter (which has an extra component for forcing the flour through), but it is also possible to use a sieve for sifting flour, although the process takes longer and one has to use another utensil, such as a large spoon, to move the flour through.

  15. Marie-Lucie’s two kitchen objects are named colander and sieve respectively in English.

    Funily enough, for me a sieve is primarily found in a lab and is used to do a « sieve analysis », which is the test that gives you the percentage of each size of grain for a given type of aggregate. The outcome of a sieve analysis is also called « sieve analysis », the process and and its result sharing the same neme, whereas in French the expression « courbe granulométrique » is used (the courbe being the graph obtained).

    flour is not sifted in a sieve, but using a hand-operated device called a sifter that mechanically forces the flour through a small screen in order to break up lumps in it

    Lumps that are called « grumeaux » in standard French I think, a word that a lot of Mauritians are unlikely to know since the word we currently use is « boules ». I shall add it to the list of mauricianisms, after « le ballon » and « la balle ».

    ___________

    Incidentally, if on Google.fr you look for images related to the word crible, you get a lot of photos of what are called « screens » in English (or « vibrating screens”), i.e. big industrial sieves that are used to sort out aggregates in a crushing plant.

    I have also just noticed that, according to Wikipedia, the chinois mentioned above is translated as chinoise in English !

  16. marie-lucie

    Etant tombée (au sens figuratif) sur un Petit Larousse aujourd’hui, j’y ai cherché le mot crible: le PL ajoute à la définition du Robert la précision que le crible est un ustensile percé de trous, à fond plat (tandis que la passoire a le plus souvent un fond arrondi).

    Siganus, les grumeaux ne sont pas dans la farine sèche, ce sont les petites boulettes qui se forment lorsque que la farine mélangée à un liquide ne l’est pas uniformément.

  17. les grumeaux ne sont pas dans la farine sèche, ce sont les petites boulettes qui se forment lorsque que la farine mélangée à un liquide ne l’est pas uniformément

    Ah oui ? Dans la définition que j’ai mise dans la liste de mots, j’ai mentionné la crème en premier, mais je pensais qu’il pouvait aussi y avoir des grumeaux dans des matières pulvérulentes : « Boule3. Grumeau (dans la crème, la farine, le sucre, etc.)”. Par exemple dans la farine, sans doute à cause de l’humidité ambiante, des « boules » se forment souvent, et il faut alors la tamiser à l’aide d’un gros passe-thé.

    Cette page, reprenant le « Larousse pratique », n’évoque en effet des grumeaux que dans un liquide :
    n.m. grumeau (du lat. grumulus, petit tertre)
    Petite boule formée par un liquide coagulé ou une substance mal délayée: Cette crème anglaise contient des grumeaux.

    Mais ma copie du Petit Robert a aussi ceci : 1. Petite portion de de matière agglutinée en grains. Grumeaux de sel, de sable. Sel en grumeaux.

    Un mot qui n’est pas sans me rappeler les grabeaux. (“Grabeau, substantif masculin. Fragment d’une substance qui reste après être passée au crible.”)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s