Tintin an kreol

Tintin an kreol inn pibliyé sa lané-la. Tradiksyon : Shenaz Patel.

Bato_likornn_kouvertir

(Klik lor zimaz-la pou lir so teks.)

Tintin_p.1

Tintin_p.24

Liv-la bien smart pou lir. Enn-dé plas mo pa ti pou ékrir li koum sa (e.g. mo ti ava met « Mo gaign zis létan kit bato-la avan ki tou klaté”), mé li mari korek kikenn inn fer sa tradiksyon-la. Bann zouré-la top. « Balié fatak ! »

 

8 réponses à “Tintin an kreol

  1. Quelle bonne façon d’apprendre le créole! Les injures du Capitaine Haddock en morisyen!

  2. Marie-Lucie, je ne sais pas si c’est là la meilleure façon d’apprendre le créole mauricien — je n’imagine pas qu’on puisse l’apprendre en dehors du vécu quotidien, comme on apprendrait l’espagnol sans se trouver dans un pays où l’on parle cette langue —, mais pour les locuteurs ce livre est très amusant. Je ne sais si c’était la partie la plus difficile ou la plus facile à traduire, mais les jurons du capitaine Murène sont fort bien tournés.

  3. Zimo et Zimaz ! Une signification particulière , une référence à quelque chose de typiquement mauricien ? Un jumeau et une j-image ? Ou bien juste une allitération ?
    Tintin, capitaine Murène, Zimo et Zimaz…Et Milou, comment s’appelle-t-il* ?

    *Et ne me répondez pas qu’il ne s’appelle pas mais qu’il se siffle !

  4. « Enn zimo » c’est un jumeau. « Enn zimaz » c’est une image. Quand on dit d’une personne, en se rapportant à une autre personne, « so zimaz sa », cela signifie qu’elles se ressemblent comme deux gouttes d’eau — « c’est son portrait craché ».

    Milou s’appelle Titou en créole.

  5. Zimo and Zimaz

    Very clever, and quite in the tradition of translating Dupond/Dupont into (per the English wikipedia): Thomson/Thompson, Uys/Buys, Tik/Tak, Johnson/Rohnson (Bengali!), Kadlec/Tkadlec, Jansen/Janssen, Citserono/Tsicerono (Esperanto), Schultze/Schulze, Ντυπόν/Ντιπόν (subtle, this), Clodius/Claudius, Hernández/Fernández (the Vandalic name arrived in Spanish by two different paths, one earlier, one later), Skapti/Skafti (Icelandic), Johns/Johnes (Welsh), Zigue/Zague.

    But I am perturbed that the poisson Anglais triste of which Herge’s wife spoke has been transmigrated into an eel, the proverbially slippery animal. Haddock is many things, but not that. His name, which after all is English in the original, is kept in all the translations WP knows about except Icelandic, where people have no surnames, and he mysteriously becomes Kolbeinn ‘black-shinned’, a known Icelandic name that alliterates with Kapteinn but is otherwise rather unsuitable, I think, in both sound and sense. (I grant that Professor Sunflower becomes instead Professor Calculus in English, and so I first knew him, but I think that was a mistake of the translators)

    I note also the oddity of 81 translations of Tintin in the Creole version of the introduction versus 85 in the French version.

  6. John, mirenn (moray eels) and angui (eels) are not exactly the same animals. In my opinion most people would not think of une murène as a slippery animal, unlike une anguille, which, when used for a human being, does indeed suggest something slippery, something which you can never fully grasp. Une murène would suggest something more dangerous than slippery, like for instance in another comic strip: http://en.wikipedia.org/wiki/Le_repaire_de_la_murène

    But I must confess I was surprised too to see that Haddock had become a moray eel. « Kaptitenn Bomli » (Bombay duck) would have been a bit harsh. « Kapitenn Sounouk » (snoek) would have been close to the original name, but there are other meanings underlying this word. « Kapitenn Kapitenn » would have been funny, but eventually weird (enn kapitenn being a kind of fish, belonging to genus Gymnocranius). It’s hard to tell what I would have chosen.

  7. J’ai exagéré un peu – les situations et péripéties que l’on rencontre dans les albums de Tintin ne sont sûrement pas typiques de celles auxquelles font face la plupart des créolisants (ou d’autres non plus!).

    Est-ce que les noms ont un genre en créole? en français, il me semble que le capitaine Murène ne convient pas très bien au personnage puisque murène est féminin et rime avec beaucoup d’autres mots féminins. Malgré la férocité réputée de l’animal en question, son nom s’allonge avec élégance et délicatesse, comme dans reine et Irène. Le mot masculin capitaine est une exception à la règle générale, et dans l’original son nom Haddock, à finale abrupte, contraste avec son titre mais correspond à sa personnalité, tandis que le son de murène avec sa finale douce et allongée est en contradiction avec cette personnalité. De plus, ce mot efface complètement le mystère du nom anglais du personnage, qui n’est jamais expliqué.

    Enfin, mieux vaut une traduction imparfaite que pas de traduction du tout!

  8. Non, Marie-Lucie, les noms n’ont pas de genre en créole, et enn mirenn n’est pas plus féminin que masculin. Mais avoir un nom à consonance féminine ne devrait malgré tout pas poser de problème selon moi. Je ne crois pas que qui que ce soit ait pu mettre en doute la virilité des capitaines Barbe-Rouge ou Barbe Noire à cause de leur nom (ou, plutôt, de leur surnom). Ni celle de ce pirate dont on peut encore voir la tombe au cimetière de Saint-Paul à la Réunion, celui qu’on appelait La Buse.

    Quant à Haddock, fort heureusement on ne l’a pas appelé Kapitenn Kordonyé (Siganus sutor). Ç’aurait été un handicap absolument rédhibitoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s