Paille

Un toit prêt à être empaillé :

Paille_1

La paille en question est constituée de feuilles de cannes à sucre, lesquelles sont liées en bottes sur des battens (liteaux) clouées sur la charpente. Traditionnellement, les bottes de paille sont attachées, une baguette sur deux, avec de la « corde coco », cordelette bon marché faite avec des fibres de coco.

Les gens spécialisés dans la couverture en paille sont appelés des empailleurs. Compte tenu de la définition que donne le dictionnaire à ce mot, nous avons probablement là un mauricianisme de plus.

_______

Février 2010.
Voir ici le premier billet d’une série sur le métier d’empailleur.

Publicités

11 réponses à “Paille

  1. un coup d’envoi donc parce que ceci devrait beaucoup m’intéresser:
    d’abord …. »Le titre Straw Dogs (Chiens de pailles) est tiré d’une traduction du verset V du Dao De Jing de Lao-tseu :[1]

    « Rudes sont le ciel et la terre qui traitent en chiens de paille la multitude d’êtres. Rude est le sage qui traite le peuple en chien de paille. »
    donc une citation classique en ouverture et une expression « commune  »
    ensuite une expression que j’ai entendue dans une autre langue:
    « fumer la paille de son matelas » :en général de très inconfortables matelas bien sur et quand on ne peut pas s’acheter de bonnes cigarettes à fumer en sus de « sa ration » fournie
    et c’est ouvert!

  2. Rudes sont le ciel et la terre …

    « Rudes? » Est-ce qu’il s’agit du faux ami anglais « rude » (= impoli)?

  3. >marie lucie
    il serait intéressant de voir
    1) les caractères chinois
    2)les traductions différentes : en anglais stricto sensu , en américain, et quand même en français
    3)de lire quelques commentaires de lecteurs « spécialisés  » et en anglais et en français
    à partir de quoi,apparaîtrait peu-être que la traduction proposée a été nourrie de ces lectures , et que peut-être c’est une bonne traduction en français !
    il est (re)connu que Ezra Pound a été un « grand traducteur « de chinois et ne « savait pas le chinois »!
    autrement dit que le traducteur qui le premier a proposé cette traduction ne s’appuyait pas et n’a pas été influencé par autant de références et de questions sur l’art- et les politiques – de la traduction parmi lesquelles vous retrouverez la votre sous un aspect ou un autre

  4. p.s (outre la faute de frappe!)
    outre les nombreux essais sur « la tâche du traducteur « et la babel des langues – et par des écrivains très « pratiquants » , vous serez plus habile que moi à trouver les blogs qui vous intéressent !

  5. des empailleurs…….un mauricianisme de plus.

    Pourtant, il n’y a pas tant de différence entre celui qui empaille les chaises et celui qui empaille les toits. Empailler c’est toujours garnir de paille.

    Le chien de paille est le compagnon de l’homme de paille pour le protéger de l’épouvanpaille ! 😉

    Moi je préfère les orpailleurs.

  6. Tant qu’on ne s’empaille pas sur les verbes pronominaux…

  7. PS : il n’y a pas d’empailleur de toits en France, car les toits sont en chaume. Ce sont non pas des chaumeurs mais des chaumiers qui couvrent le toit de la chaumière qui n’existe donc sûrement pas à Maurice !

  8. un instant de trouble , et je ne savais plus s’il était banal de dire en français « une paille ! »
    et si l’on disait bien « des animaux empaillés « et j’ai donc vérifié !
    mais j’imagine que l’on fait aussi des marqueteries de paille , indépendamment de leur support comme les chaises et – donc- les toits , pour la beauté de la paille , de ces matières « élémentaires » et toujours différentes ,
    et avec des noms pour ces techniques

  9. Pourtant, il n’y a pas tant de différence entre celui qui empaille les chaises et celui qui empaille les toits. Empailler c’est toujours garnir de paille.

    Certes, mais il me semble qu’ici il n’y a pas d’empailleurs de chaises. Nous avons toutefois des « rotineurs », mot qui pourrait bien constituer un mauricianisme de plus. (Qui l’a déjà entendu ?)

    Au sujet de la paille utilisée pour couvrir les toits, autrefois on avait le choix entre la canne (matériau durant disons dix ans) et le vétiver (durant grosso modo le double). Mais le vétiver n’existe plus…

    Paille encore : il a été dit que le nom vernaculaire du phaeton, le paille-en-queue — l’oiseau-emblème d’Air Mauritius — est une variante édulcorée du nom que lui avait donné les marins : paille-en-cul.

    Dernier paragraphe à l’attention des toponymistes : près de Port-Louis se trouve le « village » de Pailles.

  10. 1) sur le mot « rude » en  » français » : le sculpteur de « la Marseillaise « hante » certainement bien des mémoires
    2)un fil l’autre et un mot l’autre des cagnottes aux canisses, très évidemment on songe aux paillot(t)es
    mais aussi au mot considéré péjoratif de parpaillot(e):à l’étymologie incertaine
    http://huguenotsweb.free.fr/etymologie.htm

  11. avant « d’oublier », toujours méridional ,
    et entre les 2 mêmes fils
    il y a en français  » paillasse » (et paillasson) :
    et d’abord en italien , évidemment « Canio, alias « Pagliaccio » dans la comédie, directeur d’un troupe de comédiens ambulants « (wiki)
    mais la paillasse est aussi la paillasse du laboratoire des savants et du jour de leur fête, le prix ignobel :wiki et
    http://www.eyrolles.com/Sciences/Livre/les-prix-ignobel-9782351231159

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s