Archives quotidiennes : 17 octobre 2009

Serin du Cap

Serin du Cap.
Nom masculin.

Tisserin (Ploceus cucullatus).

(Cliquer sur la photo pour la voir en plus grand.)
Serins-du_Cap_5

En levant la tête, on admire les Serin du Cap à l’œuvre. Ce sera bientôt la saison des pontes, et les nids doivent être prêts.”
(Week-End/Scope, 14 septembre 2007.)

Au petit matin, on est réveillé par l’infatigable ballet des martins, des serins du Cap, des condés et des tourterelles alors que le promeneur est toujours surpris par le vol lourd des perdrix, nombreux dans les parages, parce que jamais inquiétés.”
(L’Express, 19 novembre 2004.)
 

« Selon Paul Carié, l’oiseau fut relâché au Cap Malheureux vers 1886. Le mâle se distingue de la femelle, assez sobre d’aspect, par la couleur de la tête et de la poitrine d’un jaune brillant. Les nids, merveilles d’architecture, sont construits en village, suspendus l’un à côté de l’autre au bout d’une branche, où la femelle se montre la plus active. (…) C’est le mâle qui terminera le nid. »
(Faune de l’île Maurice (1993), France Staub.)

Serin_du_Cap_2-nids

« La forme du nid et sa position répondent au besoin de se défendre contre les serpents qui, en Afrique, viennent dérober œufs et petits. » (Staub) Sauf qu’à Maurice il n’y a pas de serpents susceptibles de dérober les œufs et les petits des serins du Cap. On peut se demander pendant combien de siècles encore cette espèce d’oiseau va continuer de faire, par instinct, des nids qui ne répondent plus à aucune nécessité. Quoi qu’il en soit, les petits doivent avoir le cœur bien accroché. Quand on voit comment les nids peuvent se balancer au bout d’une mince branche de filao secouée par le vent, on imagine que si nous, Homo sapiens, avions à vivre dans de telles conditions, ce serait le mal de mer garanti.

Publicités