Archives quotidiennes : 8 octobre 2009

Pain maison

Pain maison.
Nom masculin.

Pain de forme arrondie, d’un poids règlementaire de 100 grammes et se vendant actuellement au prix fixé de deux roupies cinquante.

Pain_maison_3

Pendant très longtemps le « pain maison » a été le pain par excellence, celui qui se mangeait à toutes les occasions et qui constituait la base du déjeuner d’un nombre substantiel de personnes. Dans une assez large mesure c’est encore le cas. Le site seeyhoo.com a une phrase savoureuse à propos de cette nourriture bien terrestre : « Le pain maison est à Maurice ce que la baguette est à la France. »

Le pain maison d’antan était fait avec une farine un peu grise, moins raffinée que celle utilisée pour des gâteaux par exemple, et le dessous (plat) du pain comportait un peu de son collé sur la croûte. On y retrouvait régulièrement des corps étrangers les plus variés, ce qui faisait l’objet d’articles dans les journaux.

Il me semble qu’à Maurice on parle bien plus facilement d’“un pain”, de façon absolue, qu’en France (ou ailleurs en domaine francophone ?), là où l’on dira plutôt « une baguette », « un bâtard », « une ficelle » et ainsi de suite. Un Martien dira par exemple « j’ai amené mon pain », voulant dire par là qu’il a avec lui un sandwich en guise de casse-croûte. Un « pain achards » (dipain asar) est un pain maison (ou, aujourd’hui, un morceau de baguette parfois) contenant des achards, un « pain Gool » est un pain (sandwich) vendu par la tabagie Gool, etc.

Quant à la partie « maison » d’un pain maison, Dieu sait d’où elle provient. (Peut-être à l’origine ce type de pain n’était-il fabriqué que par des particuliers, chez eux.) Il peut toutefois être intéressant de noter qu’en créole on dit enn dipain maison (un pain maison), alors même que maison se dit lakaz.

Publicités