Niaouli

Le niaouli est un arbre originaire d’Australie et de Nouvelle-Calédonie dont la caractéristique la plus remarquable est de présenter un tronc qui se desquame, comme si l’individu était victime d’une maladie de peau.

Niaouli_8

L’écorce, de couleur très claire, est particulièrement douce au toucher et peut se détacher en « feuilles » plus ou moins grandes. Là où j’ai vécu jusqu’à l’âge de douze ans il y avait un niaouli, et pendant longtemps j’ai cru que c’était cela le papyrus.

Niaouli_9
(Photos cliquables.)

Les fleurs blanc-jaune ressemblent à de petits goupillons, comme ceux dont on se sert pour nettoyer les biberons.

 

__________

Mise à jour du 18 mars 2012.

Photo de fleurs de niaouli prise au bord de la route de Plaine Champagne :

13 réponses à “Niaouli

  1. Etonnant! Est-ce qu’on utilise l’écorce pour quoi que ce soit?

  2. Vu de loin, je leur trouvrais un « faux air » d’eucalyptus et en recherchant, je m’aperçois qu’en fait ils sont de la même famille (les Myrtaceae) et produisent tous deux des huiles essentielles.

    N’avez-vous pas de papyrus à Maurice ? Ce devrait pouvoir y pousser.

  3. Marie-Lucie, je ne sache pas que l’écorce soit utilisée pour quoi que ce soit, même si petit je m’amusais à dessiner et écrire sur des « feuilles de papyrus » arrachées au tronc. Comme pour l’eucalyptus, et comme le souligne Zerbinette, il est possible d’en tirer des huiles essentielles, mais je ne pense pas que cela se fasse à Maurice.

    Zerbinette, les papyrus poussent assez bien ici. Là où nous habitions auparavant il y en avait une touffe au pied d’un dalot, et elle prenait sans cesse plus de place. Régulièrement je venais avec des cisailles et je rasais tout cela, mais ça repartait toujours de plus belle.

  4. This article tells us more about it. It’s a serious pest in Florida, where it was introduced deliberately — one of those « seemed like a good idea at the time » stories. In Australia its bark has traditionally been used to make a kind of vessel. Tea tree oil is obtained from a closely related species.

  5. Vide, this tea tree oil seems pretty toxic. The Wikipedia page you linked to says it can even cause coma. Furthermore, « tea tree oil may cause hearing loss when used in the ears. » I wonder why people cultivate that thing then.

    It’s a serious pest in Florida, where it was introduced deliberately — one of those “seemed like a good idea at the time” stories.
    It sounds like the problem of camphor trees that have been declared a pest in Australia. (“The growth and spread of the plant must be controlled according to the measures specified in a management plan published by the local control authority and the plant may not be sold, propagated or knowingly distributed.”) We have them here too, and it’s true I regularly need to pluck little plants of camphor from the garden. They just keep trying to colonise the whole place. They might be as dangerous for Mars as the baobabs were for asteroid B612.

  6. In praise of tea tree oil (huile de melaleuca):

    Tea tree oil is toxic to humans if used inside the body, but not when used on the skin (a few people may be allergic, but then very few products never cause allergies). Of course you should not leave a bottle around where small children could get at it, but otherwise it is a very useful product to keep in the medicine cabinet, especially against fungal infections where it works slowly but surely.

  7. I had heard of tea tree oil some years ago, as a natural remedy — for what, I didn’t remember. The odd thing is that, never having seen it written down, I imagined it as one word: tetri? I never thought of tea or tree.

    It rhymes, for me, with « Petri » as in « Petri dish ». I think that if there were such a thing as a « pea tree dish » I would pronounce it more slowly than « Petri dish ». But I never guessed « tea tree » from the name of the oil as I heard it.

  8. L’ essence de Niaouli a été très utilisée sous le nom de Goménol — devenu depuis nom commun — depuis la fin du XIXè siècle jusqu’aux années 1980. Son utilisation est de nos jours moindre, mais encore vivante chez les adeptes des phytothérapies et autres médecines alternatives (qui n’ a pas entendu parler d’huile goménolée ?)
    Le nom de Goménol vient d’un territoire de Nouvelle-Calédonie, Gomen, où furent  » découvertes » les propriétés thérapeutiques du niaouli.

  9. qui n’ a pas entendu parler d’huile goménolé ?

    Euh… je me couvre de ridicule si je dis que c’est mon cas ? Par contre je connais l’alcool « boriqué » (graphie ?). Ne me demandez pas de quoi il est constitué cependant. Je sais juste que ça se met dans les oreilles.

    Et d’après vous la médecine ayurvédique utilise l’essence de niaouli ? Si c’est le cas, hmmm, j’aurais quelques idées de busine$$ !!

  10. S.K., quant à moi, je ne connais ni l’une ni l’autre.

    L’alcool boriqué = additionné d’acid borique???

  11. Au temps pour moi! Je pensais sincèrement que l’huile goménolée était plus ou moins connue de tous…
    Sans doute étais-je influencé par la pharmacopée de ma grand-mère où cette huile côtoyait les cataplasmes à la moutarde, l’essence algérienne et autres remèdes de bonne femme…
    Quelques réminiscences de mes études ont sans doute fait le reste.
    Il n’empêche : en cas de trachéite ou de bronchite, ce médicament a fait ses preuves et, après vérification auprès d’un ami, je confirme son utilisation toujours d’actualité, du moins en milieu hospitalier sinon en médecine de ville.

    Quant à l’alocool boriqué, il s’agit bien d’une solution alcoolique d’acide borique; c’est un bon antiseptique.

  12. Leveto, j’ai entendu parler de l’huile goménolée mais elle a une facheuse tendance à se confondre dans mon esprit avec la gomina !

  13. Je vis en Nouvelle-Calédonie. L’écorce du Niaouli est utilisée par les mélanésien pour isoler les toitures des cases. Posées avant la chaume elle empêche la pluie de s’infiltrer. Elle protège l’écorce de l’arbre lorsqu’il y a des feux de brousse. l’arbre repousse pratiquement toujours même après avoir brûlé, grâce à cette protection. Quant à l’huile goménolée, le nom vient d’un petit village du nord de la Nouvelle-Calédonie, Gomen. Cette huile y a été conçue pour la première fois là-bas. Elle est simplement constituée d’huile d’olive et d’essence de niaouli. Elle sert principalement à soigner les otites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s