Archives quotidiennes : 25 juillet 2009

Servant

Servant.
Nom masculin.

Enfant de chœur.

Le mot « servant » semble utilisé en français de France pour parler de ces jeunes individus qui, lors du rite catholique, apportent au prêtre les hosties, entre autres tâches. Mais il est possible que dans ce « pays de peuplement » l’expression « enfant de chœur » soit plus courante. A Maurice cette dernière expression ne paraît pas employée, ou très peu, et même si à l’occasion des funérailles nationales qui ont eu lieu ce mois-ci le quotidien L’Express a écrit « servant d’autel », il est probable que dans le langage courant ce soit le mot « servant » tout court qui soit le plus communément utilisé.

L'Express daté du 20 juillet 2009, page 3.

L'Express daté du 20 juillet 2009, page 3.

Qu’en pense l’assemblée européenne ou nord-américaine ? Des deux expressions « enfant de chœur » et « servant”, laquelle serait la plus couramment utilisée ? Et qui pourrait confirmer la chose pour Maurice ? (pas Piat mais plutôt Nassau).

L'Express du 20 juillet 2009, page 3. (Cliquable.)

L'Express du 20 juillet 2009, page 3. (Cliquable.)

______________________________________
______________________________________

Cette page de L’Express me semble contenir un nombre élevé de mauricianismes. On y trouve le mot constable qui, s’il n’est pas vraiment un mot français, peut être assez fréquemment utilisé dans une phrase en français — cet article en apporte un exemple. « Le cortège a été ouvert par trois motards de la force policière*, les constables [sans italiques] Chavry, Ramsamy et Ramchurn. » Toujours dans le domaine policier, nous avons aussi le bandmaster, le chef de l’orchestre de la police. Plus bas, nous voyons un autobus qui se transforme en van. Mais le mot qui retient le plus mon attention est le suivant : brancardier. « A chaque cérémonie religieuse, les brancardiers dirigés par François Maniquoi veillaient au grain pour empêcher tout débordement de foule. Ils étaient plus nombreux que les policiers en service, soit 1500 contre 800… » C’est bien la première fois que j’entends parler de tels brancardiers, lesquels ne transportent manifestement pas de brancards puisqu’ils ont l’air de faire partie d’un système de maintien de l’ordre.
 
 
 
* « force policière » dont il avait déjà été question ici

Publicités

Carambole

Fruit acide de l’Averrhoa carambola, arbre de taille moyenne originaire de l’Inde et introduit à Maurice au début du XIXe siècle. Le nom vient du mot portugais carambola, lui-même emprunté au marathi karambal.

Carambole-dans-carambolier

En anglais le fruit est appelé starfruit, du fait de sa forme étoilée (en section).

Caramboles_3

Le mot carambola a été utilisé en espagnol, au jeu de billard, pour désigner la boule rouge, « par analogie de forme et de couleur » dit le TLF. Ultérieurement, le mot carambolage a servi à décrire le coup consistant à taper deux boules, dont la rouge, avec sa propre boule, d’où, plus tard encore, le sens supplémentaire donné à carambolage : série, suite de chocs, de heurts (surtout de véhicules). Il y a eu un carambolage sur l’autoroute. (Petit Robert). Ce carambolage sentant bon la tôle pliée a à son tour produit karambolage en allemand, ce qui paraît un peu moins tragique que Verkehrsunfall.

Ni la forme ni la couleur du fruit ne peuvent cependant rappeler une boule de billard rouge. La forme de façon évidente, du fait des ailettes, mais aussi la couleur qui, au mieux, quand le fruit commence à être proche de la pourriture, s’approche d’un jaune orangé.

Caramboles_pourrissantes

Le mot carambole a peut-être aussi fini par donner le mot carom, ou carrom, mais ceci est une autre histoire. (Voir le billet précédent.)