Archives mensuelles : juin 2009

Lance

Lance.
Nom féminin.

Tuyau d’arrosage.

Lance_jaune_et_noir

Quand vous avez fini de vous servir de la lance, n’oubliez pas de la rouler bien en ordre !

Et notre peur de la loi nous aidera à n’arroser qu’avec une lance que pendant les heures allouées par le gouvernement. Pas vrai?
(Site members5.boardhost.com/mauritius, message du 30 novembre 2007 signé “Ignace Ducasse”.)

Si les gens n’utilisent plus les jolis pommeaux de la douche d’antan, j’en fabrique quand même mais je les propose pour irriguer les champs ou le jardin à l’aide d’une lance.”
(L’Express, 7 novembre 2006.)

Entre les bouts de moquettes qui abritent un coin d’eau, la fillette fait un brin de toilette. Se débrouillant seule, elle enfile son uniforme, beurre deux morceaux de pain pour l’école, verse un peu de jus concentré dans une chopine avant de la remplir d’eau, à l’aide d’une lance.”
(Week-End, 21 octobre 2007.)

En français standard on parlera plutôt de « tuyau d’arrosage », le terme « lance » étant davantage réservé aux tuyaux et dispositifs qui doivent projeter de l’eau avec force, telle la lance à incendie des pompiers.

Publicités

Katar

Katar.
Nom masculin.

Traînard, personne ou véhicule lent. A l’école : élève médiocre.

Exemple d’utilisation : « Dans la montée Bolle j’ai taché derrière un katar que je n’ai jamais pu doubler !” (Mon beau-père pestait fréquemment contre « les katars sur le chemin ».)
« Il a bien passé sa HSC, mais en Form I c’était un mauvais katar. »

Y aurait-il une relation avec le catharre ? (Inflammation et hypersécrétion des muqueuses, particulièrement des voies respiratoires. Catarrhe bronchique, chronique; souffrir d’un catarrhe — TLF.) Didier de Robillard suggère pour sa part que le mot pourrait venir de l’hindi, avec un point d’interrogation cependant.

En créole de la Réunion, « katar » a encore le sens de catarrhe, de « rhume de cerveau ». Ceci pourrait-il expliquer les lenteurs des katars mauriciens ?

Aux Seychelles, un katar est une personne ou une chose encombrante. Le dictionnaire créole seychellois-français (Danielle d’Offray et Guy Lionnet) indique que « ankatar » signifie « être un poids pour quelqu’un ». “Sa dimoun i pa oulé alé, i ankatar pou moi.” (Cette personne ne veut pas s’en aller, elle m’embarasse.)

Joke

Joke.
Nom masculin.

Plaisanterie.

Prononciation : « djo:k », avec un long o-, comme en anglais.

Exemple d’utilisation : “Tout le monde avait l’air un peu stressé, alors il a fait un joke qui a détendu l’atmosphère.

Relevé dans la presse :

Un chauffeur de camion-benne poussera même le joke en nous envoyant voir un personnage qui a l’air d’être à mi-chemin entre le souffre-douleur et la cible des quolibets de certains employés de la municipalité.”
(L’Express du 19 décembre 2007.)

La journée sera également marquée par la musique de Michel Legris comme pour bien montrer que la francophonie rime avec diversité culturelle. La table ronde abordera plusieurs thèmes : la jeune femme exigeante dans le conte malgache et mauricien, le conte mauricien de l’entre-deux-guerres, la littérature populaire de Maurice et ses manifestations, le monde des morts et le joke à Maurice.”
(L’Express du 19 mars 2006.)

Ramgoolam : “La ‘duty free island’ est un joke
(L’Express du 18 avril 2005.)
(Le quotidien cite là le Dr Navin Ramgoolam s’exprimant en français, si, si — langue qu’il parle d’ailleurs bien.)

A Maurice le mot anglais a été adopté avec un genre masculin alors que les Canadiens, qui ont eux aussi à faire face à des jokes quand ils parlent français, lui ont donné un genre féminin :

“Ainsi, un syndiqué ayant moins d’expérience pourrait avoir la priorité sur un vétéran selon cette formule, explique M. Gauthier. « (Aujourd’hui) nous demanderons au ministère du Travail de l’Ontario de désigner un conciliateur parce que l’employeur pense que c’est une joke”, lance-t-il.”
(Le Droit, 20 avril 2009.)

“Souvent, on pense que les deux mamans sont deux soeurs, deux amies, une maman et sa gardienne, rarement deux amoureuses. Ariane, 42 ans, la maman biologique des deux garçons, et Joanne, 52 ans, sa conjointe, sont de « jeunes » mamans qui mènent de front l’apprentissage de la maternité et de l’homoparentalité.
La joke, dit Joanne, c’est quand on raconte qu’on les a eus par “accident”!”
(Le Devoir, 11 mai 2007.)

Joker (prononcé « djo:ké ») est ainsi parfois utilisé comme synonyme de plaisanter, surtout en créole.

Insignifiant

Insignifiant.
Adjectif ou substantif.

Insupportable, bête, niais, fatigant.

Pourquoi bon Dieu ces enfants-là sont insignifiants comme ça !?

Tu as décidé de faire ton insignifiant aujourd’hui ou quoi ?

Extension du sens d’insignifiant : sans intérêt, négligeable, terne. L’adjectif insipide, qui commence de la même manière et qui peut signifier ennuyeux, a pu avoir une influence sur ce glissement de sens.

Hansar

Hansar.
Nom masculin.

Scie égoïne.

L'hansar est celui qui, à gauche, a un manche en bois.

L'hansar est l'outil de gauche, celui qui a un manche en bois.

Jusque là, pas trop de problème, si ce n’est un bout de bois qui peut pincer un peu trop la lame quand on scie. Ça commence à coincer plus sérieusement lorsqu’on se penche sur l’étymologie. L’inventaire de Didier de Robillard, qui a été à l’origine de cette liste de mauricianismes, donc de ce blog, donne une origine française à ce mot. A son entrée hansar, il dit ceci :

Étymologie : “hansard”, “hansart”, fonds français (Chaudenson, communication personnelle).

L’universitaire Robert Chaudenson, grand spécialiste des créoles, aurait donc dit personnellement à l’auteur de cette Contribution à un inventaire des particularités lexicales du français de l’île Maurice que le mot mauricien hansar provenait d’un mot utilisé en France.

A consulter ce Parler normand qui nous a été bien obligeamment prêté, il semblerait en effet que le mot existe bien en Normandie au moins :

Hansart — Hachoir à viande.

Hansart — Hachoir à viande.    (Toutes les photos sont cliquables.)

Là où ça coince, c’est que j’ai déjà entendu un autre son de cloche. Ce week-end encore, quelqu’un, un septuagénaire, était adamant* que le mot hansar était une corruption du mot anglais handsaw, en quelque sorte de la même manière que le go-down avait produit le godame ou godon. Et je dois dire qu’à consulter Wikipedia on a de quoi être troublé.

A l’entrée égoïne on peut lire ceci :
Une égoïne est une scie à main en acier garnie de dents triangulaires affutées, et munie d’une poignée en bois ou en plastique.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Scie_égoïne
Un des atouts de Wikipedia, c’est que vous pouvez avoir l’article équivalent dans une autre langue, en cliquant sur le choix de langues dans la colonne située à gauche du corps de l’article. Dans le cas de la scie égoïne (article en français), il y a à ce jour un article correspondant dans cinq autres langues : Català, English, Español, Eesti et Português. Si on prend la peine de cliquer sur l’English potiche, on tombe sur un article portant le titre suivant : hand saw. Ceci est parfaitement corroboré par le Harrap’s : égoïne = handsaw.

Se pourrait-il que Didier de Robillard se soit laissé fourvoyer par les bonnes intentions du professeur Chaudenson ?
 
 
 
* Les traductions françaises du mot adamant — être convaincu de façon catégorique, ne pas en démordre — ne me semblent pas rendre complètement l’intime conviction contenue dans ce mot-là. Mais cela est sans doute subjectif.