Archives quotidiennes : 24 juin 2009

Badame

Badame.
Nom masculin.

Fruit du badamier (Terminalia catappa).

Badames verts, badames mûrs, badames secs et feuilles de badamier.

Badames verts, badames mûrs, badames secs et feuilles de badamier.

Le nom du fruit est une adaptation du mot hindi badam signifiant amande. (Par exemple en anglo-indien, “badam milk” est le nom donné au lait à l’amande.)

En effet, le fruit mûr, une fois séché, peut être ouvert à coups de roche ou, si on est mieux équipé, de marteau. La bourre périphérique étant enlevée, on tombe sur une noix dure qu’il convient de casser d’un judicieux coup sur la tranche. Après un petit craquement caractéristique, on peut l’ouvrir en la séparant en deux et, si tout s’est bien passé à la suite de tant d’efforts et de risques pour les doigts, une amande dorée au cœur d’albâtre est à portée de lèvres :

Badames ouverts et amandes. (De gauche à droite et de haut en bas : amande noire pourrie, ce qui arrive souvent ; amande bonne à croquer ; amande cassée en deux pour en montrer l’intérieur ; amande bonne à manger encore prisonnière de sa noix.) — Photo cliquable.

Badames ouverts et amandes. (De gauche à droite puis de haut en bas : amande noire pourrie, ce qui arrive souvent ; amande bonne à croquer ; amande cassée en deux pour en montrer l’intérieur ; amande bonne à manger encore prisonnière de sa noix.) — Photo cliquable.

Au Bengale, les fruits du Terminalia catappa sont appelés desī bādām, c’est-à-dire “amandes du pays” (country almond), ce qu’en mauricien on aurait probablement appelé “amandes locales”. Yvan Martial, pour sa part, prononce le mot avec un drôle d’accent : « George V se moquait pas mal des Mauriciens. Il voulait seulement revoir ses amis, les Antelme. Point à la ligne. On dut lui rappeler ses devoirs princiers et de prétendant à la couronne britannique. La Queen Mary jeta son dévolu sur nos… badâmes. Tous les goûts sont dans la nature. » (Dispersion des livres du bibliophile Leclézio, L’Express du 21 juin 2006.)

Quelques vauriens se souviennent encore de leur lointaine enfance, de ces tapades de badames au cours desquelles ils se canardaient à coups de fruits lourds et mûrs, au grand dam de leur épiderme. Ça ne semble pas si loin pourtant.

 

_______

8. kan sorti lekol al kokin badame kot voisin,,, kass badam ar ross apre sa tasse uniforme (lerla gagne kriye ek mami)”.
(Forum RadioMoris.com, 27 mars 2007.)

he ou la matelot alle reposer occupe ou la santer boire un bon du lait badame
(L’Express, commentaire d’article, 1er avril 2012.)

Publicités