Salaam

Salaam, salam.
Interjection.

Au revoir, bye, ciao, salut. Expression utilisée en prenant congé d’une personne.

Faire salaam : faire coucou, faire un signe de la main, en général au moment du départ.

Salaam_(arabic_script)Ma femme m’attend, il faut que je parte. Salaam.”

Il demeure que nous devons nous poser la question du sens de cette évolution culturelle. La culture musulmane mauricienne se résume-t-elle sinon au fameux briani ou au «salam» qui est désormais notre manière nationale de se dire «au revoir» ?”
(Le Mauricien, 27 juillet 2012.)

To enkor jeune, toi et Pravin peuvent attendre au risque de disparaître complètement avec ton petit groupe de roders boutes. Salam mon piti. Mo chagrin twa.”
(Commentaire d’article, L’Express, 4 février 2010.)

Des villageois qui d’habitude font salaam aux bateaux de la plage, ont eu l’occasion d’embarquer.”
(L’Express, 4 septembre 2007.)

De là où il se trouve, je suis sûr que Thierry Montocchio, l’homme à la foi inébranlable, a dû apprécier à sa juste mesure cette juxtaposition de prières. Comme pour lui faire un dernier salam.”
(Week-End, 3 juillet 2011.)

Gens faisant salam (« waving goodbye ») sur le toit de l’ancienne aérogare de Plaisance – Vintage Mauritius, sur Facebook.

André saluait régulièrement Lucienne lorsqu’il était dans le train. ‘Ene jour mo dans train, mo faire li salam et li aussi li faire pareil.’
(L’Express, 20 octobre 2005.)

Parsad et lui ont fait ensemble un bon bout de chemin. Aux abords de la gare ils se quittent. L’Indien et sa petite bande prendront une charrette qui les portera jusqu’à Rose Hill, où habite le propriétaire du véhicule. Il est cinq heures du matin. Le temps est douteux. Bastien se moque du copain qui va en charrette. Il ne se doute pas que Parsad a quelques centaines de roupies à la banque d’épargnes. Lui, il n’a jamais pu économiser cent sous.
Le train part. Il fait un salam ironique à l’autre
.”
(Léoville L’Homme, Le Centenaire du Mauritius Turf Club, 1913, page 154, “La journée de la Coupe d’Or, samedi 31 août 1912”, sur le site de la Bibliothèque numérique Mauritiana.)

Du toit on pouvait encore faire salam aux parents et amis qui partaient ou venaient!
(Commentaire sur Facebook, page Vintage Mauritius, à propos du vieil aéroport de Plaisance, 8 juin 2013 à 22:12.)

Salam Nazim
(L’Express, 22 novembre 2013.)

Le mot salaam est d’origine arabe. À l’instar d’un autre mot sémitique apparenté — le mot hébreu shalom —, sa signification principale est “paix”. Parmi les musulmans il est utilisé pour souhaiter la bienvenue à quelqu’un, en général un coreligionnaire : “as-salaam waleikoum”, que la paix soit sur toi.

Dans le contexte mauricien, salam est utilisé par l’ensemble de la population pour prendre congé, pour dire au revoir, que ce soit en créole ou en français. Dire “salam” c’est dire “au revoir”, “bye”, “véloum”, “sayonara”, “ciao”. Salam offre d’ailleurs une similitude avec ciao dans le sens que les Italiens l’utilisent pour dire à la fois “bonjour” et “au revoir” alors que les non-Italiens l’utilisent pour dire “au revoir” uniquement. De même, ce sont surtout les Mauriciens non-musulmans qui l’utilisent pour dire au revoir en partant. Selon Baker & Hookoomsing cela n’a pas toujours été le cas, comme on peut le voir sur l’extrait ci-dessous, salam ayant autrefois été utilisé pour dire bonjour aussi (sens aujourd’hui disparu). Les auteurs précisent que l’usage consistant à dire salam uniquement lorsqu’on s’en va correspond à un usage moderne en hindi et ils précisent que cette façon de faire, aujourd’hui normale à Maurice, pourrait être due à l’immigration indienne.

Philip Baker & Vinesh Hookoomsing — Diksyoner kreol morisien, page 282.

Philip Baker & Vinesh Hookoomsing — Diksyoner kreol morisien, page 282.

Par ailleurs il est possible de noter qu’en Afrique francophone “faire le salam” signifiait faire la prière rituelle musulmane. À Maurice on utilisera plutôt l’appellation “namaz” à cet effet.

Bon, eh bien salam !

About these ads

14 réponses à “Salaam

  1. Je trouve curieux que votre dictionnaire écrive « Salam Malekum » ce que nous, traduisons par « Salam Aleïkoum »

    Ici : Salut ! plutôt bonjour qu’au-revoir. (beaucoup employé dans notre famille). A aussi un sens religieux.

    Salve ! en italien

  2. En Bretagne, on dit Kenavo pour « au revoir ». C’est probablement le mot breton le plus connu en France.

    Une mienne tante, bordelaise, nous surprenait toujours en nous disant « Adieu » quand on se quittait, quoique ce ne fût évidemment pas pensé comme une séparation définitive (comme c’est le cas en « français standard »).

    J’ai retrouvé plus tard cet Adieu/Au revoir dans le « Ade » (prononcé A-Dé) couramment utilisé dans le Sud de l’Allemagne et en Autriche – l’équivalent de l’espagnol Adiós, du portugais Adeus ou de l’italien Addio.

  3. Parti vers les brumes nordiques Siganus,? Parce que maintenant on aimerait bien que vous disiez « bonjour » !

  4. Christopher

    Les Malgâches utilisent toujours salàma pour dire bonjour. Étrangement (?), le a final est fortement prononcé contrairement à celui de vélouma, où on entend plutôt « véloum ».

  5. Christopher

    Avec le bon lien pour salàma.

  6. Siganus Sutor

    Zerbinette : Je trouve curieux que votre dictionnaire écrive « Salam Malekum » ce que nous, traduisons par « Salam Aleïkoum »

    C’est une erreur. Selon toute probabilité un certain nombre de personnes entendent “malekoum” quand on dit “asalaam alekoum”, à cause d’une liaison avec le -m précédent, et tendent à répéter les choses comme cela quand on répond à ce souhait de paix (une obligation) en inversant l’ordre des mots. Il faudrait le signaler à M. Hookoomsing. Cette erreur, que l’on rencontre à l’oral (et retranscrite ainsi par les auteurs du dictionnaire), pourrait provenir d’une façon affectée de saluer en provenance de la Réunion.

    Oui, il est vrai que le salut d’une personne consiste avant tout à sauver son âme — une question de salubrité spirituelle pour ainsi dire. Quand Georges Brassens chante Victor Hugo, il parle des “vierges qui font leur salut”. Ce serait paraît-il à partir de la Chanson de Roland, à la fin du XIe siècle, que l’habitude aurait été prise d’utiliser ce mot comme marque de civilité, quand on rencontre une personne ou lorsqu’on la quitte.

    Et ce salut se dit salve en italien ? Comme en latin donc. Car Salve Regina est une prière catholique, non, Zerbinette ?

     

    Aquinze, kenavo est le mot breton le plus connu en France ? Moi qui étais persuadé que c’était mo(u)rgate… Mais savez-vous quel est son sens profond ? A-t-il quelque chose à voir avec la paix, comme dans le cas de salam, avec Dieu ou avec le fait qu’on souhaite à la personne de sauver son âme ?

    Quant à l’occitan, ou d’autres langues romanes du sud de la France, sans doute est-il sur la même longueur d’onde à ce propos que l’espagnol, langue dans laquelle adios ne signifie pas que l’on quitte la personne sans espoir de la revoir. D’ailleurs, jusqu’à récemment en français (XIXe), dire adieu n’était qu’un au revoir. Et si je ne m’abuse, dans certaines provinces du midi adieu (ou adiou) est utilisé pour dire bonjour aussi. (Votre tante bordelaise ne le faisait-elle pas ?)

     

    Christopher, cela m’a beaucoup amusé, dans certaines îles de la côte orientale de l’Afrique, là où l’on parle swahili, d’entendre les gens se saluer en disant salama. Mais que la formule ait prit racine à Madagascar aussi est plus étonnant.

     

    Bonsoir à tous.

  7. Le Salve Regina est plus particulièrement une « antienne » a Notre-Dame – antiphona, chantée, selon les rubriques traditionnelles, après les heures canoniques, depuis le samedi avant le dimanche de la Trinité jusqu’au vendredi avant le 1er dimanche de l’Avent. Depuis Léon XIII, si je ne m’abuse, on l’inclut dans les prières dites juste après le dernier évangile a la Messe (basse?). Il y a divers recensions du texte du Salve Regina – les Chartreux, les Dominicains, et certains usages anciens avaient leurs propres versions.
    (….)
    Sur une note plus, voire meme, trop profane, salaam, pour moi, évoque surtout Rekha dansant devant un Amitabh Bachchan, a tout le moins,…ému:

    Pour ceux qui connaissent le Sous-Continent indien: est-ce que de tels lieux existent toujours? Est-il courant de dire Salaam en l’accompagnant du geste de l’adab?

  8. zerbinette

    Calme plat, plat, plat sur Mars ?

  9. Siganus Sutor

    Je suis atteint d’une cagne terrible…

    ___

    Parfois j’ai l’impression d’avoir été frappé par ce mal dont fut ou sera victime l’espèce humaine, mal décrit dans ce livre-ci, lu aujourd’hui.

  10. zerbinette

    Oh ! et vous vous êtes réveillé de votre sieste en criant : « Take your stinking paws off me, you damn dirty ape! « 

  11. « Take your stinking paws off me, you damn dirty ape!  » Selon une liste établie par l’American Film Institute cette phrase est la 66° des 100 citations les plus célèbres tirées d’un dialogue de film

  12. olimalia

    En français hexagonal, nous utilisons encore, quoique rarement en ces temps de « politiquement correct », faire des salamalecs, de même origine, mais au singulier (que le salut soit sur toi).
    Dans les textes anciens des voyageurs, salam est utilisé seul, au sens de salutations, plus souvent celles d’accueil que celles d’adieu :
    1638 : En entrant ils se salüent de leur Salom qu’ils accompagnent d’une profonde inclination.
    1832 : Il me rendit tous les salams que je fis autrefois au Grand Mogol.
    Le découpage « Salam Malekum », au lieu de « Salam Aleïkoum », est assez naturel et n’attire pas l’attention tant que la formule reste dans l’ordre naturel : il faudrait une oreille bien exercée pour discerner une différence entre la formule arabe et son homologue. En revanche, la formule indiquée pour la réponse « Malekum Salam » pourrait surprendre un arabophone qui attend « (w)Aleïkoum Salam ». Mais c’est un cas classique de fausse coupe populaire, qui existe dans toutes les langues. L’agglutination et la déglutination ne sont pas réservées au français :

    http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/agglut.html

    En tout cas, on trouve la même formule dans le dictionnaire étymologique des créoles français de l’Océan Indien de Bollée :
    [url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=466316FireShotScreenCapture088DictionnairetymologiquedescrolesfranaisdelOcanIndienAnnegretBolleGoogleLivresbooksgooglefrbooksidAO2zpvXrsZ0CpgPA288lpgPA288dqmalekumsa.png][img]http://img4.hostingpics.net/pics/466316FireShotScreenCapture088DictionnairetymologiquedescrolesfranaisdelOcanIndienAnnegretBolleGoogleLivresbooksgooglefrbooksidAO2zpvXrsZ0CpgPA288lpgPA288dqmalekumsa.png[/img][/url]

    et je trouve aussi, en cherchant sur la Toile, la même formule pour les salutations en wolof.
    En tout cas, ça ne semble pas être une erreur du dictionnaire, mais une fine observation de la réalité linguistique.

  13. olimalia

    Bonjour Siganus,
    Je ne sais pas s’il est bloqué quelque part, mais j’ai rédigé un message comportant des liens sur « salam » qui n’apparaît pas.

  14. Siganus Sutor

    Wow ! Olimalia, on ne vous voit pas souvent, ce qui est fort dommage je trouve, mais quand vous (ré)apparaissez on en a pour son argent !

    Je pars, de ce gré, de ce pas, à la pêche aux commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s