Le français à l’île Maurice – Dictionnaire des termes mauriciens

Quelqu’un de bien intentionné et de bien inspiré m’a récemment offert un livre publié en 1969 et écrit par une personne portant le nom de Nadia Desmarais. Je ne sais pas qui est l’auteur(e), mais son Dictionnaire des termes mauriciens est fort amusant, notamment en ce qu’il est un miroir à la fois déformant et grossissant vous renvoyant vos propres défauts en les ayant passés au highlighter (“surligneur” en français comme il faut).

Ce petit livre de 98 pages comporte des dessins illustrant l’absurdité de certaines expressions prises au sens littéral. On y voit par exemple une femme marinant dans une casserole à côté de la légende suivante : "Elle cuit bien !" (Le verbe mauricien cuire peut être l’équivalent du verbe français cuisiner.) On y voit des voiles* — c’est-à-dire des stores — qui font partie de vrais gréements.

Selon certains canons d’aujourd’hui, l’auteur serait vue comme étant plutôt prescriptiviste, ce qui, en ces temps de relativisme, s’apparenterait presque à une faute de goût. Ce blog-ci navigue d’ailleurs bien dans le courant actuel en ce sens qu’il ne dit pas quel est le bon usage et le moins bon. Un ami auquel je parlais du verbe circuler (voir la collection de mauricianismes), issu du verbe anglais to circulate, avait poussé un cri du cœur en disant qu’il ne supportait pas cette expression-là. Elle figure pourtant dans la liste car elle s’entend assez fréquemment à Maurice. Qu’il soit licite ou pas de l’employer lorsqu’on “cause français” est une autre question. Mais Nadia Desmarais, elle, coupe et tranche : "Il faut", "il ne faut pas", "on doit" sont des propos qui se rencontrent tout au long de son livre, livre qui semble avant tout être un vade-mecum à l’usage des étudiants mauriciens se rendant en France et tombant dans les pièges d’une langue qu’on pensait connaître. En 1969 donc, l’année érotique…


 
 
 
* Voiles abordées ici, lesquelles ne sont pas les stores abordés .

About these ads

42 réponses à “Le français à l’île Maurice – Dictionnaire des termes mauriciens

  1. Desmarais Cyril

    Nadia Desmarais de son nom de jeune fille Nadiejka (Nadia en français courant) Kousmichoff née à St. Petersbourg le 28 décembre 1907 et épouse de Robert Desmarais parents d’Alain Desmarais disparu en mer dans les années soixante.

    Elle est Licenciée-ès-lettres de français malgré son origine russe.

    Aujourd’hui décédée, ce petit fascicule comporte des expressions typiques et des histoires cocasses et de notre "parler français" à l’île Maurice…

  2. @ Desmarais Cyril

    Nadia Desmarais connaissait-elle les Sofronoff de Maurice?

  3. Elle est Licenciée-ès-lettres de français malgré son origine russe.

    Comme Nadia Desmarais est née à Saint-Petersbourg en 1907, on peut raisonnablement supposer que sa famille, comme celle des milliers de Russes blancs, a fui la Russie après la Révolution d’Octobre. Or dans toutes les familles russes aisées de cette époque, les enfants étaient élevés par des gouvernantes étrangères en français et/ou en anglais (voir par exemple le cas de Vladimir Nabokov, né en 1899). Il est donc probable que le français ait été pour elle une langue beaucoup plus courante que le russe !

    Nadia pourrait-elle être la fille du fondateur de la maison Kusmi-Thé , Viatcheslav Kousmichoff ?

    Comment et quand est-elle arrivée à Maurice ?

    Probablement par son mariage avec M. Desmarais, qui paraît avoir été Mauricien (selon ce lien , un Robert Desmarais aurait dessiné le fanion du Lions Club de Port-Louis…)

    L’aura-t-elle connu à Paris, où la famille Kousmichoff s’est exilée ? Le thé peut-il expliquer la rencontre entre un producteur mauricien venu en Europe étudier les débouchés possibles de sa production auprès d’un négociant russe ?

    Quant à Alain Desmarais, j’ai trouvé dans le Magazine Weekend du 28 janvier 2007 ce souvenir :

    Mais c’est grâce à une fameuse Nuit du Séga organisée au pied de la Montagne du Morne en 1964 par le regretté Alain Desmarais et sa bande de copains qu’il émergea réellement, bien que ce fût M. Damoo père qui, une dizaine d’années plus tôt, fut le premier à le graver sur disque. Cette Nuit du Séga, la plus longue en réalité jamais organisée à Maurice parce qu’il dura effectivement toute la nuit, fut une véritable révolution du séga traditionnel. À ce jour encore on se remémore Ti-Frère réprimandant "Roséda", sa campagne, qu’il surprend dans "la boutique Corps dé Garde, so vers larack dan lamé…". Sans doute parce que, comme ces mêmes blancs auxquels l’arrêté no. 172 reprochait de participer aux assemblées des esclaves, Alain Desmarais, avait lui aussi compris ce que Jacques Maunick a écrit quelque part: "Les îles des Mascareignes ne sont pas uniquement des grains de sable au milieu de l’océan… elles ont une âme, un cœur dont le battement s’appelle… séga !"

  4. Siganus K.

    M. Desmarais, qui paraît avoir été Mauricien

    Aquinze, Desmarais est un patronyme relativement courant à Maurice (31 entrées dans l’annuaire) et je peux m’avancer sans risque à dire qu’il s’agit bien là d’un Mauricien.

    Je ne prendrais sans doute pas de grands risques non plus à dire que Cyril Desmarais doit être de la famille de Robert et Nadia Desmarais. (N’est-ce pas ?)

    En effet, l’aristocratie russe se piquait de parler français (et d’avoir des gouvernantes françaises). Ceux qui ont lu Tolstoï (Guerre et Paix par exemple) ont peut-être remarqué le nombre de phrases ou d’expressions françaises dans le texte russe*.

    Sur la page que vous avez mise en lien :

    "En 1916, pressentant un désastre, Viatcheslav [Kousmichoff] transfère une partie de sa fortune au bureau de Londres et crée à Paris en 1917 la maison Kusmi-Thé. Mais s’il vit la majeure partie du temps à Paris, sa famille est toujours à Saint-Pétersbourg. La veille de la Révolution, sans se douter le moins du monde de sa clairvoyance, il l’envoie passer l’été dans le Caucase. C’est à ce moment là que survient la Révolution. Les « Rouges » descendent vers le sud et poussent donc Viatcheslav à faire fuir les siens d’abord à Constantinople puis à Paris en 1920.

    "La famille compte trois enfants, Constantin, Nadia et Véra. Les parents mènent grand train et offrent à leurs enfants études, sports et musique. Constantin et Nadia au violon et Véra au piano. C’est d’ailleurs au Conservatoire que cette dernière rencontrera Rachmaninov et deviendra par la suite une cantatrice de renom."

    Cette Nadia-là pourrait en effet être celle qui a écrit le petit livre dont on voit la couverture ci-dessus. Il serait alors amusant qu’elle ait épousé un homme originaire de la minuscule île Maurice, où elle aurait fini par aller vivre.
     
     
    Linus : les Sofronoff de Maurice

    Les Sofronoff de Camp Yoloff, de Sébastopol ou de La Russie ?
     
     
    Cyril Desmarais : ce petit fascicule comporte des expressions typiques et des histoires cocasses de notre « parler français » à l’île Maurice…

    Il s’agit d’un petit livre délicieux. Une des choses qui m’a le plus estomaqué en le lisant a trait à la prononciation du mot “rien”. Je vous recopie la ligne sur laquelle, de gauche à droite, nous avons le mot, la prononciation mauricienne et la prononciation française :

    rien       rillain       rien (comme bien)

    Il ne m’était jamais venu à l’esprit que notre prononciation de ce mot-là différait de celle des Français, mais finalement c’est bien le cas !

    Et vous savez combien d’années Nadia Kousmichoff a passé à Maurice ?
     
     
     
     
     
    _____________________

    * Ceux qui ont lu Tolstoï (Guerre et Paix par exemple) ont peut-être remarqué le nombre de phrases ou d’expressions françaises dans le texte russe.

    On pourra à ce sujet lire cette note de Language Hat, dans laquelle il est dit ceci : "the first paragraph of the Great Russian Novel [War and Peace] is almost entirely in French; Tolstoy goes on to talk about "том изысканном французском языке, на котором не только говорили, но и думали наши деды" ['that recherché/distingué/refined/exquisite French in which our grandfathers not only spoke but thought']."

    Ce qui peut donner cela, en v.o., lorsque parle le prince Bolkonskii : "Ecoutez, chère Annette. Arrangez-moi cette affaire et je suis votre вернейший раб à tout jamais (рап — comme mon староста m’écrit des донесенья: покой-ер-п)."

  5. Desmarais Cyril

    Oui Nadia Desmarais est bien celle que vous décrivez dans vos écrits.

    Elle est la femme de Robert Desmarais qu’elle rencontre à Paris lors de ses études à lui. Ils se marient et viennent habiter l’île Maurice où naît leur fils unique Alain si bien décrit par vos soins également.

    Quant à la prononciation du mot "rien" en "rillain" les deux sont similaires si vous essayez de les prononcer.

    Robert est le fils de Fernand Desmarais frère de mon grand-père Gaston donc le lien de parenté est établi.

    Quand aux 31 entrées de Desmarais sur votre site, il y en a beaucoup qui portent le même nom que notre famille mais sont d’origine "créole" entendez par là de descendance africaine.

    Je me renseignerai auprès d’une cousine pour savoir si Nadia connaissait la famille Sofronoff de Camp Yoloff ou de Sébastopol ??? Les 2 localités existent à l’île Maurice mais je ne pense pas qu’ils aient habité là bas…

    Amitiés,

    Cyril Desmarais

  6. Lorraine Lagesse née Desmarais

    Bonjour Mon cher cousin Cyril Desmarais vient de me transférer votre site et suis ravie de pouvoir porter ma modeste contribution a votre blog…Nadia Desmarais est au fait ma tante car ayant épousée mon oncle Robert, le frère de mon père Georges Desmarais..Nos 2 grand père sont fréres… Gaston & Fernand…
    Je suis a votre disposition pour tous renseignements .
    Il y a le livre de Baissac sur le patois créole , qui entre temps a beaucoup évolué ici… Merci a Cyril de m avoir fait connaitre ce "petit coin" de notre cher Ile Maurice… Lorraine

  7. Siganus K.

    Cyril, merci pour ces renseignements. (Pas d’idée quant à la durée de son séjour à Maurice ? Elle semble avoir passé suffisamment de temps ici pour remarquer nombre des petites entorses que nous faisons subir au français dit “standard”.)

    Camp Yoloff, Sébastopol et La Russie (toponymes mauriciens en effet) : ce n’était qu’un joke.

    En ce qui concerne la prononciation de “rien”, je suis d’accord avec votre “tante à la mode de Bretagne” (si j’ai bien tout compris et si c’est bien comme cela qu’on dit) : elle n’est pas la même à Maurice qu’en France. Le mot n’a qu’une syllabe en France (comme bien) alors qu’ici il en a deux : ri-yain. “Mais non, j’ai rillain fait !” “Il n’y a ri-yain dans le godon.” Je pense qu’il faut venir d’ailleurs pour remarquer ce genre de choses.

  8. Les Sofronoff de Port-Louis.

  9. Desmarais Cyril

    Je viens de cosulter l’annuaire téléphonique de Maurice et ce nom n’y est pas…

    Peut être qu’il n’a passé que quelque temps ici.

    A propos de Vera Kousmichoff elle a épousé Mara Schaub en première noces et a eu au moins un fils Kostia. A la mort de Vera, Mara Schaub a épousé une Mauricienne qui lui a donné 5 enfants dont un des fils est un ami à moi. Je connais également 3 des filles dont 2 habitent encore à l’île Maurice.

  10. Trois toponymes de consonance russe à Maurice, une famille Sofronoff à Port-Louis (on en retrouve la trace, par exemple, dans la généalogie de la famille AUTARD, voir Marie, 313) : il semble bien que la disapora russe se soit étendue jusqu’à Maurice, de telle sorte que Nadia ne sera pas partie complètement à l’inconnu en suivant son mari dans son île. Inversement, c’est peut-être la recommandation d’amis russes blancs installés à Maurice qui aura mis en contact le jeune Robert avec les milieux russes blancs parisiens, où il aura fait la conaissance de sa future femme !

    Est-ce que le thé a pu aussi jouer un rôle dans la rencontre avec la famille Kousmichoff ? Cyril, Lorraine, savez-vous si la famille de votre grand-père avait des intérêts dans les plantations de thé à Maurice ?

  11. Il me semble que, contrairement à Sébastopol et la Russie qui ne font pas de doute quant à leur origine russe, le nom du Camp Yoloff ne doive rien aux russes. Il s’agit en fait d’un camp qui accueillit des esclaves sénégalais, des Wolofs.
    C’est confirmé entre autres sur le site officiel de la police mauritienne (!)
    http://www.gov.mu/portal/site/police/menuitem.61c162df53f8d7cda6a4bc10a0208a0c/

  12. Il y a aussi la Baie de Balaclava…

  13. Ça se trouve où, Aquinze ? Et c’est joli ? Propre ?
     
     
    Leveto : site officiel de la police mauritienne

    Je suppose que vous vouliez écrire “martienne”, n’est-ce pas ?

    Vous avez bien évidemment raison pour ce qui est des Wolofs. Les esclaves originaires d’Afrique de l’Ouest étaient relativement rares à Maurice. (Mais voir le billet sur les bambaras.) Le gros des effectifs, si je peux m’exprimer ainsi, venait d’Afrique de l’Est et de Madagascar, ou du Mozambique (cf. l’expression “mazambik”).

    A mon avis les deux toponymes Balaclava et Sebastopol n’ont guère été donnés en honneur de la Russie, mais plutôt en souvenir de la bataille de Balaklava et du siège de la ville de Sébastopol par des troupes anglo-françaises au cours de la guerre de Crimée. Le fait que des Anglais et des Français combattent côte à côte pour la première fois depuis 1810 (?) — date de la conquête militaire de l’Isle de France par les Britanniques — ne pouvait manquer d’avoir une valeur symbolique forte à Maurice. Les Russes étaient plutôt les ennemis à cette occasion.

    Je m’explique beaucoup moins facilement le toponyme “La Russie” (lieu perdu près de Quartier Militaire).
     
     
    Lorraine : Il y a le livre de Baissac sur le patois créole, qui entre temps a beaucoup évolué ici…

    En effet, à feuilleter ce livre-là, publié en 1880, on se rend compte que le créole est une langue comme toutes les autres : il évolue. Mais on reconnaît quand même 90% des mots et des tournures. Ce qui est étonnant je trouve, c’est que les vieilles tournures ne disparaissent pas totalement, même si elles deviennent rares. Par exemple “mo ava faire li”, alors qu’aujourd’hui on dit plutôt “mo pou faire li”. Mais on entend encore “mo ava”…

  14. Desmarais Cyril

    Pour rentrer dans le ton badin que prend cette conversation ou "clavardage"

    Aquinze, c’est le XV de France qui jouent à quinze et la police chez nous à l’île Maurice c’est "mauricienne".

    Martienne c’est pour la planète Mars…

    Héhéhéhéhé !!!

  15. Cyril, le jeu de mots "mauricien/martien", c’est quasiment l’enseigne de ce blog.

    Aquinze, c’est plus compliqué que le rugby, mais pas très intéressant.

    Moi, ce que j’aimerais savoir (vous allez dire que je fais une fixette…) c’est s’il a pu exister un lien "thé" entre la famille Desmarais et la famille Kousmichoff… (voir mes commentaires précédents).

  16. lorraine Lagesse née Desmarais

    NON les Desmarais n avait pas d intéret dans le thé Kousmi… et Nadia n a pas rencontré son mari dans un salon de thé mais bien a travers sa soeur Véra qui comme l info que j ai donné a Cyril, avait épousé M Schaub puis venu a Mru. Il épousa en 2eme noces Jacqueline Boullé fille du peintre Max B.. J aurais été intéressée d avoir la généalogie des Autard…
    C est lors d un départ par bateau que mon grd père Fernand accompagné par ses 6 enfants (certains ne voyagent pas) rencontrent tous des "étrangers" et mon oncle épouse une russe, ma tante un belge, ma tante un anglais, etc etc …
    Nous sommes une famille trés mélangée…

  17. Il me semble que ce qu’Aquinze avait en tête n’était pas tant de savoir si les Desmarais avaient des intérêts dans la maison Kousmi que de savoir s’ils avaient des intérêts dans le thé à Maurice, comme disons la famille Corson a des intérêts dans le thé du même nom. Il n’y a jamais eu un “thé Desmarais” à ma connaissance, mais on trouvait peut-être des Desmarais parmi les actionnaires de Bois Chéri, La Flora, Chartreuse ou Dieu sait ce qu’il y avait comme “propriété théière”* à l’époque.

    * Localement, “sugar estate” est traduit par “propriété sucrière” mais je n’ai jamais entendu “tea estate” traduit par “propriété théière”. Ça ne ferait pas très sérieux.

  18. Desmarais Cyril

    Dans les années “60” mon père Roland Desmarais avait acheté une usine à thé à Mare-Anguilles dans le Sud du pays avec des compères. Cette aventure se solda par une retentissante faillite.

    A part cela je ne pense pas que nos grand-père avaient des intérêts dans le secteur du thé…

    Sorry nu pas konn plis ki sa !!!

  19. Cyril, Lorraine, c’était juste une idée "romantique" inspirée par une lecture récente (Les seigneurs du thé de Hella Haasse) : imaginons un jeune homme dont la famille produit du thé à Maurice dans les années 20-30 et qu’on envoie en Europe pour se renseigner sur les "goûts" qui marchent commercialement parlant ; des amis Russes blancs installés à Maurice le recommandent à un négociant qui a fait fortune dans le commerce de thé à Paris, Londres et Berlin : ne serait-ce pas la première personne à rencontrer ? Or M. Kousmichoff a deux filles charmantes, brillantes, spirituelles etc…

    N’est-ce pas ainsi qu’on romance l’Histoire ?

  20. Lorraine Lagesse née Desmarais

    OUI cela est absolument romantique les Virginie des temps modernes.. Il y a ici comme vous le savez "la route du thé" p etre qu avec qqs photos de cette route et des photos de jeunes filles en fleurs vous pourriez écrire ce roman… Que désirez vous savoir d autres??? Quand je vais a Paris je vais au "bon marché" et j achéte tjrs du thé Kousmi.. On me dit que c est a un groupe asiatique?? est ce vrai???

  21. Lorraine, si vous cliquez sur les mots soulignés dans les commentaires, qui apparaissent parfois en couleur, vous serez dirigée vers des sites web qui pourraient vous intéresser (l’historique des thés Kusmi – qui ont été repris par les frères Orebi , la généalogie de la famille Audart, l’origine du "Camp Yoloff"…)

    J’ai une autre question pour vous : qui est ce Mara Schaub, époux de Vera Kousmichoff, mentionné par votre cousin Cyril et vous-même ? Est-il d’une manière ou d’une autre une "figure" de Maurice ?

  22. LOrraine Lagesse née Desmarais

    Mara Schaub était un architecte qui travailla dans le groupe Boullé Lagesse Schaub… Il était un vrai russe blanc excentrique, et ayant gardé son accent russe tout au long de sa vie.. J ai une photo de lui si cela peut vous intéresser.. Au fait puis je me permettre de vous demander la raison de votre intéret pour cette famille??? J irais sur les liens proposé par vous. Toute généalogie m interesse… Merci

  23. J’ai une photo de lui si cela peut vous intéresser..

    Je ne sais pas si cela intéressera Aquinze, mais moi cela m’amuserait de voir la photo d’un Russe blanc mauricianisé. (Le fait qu’il ait été architecte ne devrait pas être une condition rédhibitoire.) J’ai une adresse e-mail que l’on peut trouver dans la petite rubrique donnant quelques indications succinctes sur l’auteur de ce blog.

  24. LOrraine Lagesse née Desmarais

    PUis je savoir qui est Siganus K??? Moi je suis Lorraine Lagesse née Desmarais nièce de Nadia…ayant épousée mon oncle Robert..D frère de mon père…..

  25. Siganus K. (Sutor) est l’auteur de ce blog-ci. Quand la signature paraît surlignée (lien) il suffit de cliquer dessus pour voir où cela nous emmène. En Russie peut-être, au Kamtchatka, à Chipoutou* ou sur Mars…

    (Entre parenthèses, Siganus sutor est le nom scientifique du poisson que nous appelons “cordonnier”. De même qu’Aquinze — qui ne vit pas à Maurice — n’avait pas envie de s’étendre sur l’origine de son pseudonyme, je ne vais pas soûler tout le monde aujourd’hui avec l’histoire du mien. D’autant moins que les cordonniers passent pour donner parfois des cauchemars.)
     
     
     
    * Un lieu dont vous avez déjà entendu parler ? (J’ai pour ma part entendu parler de cet endroit-là en quelques occasions et je me demande s’il s’agit là d’un mauricianisme, un équivalent du fameux “Quatre-Cocos”.)

  26. LOrraine Lagesse née Desmarais

    dans la page sur les Rotary il y a donc une photo qui ne mentionne pas tous les noms des personnes sur cette photo..DOnc c était a l expo artisanale & de g a d ;;; Gaetan Duval,Louis Eynaud, Ramgoolam, & R Desmarais;;;

  27. LOrraine Lagesse née Desmarais

    a part les cauchemars les cordonniers sont les plus mal chaussés !!!! et je crois me souvenir "des lundis cordonniers" cher a Signatus::: OUI chipoutou.. chipoter ??? Il y avait bien le "poutou" gateau lourd que les chinois disait on, roulaient sous leurs bras pour en faire des boule??? aucun rapport me direz vous…
    Qui se rappelle de "Citere citere panari, la clé bibon tombe dans la ri" "Cythere Cythere PAN arrive et Cupidon est dans la rue"

  28. Qui se rappelle de « Citere citere panari, la clé bibon tombe dans la ri » « Cythere Cythere PAN arrive et Cupidon est dans la rue »

    Un certain Gilbert Ahnee si je ne m’abuse. Mais si j’ai bonne mémoire il avait une version un peu différente pour le texte originel : "Cythère, Cythère, Pan arrive et Cupidon en a ri". (A vérifier auprès de l’intéressé.)

    Pour ce qui est des poutous, ne s’agit-il pas par ailleurs de ces petits chignons que les femmes se font pour tenir leurs cheveux bien en place ?

    Il me semble aussi que l’expression peut être employée pour parler d’une personne dont le physique ou la mise ne semble pas particulièrement avenant (“un mauvais poutou”), et serait en cela à rapprocher du mot “boudin” en français non-exotique. Non ?

  29. LOrraine Lagesse née Desmarais

    G Ahnee que vient il faire dans cette galére Siganus????
    OUI poutou et poutou , aujourd hui les jeunes disent "" c est un thon"""généralement attibuer aux sexes faibles !!!!!!!!!

  30. Desmarais Cyril

    Très bonne les définitions des poutous. Mais j’en ajouterai quelques une encore:

    Faire de gros poutous" à quelqu’un, faire des gros bisous.

    "Faire un poutou" sur un feuille de papier en parlant de faire des ratures au point où il y aurait une grosse rature ou un "gros poutou".

  31. LOrraine Lagesse née Desmarais

    tréve de poutou..re Sébastopol — sucrerie construite par Mr P Mazery qui s appelait Solitude et le nom actuel de Sébastopol fut donné dans un élan d enthousiasme suite a la fameuse prise en 1855…

  32. LOrraine Lagesse née Desmarais

    COUNGA…un etre a la tete faible…mais dans le livre de Clément Charroux je crois avoir lue qu un jeune garcon d un petit village s a ppelait Gounga…et étant simple d ésprit… son prénom devient synonyme…de "to éne gounga toi to…la tete pas bon""

  33. Siganus K.

    Oui, en effet, gunga, fou, débile. “Mauvais gunga ce boug-là !” Dans ce registre nous avons aussi bobok ou pagla.

    (N.B. Il existe une page de suggestions — voir en haut de la page, sous le titre “Martian Spoken Here” —, page où, incidemment, un Lagesse a déjà pour ainsi dire fait des ravages.)

  34. > Aquinze

    Alma
    Nom d’un hameau et d’une ancienne sucrerie située dans le district de Moka.
    □ < T. Alma (“La sucrerie à Champ d'Or à l'époque de la guerre de Crimée prit le nom d'Alma pour marquer la victoire de ce nom que les troupes franco-anglaises remportèrent sur les Russes en 1854.” Rouillard 1964-79 : 212).

    Dictionnaire du créole mauricien (1987), p. 25, Philip Baker & Vinesh Y. Hookoomsing.

    Je suppose que le pont de l’Alma à Paris a reçu ce nom suite au même évènement — en attendant qu’on le renomme “pont Lédidi”.

  35. gros poutous = gros bisous:

    "poutou" est un mot occitan, donc utilisé dans le Midi (= sud) de la France (et par les gens qui en sont originaires).

  36. Maryse Lapergue

    Bonjour,
    Je tombe un peu par hasard sur votre site. Ma très chère amie Janine Vergoz est décédée il y a quelques mois et durant notre longue amitié elle m’a beaucoup parlé de Nadia Desmarais et de son fils Alain. Nadia était mariée à Robert Desmarais qui avait une compagnie de cabotteurs qui transféraient fret et passagers depuis les bateaux jusqu’à Maurice. Il aurait eu des intérêts dans la Havraise péninsulaire.Vera Shaub, soeur de Nadia, avait avait 2 fils : Kostia et Fedia. Elle aurait quitté mari et enfants pour tyenter à Paris sa cahance en tant que cancatrice.
    Elle s’est beaucoup occupée de Jeanine (d’origine réunionnaise et née à Madagascar), enfant puis jeune fille qui était handicapée à la suite d’une polio contractée à 2 ans. Jeanine venait à l’hôpital à Maurice et Nadia, très amie avec sa mère (Paule Montès, épouse en secondes noces du Commissaire au Plan à Tananarive), lui servait de correspondante. Alain et Fedia étaient devenus amis avec Janine, s’occupaient d’elle, lui faisaient prendre des bains de mer : elle disait que leur affection l’avait transformée. De petite fille de 9 ans, souffrante et solitaire, ils avaient fait par leur affection une enfant joyeuse et moins complexée. Alain l’avait même emmenée, quand elle avait 17 ans, faire un voyage en mer, à l’insu de leurs familles, ayant installé tout un système de palans pour qu’elle puisse vivre sur le bateau ! A 15 ans Janine avait été hospitalisée à Paris pour une intervention importante (qui ne lui a servi à rien qu’à souffrir) et Alain qui était étudiant allait la voir presque tous les jours. C’est lui qui a alerté Nadia de l’état de Janine, très mal en point dans cette clinique. Nadia a téléphoné à Paule qui est arrivée aussitôt de Tana et a sorti Janine de cet enfer. Janine considérait que Nadia et Alain lui avaient sauvé la vie. C’était une très jolie amitié et Janine a toujours gardé la photo d’Alain chez elle. Elle avait passé de merveilleux séjours à Maurice avec Alain et Fedia. J’ai en tête une charmante photo où ces deux garçons, un brun et un blond, font une chaise à Janine de leurs mains croisées, sur la plage. Une autre où ils sont tous sous la varangue avec Nadia. Janine a revu quelquefois Fedia après son retour en France (1960).
    Elle a toujours parlé de Nadia, d’Alain et de Fedia comme d’êtres exceptionnels qui rayonnaient. Je puis témoigner qu’ils ont été des soleils dans sa vie.
    Bien cordialement

  37. bonsoir a maryse lapergue..
    je suis la nièce de nadia mon père était le frère de Robert..J ai bien sure connu fédia kostia etc etc toute la clique..J ailerais avoir une photo de Kostia & d Alain…. cela serait la bienvenue..Merci pour ce partage qui fait revivre nos souvenirs a tous…Cordialement LOrraine née Desmarais (Alsace)

  38. Maryse Lapergue

    Bonjour Lorraine Desmarais,
    Je ne vous promets rien mais je vais voir avec la famille de Janine s’il est possible de vous faire parvenir un double de photo où figureraient vos parents. Je suis sure de la photo avec Fedia, Janine et Alain, ils ont tous entre 9 et 13 ans.
    Je vous tiens au courant via ce site.
    Bien cordialement
    Maryse Lapergue

  39. Bonjour maryse….
    je suis a Paris en ce moment Merci pour votre proposition..Meme si je ne suis pas sur la photo en question, je serais heureuse de la recevoir..car tout ce qui touche a ma famille, m est importante…
    Cordialement Lorraine

  40. Bonjour, est-ce que quelqu’un peut me dire ce qu’est devenue Maeta la femme de Alain Desmarais? Petiot

  41. MAITA..habite a Antibes…Elle vient parfois visiter ses amis a L Ile maurice..Son fils Stéphane est en Guyane comme aumonier auprés des prisonniers…salut de lorraine cousine de Stéphane

  42. Australie:(19 Juillet 2013 a 10.0) Bonjour, Lorraine… J’aimerai savoir si Maita se souvient de moi: Ginette Je chantais au Vatel a Curepipe /Ile Maurice les chansons de Dalida et Barbara qu’elle et Alain m’encourageaient toujours à chanter (avec les Corsaires de Lulu Pouzet). J Je ne chante plus mais j’écoute toujours Barbara/Dalida en CD J’habite à Sydney, j’ai deux fils Alexander(Alex) culturiste et l’autre (William) Bill, musicien de Jazz très connu et demandé (son profile est sur web)….Salut de Ginette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s