Bilimbi

Bilimbi.
Nom masculin.

1. Fruit vert acide offrant une certaine ressemblance avec le cornichon européen et poussant sur arbre de taille moyenne à petite, l’Averrhoa bilimbi, lequel appartient au même genre que la carambole (Averrhoa carambola), même si les fruits — tous deux acides — sont d’aspect très différent.

Bilimbi_longue_1

Le mot viendrait du malayalam vilimbibelambu ou bilambu en hindi — selon le Hobson-Jobson.

Du fait de son acidité, il est rarement consommé tel quel (sauf par les enfants et les adultes nostalgiques de leur enfance, encore que les enfants mangent plutôt le bilimbi rond, plus répandu), mais est plutôt dégusté avec du sel, ou en achards, en chatini ou en accompagnement.

Chatini requin: Faites bouillir 100g de requin. Émiettez et réservez. Mettez de l’huile à chauffer dans une poêle. Faites roussir un oignon ciselé et des bilimbi long [au pluriel ça serait sans doute mieux] coupés dans le sens de la longueur. Salez et poivrez.”
(Week-end du dimanche 17 août 2008.)

L’homme était accusé d’attentat à la pudeur sur une fillette de huit ans. Celle-ci a expliqué que l’homme aurait eu ce comportement un jour où elle était partie lui demander des «bilimbi longues».”
(L’Express, 11 août 2007.)

À Maurice, on frit le poisson avant de le passer au bouillon. Aux Chagos, on le fait cuire à cru et on remplace la pomme d’amour par le bilimbi long.”
(Week-End/Scope, 22 décembre 2010.)

Bilimbi_longue_2

L’arbre ci-dessus ressemble à celui qui produit l’autre bilimbi, le bilimbi "rond" (voir 2. ci-dessous), duquel il se différencie parfois par le biais de l’appellation bilimbi "longue".

 

 

2. Petit fruit côtelé, jaune quand il est mûr, très acide, produit par un arbuste aux branches fragiles (Phyllanthus acidus).

Bilimbis_9

Nous avons recensé une cinquantaine d’espèces fruitières à Maurice : banane, ananas, litchi, longane, mangue, avocat, grenadine, fraise, papaye, grenade, fi gue, noix de cajou, pitaya, tamarin, jacques, fruit à pain, pistache malgache, sapote, fruit de cythère, bilimbi rond, bilimbi long, carambole, coeur de boeuf, atte, atemoya, corrosol, amla, coeur demoiselle, acerola, roselle, jaboticaba, noix de pecan, macadamia, chikku, cerise, olive, masson, jujube, pêche, citron, limon, orange, mandarine, kumquat, limon petit chinois, vangasaille, bergamote, bigarade, roussaille, jamalac, jambosse, jamrosat, goyave…”
(Star, N° 1371 du dimanche 17 Avril 2011.)

Le rire de Polyte est à présent un rire de bilimbi : aigre et jaune. Il ne plaisante plus.”
(Savinien Mérédac, Polyte (1926), page 12.)
 

A la Réunion le fruit est appelé "girimbelle", appellation employée aux Antilles. En français il semble aussi être connu sous le nom de "surelle".

Bilimbis_8

On peut en faire des confitures, les fruits devenant rouges lorsqu’ils sont cuits avec du sucre.

About these ads

24 réponses à “Bilimbi

  1. Weirdest GT yet: ‘lysimon’ for surelle. I don’t even recognize ‘lysimon’ as an English word, and neither does the OED; Google coughs up only references to Zizeeria lysimon, the name of a species of African blue butterfly, and to a character in an 18th-century German play by one Christian Gottlob Klemm.

  2. John, in English it is apparently called star gooseberry, or Otaheite gooseberry. I have no idea what a gooseberry looks like, and why geese would eat these berries more than any other, but I find the name funny.

  3. The common German designation for gooseberry is Stachelbeere (thorn berry), except possibly in Southern Germany, because in Austria there are different names: Ågråsl, Ogrosl, Mungatzen, Mei(t)schg(a)l. What I am calling thorns are called "spines" in the English article on gooseberry . This also says

    In Norway (where it’s named “stikkelsbær” — or “prickly berry”), the bush flourishes in gardens on the west coast nearly up to the Arctic circle, and it is found wild as far north as 63°.

    So Crown must have them in his garden or nearby.

    Gooseberries are very tart. When you eat gooseberry pie, it makes your mouth feel as if it had been shrink-wrapped. I like the stuff, but a little goes a long way.

    In the German article, in the "Names" section, some of the the Swiss names mentioned, Chrosle oder Chruselbeeri, sound a little like "gooseberry". It says "the scientific name uva crispa derived from uva (grape) and crispus (curly, or uneven, German kraus)" (the article misspells this as krauß). The lay etymologist ventures to remark that "goose" sounds like Chros… sounds like kraus. "Uneven" possibly refers to the serrated (?) leaf of some species.

    The English article says this:

    The first part of the word has been usually treated as an etymological corruption either of the Dutch word Kruisbezie or the allied German Krausbeere, or of the earlier forms of the French groseille. Alternatively the word has been connected to the Middle High German krus (curl, crisped), in Latin as grossularia.

    However, the Oxford English Dictionary takes the obvious derivation from goose and berry as probable; the grounds on which plants and fruits have received names associating them with animals are so often inexplicable that the inappropriateness in the meaning does not necessarily give good grounds for believing that the word is an etymological corruption.

  4. Stachel is also "spine", of course, as in Stachelschwein (hedgehog, "spiny pig").

  5. Grumbly: the English article on gooseberry
    Gosh, I’ve never seen anything like that before. Is it edible by anything else than a goose or a goat?

    The related French Wiki article suggests that its Ferengi name is "groseille à maquereau". After the bird, here comes the fish — unless "maquereau" is something else in this case. (What is also weird is that normally "groseille" is "red currant".)

    it makes your mouth feel as if it had been shrink-wrapped
    There is a Madagascan dish that does something more or less like that. It is called "roumazave". When you eat it, your tongue and mouth goes like numb. It is quite a strange feeling. It is due to a yellow flower and the degree of numbness will depend on the amount of flowers. I quite like this dish, which is more common in Reunion than in Mauritius.

  6. “groseille à maquereau”. Isn’t that the French title of the popular song with the refrain "pimp my berry, man, goose that thing!"

  7. "Goose" as well, as a verb, is here something else.

  8. The English article says "hybrids between gooseberry and blackcurrant (e.g., the Jostaberry) are possible."

  9. The world needs a dictionary of naughty argot not organized alphabetically, but topically, by body parts. How else could I efficiently find the French equivalent for "goose (v.)"?? If there is an equivalent – which I am assuming, since the French invented all that stuff.

  10. marie-lucie

    les groseilles à maquereaux

    Apparemment les "maquereaux" ici n’ont rien à voir avec les poissons, mais viennent d’une erreur d’orthographe et on devrait plutôt écrire "macrots". Mais je ne sais pas d’où vient ce dernier mot.

    Les baies en question sont parentes des vraies groseilles (red currants) et des baies de cassis (black currants) mais en plus gros, et elles ont aussi moins de goût, en plus d’être garnies de poils assez durs (plutôt que de vraies épines comme celles qui ornent les tiges de la plante). Toutes ces baies se mangent cuites avec du sucre: en confiture ou en garniture de tarte (gooseberry pie).

    Why gooseberry? Many plants or fruits which look like they could be edible but are not (at least not raw) have names suggesting that they are only good for animals (whether or not the animals in question actually eat them): for instance gooseberry and bearberry. If the "goose" here is related to "Kraus" or "chros" it is possible that it comes from an original grouseberry (at a time or in a dialect where the vowels of "grouse" and "goose" were closer to each other, if not identical).

    In any case, gooseberry as a designation for a hitherto unknown fruit does not encourage persons new to it to try it. The kiwi fruit was first introduced in the West as "Chinese gooseberries" and was selling very poorly. When it was renamed "kiwi (fruit)" it became very popular.

    "Martian gooseberries"? Probably not. Mais des confitures de surelles, et surtout de girimbelles: mmm, ça a l’air appétissant!

  11. marie-lucie

    (pardon, il y a trop d’italiques à la fin)

  12. les groseilles à maquereaux
    Apparemment les “maquereaux” ici n’ont rien à voir avec les poissons, mais viennent d’une erreur d’orthographe et on devrait plutôt écrire “macrots”.

    Pourtant, le TILF comme le Robert donnent bien cette orthographe en précisant que cette appellation provient d’une sauce à base de cette groseille accompagnant une préparation de maquereau.
    On l’appelle aussi "raisin crépu" (Ribes uva-crispa).

  13. Bougon, don’t you want to start this dictionary? It’ll go fairly well with Uglier Than a Monkey’s Armpit.

    To goose: "To poke, pinch or feel a person’s bottom, usually without their consent. [Orig. U.S./Canada 1880s]"
    Hmmm, "pincer le derrière" is a bit too long to be really handy. It’ll take you longer to say it than to get your hand in the right place. You should ask Leveto, I’m sure he would know of the appropriate French slang word.

    Apparently there is also "goosberry" with the following meaning:

    A person who is an unwanted extra, usually to a courting couple. From the informal expression playing gooseberry. E.g. “If you two are going to spend the night kissing and cuddling on the sofa making me feel like a gooseberry, then I’m off out to the pub."

  14. Marie-Lucie, à lire ce que vous écrivez on serait amené à penser que ces "gooseberries" sont du vrai "manger de canard", comme aurait pu dire ma grand-mère.

    “Martian gooseberries”? Probably not. Mais des confitures de surelles, et surtout de girimbelles: mmm, ça a l’air appétissant!
    Oui, sans doute. Mais ça se laisse aussi manger sous le nom de "confiture de bilibi", croyez-moi. On en voyait d’ailleurs une illustration dans le billet sur les pobans. Dans un des pobans centraux, à droite des olives, on voit des bilimbis jaunes trempant dans une solution salée-sucrée (afin qu’ils se conservent un peu plus longtemps qu’à l’air libre).
    http://mauricianismes.files.wordpress.com/2009/08/pobans_marchand.jpg
    Posés sur ce poban-là se trouvent des sachets en plastique contenant quelque chose de rouge : des bilimbis confits.
     
     
    Leveto : cette appellation provient d’une sauce à base de cette groseille accompagnant une préparation de maquereau

    Je trouve assez étonnant que l’on puisse nommer une denrée alimentaire selon l’usage qui peut en être fait pour la préparation d’une autre denrée alimentaire. J’essaye de trouver un autre exemple similaire — il doit bien y en avoir d’autres —, mais je n’y arrive pas.

  15. une sauce à base de cette groseille accompagnant une préparation de maquereau

    Je m’imagine bien une sauce acidique avec du maquereau, qui est assez grais. Mais la sauce pas trop sucrée, sûrement. Et peut-être pas avec le gooseberry que je connais (Stachelbeere), parce qu’il est trop acidique. Où trouverait-on une telle recette? La groseille à maquereaux ressemble fort au Stachelbeere.

  16. Hmmm, “pincer le derrière” is a bit too long to be really handy

    "Mettre la main au panier" me semble être la traduction la plus exacte, quoique ce ne soit pas précisément bref ou "handy"… Le fait est que l’argot français raffole des métaphores, c’est ce qui lui donne toute sa saveur.

    A défaut de dictionnaire thématique d’argot, je ne saurais trop chaudement recommander la très remarquable "Méthode à Mimile" ("L’Argot sans peine", pour parler en peu de temps un argot coulant et naturel. Indispensable aux étrangers qui veulent connaîre la langue de Paris comme aux personnes distinguées désireuses de s’exprimer en termes vulgaires", comme l’indique la préface).

    Hilarant pastiche des autres titres de la "Méthode Assimil" (dont le plus célèbre d’entre eux, "L’Anglais sans peine", s’ouvre sur ce pur monument de non-sense : "My tailor is rich but my english is poor"), chaque "leçon" comporte un texte en argot et sa traduction dans un français impeccablement soutenu.

    Ainsi

    « – Où qu’elle est ta bourgeoise ?
    – Elle est encore au pieu.
    – Au pieu à dix plombes ? Merde ! Elle a la crève ?
    – Elle a pas la crève, elle est seulement crevée »

    devient

    « – Où se trouve Madame votre épouse ?
    – Elle est encore au lit.
    – Au lit à dix heures ? Grands dieux ! Serait-elle malade ?
    – Elle n’est pas malade, elle est seulement très fatiguée. »

    Les leçons étant découpées par thèmes, on trouvera naturellement tout ce qu’il faut sur l’anatomie des gonzes et des gonzesses.

  17. Erreur de balise sur le dernier paragraphe, vous aurez rectifié de vous-mêmes.

  18. … nommer une denrée alimentaire selon l’usage qui peut en être fait pour la préparation d’une autre denrée alimentaire. J’essaye de trouver un autre exemple similaire

    C’est pas exactement ce que vous cherchez, mais il y a:

    fromage à dessert
    baking apples
    cooking wine

  19. Déjà Alexandre Dumas ( Le Grand dictionnaire de cuisine) :

    Il y a deux espèces de groseille, la groseille verte, vulgairement appelée groseille à maquereau parce qu’on l’emploie comme verjus dans le temps des maquereaux frais, et la groseille rouge qui sert plus particulièrement à faire les confitures, les gelées, les compotes, etc.

    P.S.: Siganus, je suis comme vous, je n’ai pas d’autre exemple d’aliment nommé d’après son utilisation pour en accompagner un autre. Mais je cherche …

  20. A. J. P. Crown

    So Crown must have them in his garden or nearby

    Yes, I do grow gooseberries. I grow dessert gooseberries, ones that are softer and juicier and less sour than the ones you use to cook with.

    They have the consistency of Kiwi Fruit, which we used to buy when they were called Chinese Gooseberries, and I still call them that sometimes.

    When I was a child, my mother used to make Gooseberry Fool, a puréed custardy cold dessert, on sundays during the summer.

  21. > Grumbly Stu
    D’après Auguste Escoffier, voici la recette de la sauce aux groseilles (gooseberry sauce):
    cuire dans un poêlon en cuivre un litre de groseilles vertes à maquereau, épluchées et lavées, avec 125 grammes de sucre et un décilitre d’eau. Passer au tamis fin. Cette purée accompagne le maquereau grillé.

  22. Françoise, merci pour la recette! J’adore les recettes simples, sans phrases ni trucs de chef cuisinier.

  23. A. J. P. : When I was a child, my mother used to make Gooseberry Fool, a puréed custardy cold dessert, on sundays during the summer.

    I’m sure you are longing for it, aren’t you?

  24. By the way, this mysterious word Otaheite in the common English name of the fruit is nothing more than the former English name of Tahiti: the initial O comes from the Tahitian subject/focus particle, in context meaning voici, voila. "What island is this?" "O Tahiti". It’s now used only in the Otaheite apple, cane, gooseberry, orange, and plum.

    Similarly, we have Owhyhee in the names of various places and things, from o Hawai’i.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s